Chars de CARNAVAL -Alger 1925-

Posté par lesamisdegg le 9 février 2016

Parmi les tramées des serpentins et sous la pluie des confettis multicolores, sous l’amoncellement des fleurs, là-bas, se dresse le Grand Char.

Ce doit être quelque gracieux cygne blanc au col courbe et aux ailes déployées pour un dernier essor…. Est-il donc peuplé de ces petits anges qui jettent des ruissellements de couleurs douces ?… Ou quelque jolie japonaise y tient-elle quelque minuscule ombrelle qui entre ses longs doigts ? Ils sont si mignons leurs petits gestes, menus comme leurs petits pas trottinant. Elles ont une mimique si amusante lorsqu’elles prennent leur air boudeur en penchant leur tête coiffée d’un haut chignon piqué d’épingles ciselées !…

Est-ce quelque Espagnole aux yeux fuyants ondulant son corps souple qui attire comme un serpent délicieux ?…

N’est-ce pas quelque pimpante parisienne, une de ces « derniers cri » qui dansent au son des musiques à cordes, une de ces parisiennes pas méchantes, aimant parfois jusqu’à la volupté de la mort et qui ont un rire et un décolleté uniques au monde ?….

Ce doit être une Algérienne dans son Bassour. Sa longue figure est voilée. Et, ses grands yeux perdus dans l’or de ses paradis quittés, elle rêve aux clapotements réguliers des jets d’eaux dans les coupés fleuris de jasmins et à son mirage lointain dans les sables gris, quand le ciel est presque noir….

C’est plutôt une Vénitienne !…. Venise, Venise, que tes canaux où les gondoles chancellent sont glissants !… Comme les promenades sur tes ondes doivent être délicieuses et combien de mots légers chuchotent les loups de velours sous le reflet de la lune rieuse ?….

Mais non, je « La » vois… C’est la Romaine du Temps de l’Amour !… Voici sa galère triomphale qui glisse sur une immense mer de velours… Les rames ont le reflet de la nacre et son sillon laisse une traînée qui n’est qu’un voile de vestale…. Voici les joueurs de sistres et les calasiris dés courtisanes…. Et voilà la Romaine… Un jeune Ephèbe la prend à la taille… Elle ondule, elle échappe et lui la poursuit…. Elle entre sous les portiques de marbre parmi les coupes vermeilles de l’orgie finissante… et lui approche… il est là…. il la tient et sa peau est glissante et parfumée. Ses longs cheveux se déplient sur ses épaules. Ses bras d’argile ont des formes de statue. Et, dans le soir étouffant, comme Rome s’endort sur ses terrasses plates, la petite Romaine s’est donnée sur les coussins moelleux gonflés avec de la barbe de chardon, au jeune noble à la toge blanche, fort comme Héraclès et frêle comme ces laits doux à la peau que les riches matrones glissent sur leurs seins gonflés et sous leurs aisselles tièdes !…

Ecroulement de cymbales et de cuivres…. Réalité , banalité , ce n’est qu’un maigre Corso fleuri….

« Eh ! Dis donc toi, qu’est-ce que tu regardes ?…. »

C’est la question d’une bande de pierrots qui m’entourent dans un frou-frou de soie froissée…

Inutile de dire que, la réponse, je ne l’ai jamais faite..; Pourquoi ? Oh ! Non ce n’est pas par dignité pour ne pas « étaler » mon cœur comme le voulait Leconte de Liste… mais simplement parce que j’avais des confettis plein la bouche.

M. C.

pierrot

pierrot

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, LIEUX | Pas de Commentaire »

KOULOUGLIS de l’Armée d’Afrique

Posté par lesamisdegg le 31 janvier 2016

koulougli mauresque Par un trait particulier de l’organisation militaire qu’introduisit en Afrique le rude génie des Barberousse, les soldats d’aventure que les pachas d’Alger faisaient recruter en Orient, pour être les instruments de leur brutale domination, devaient arriver sans femmes, sans enfants, pour qu’ils pussent se vouer à leur destinée nouvelle sans arrière-pensée patrie et de famille. Mais ne pouvant, pouvant, la terre conquise, imposer à des musulmans le célibat, comme faisaient les Ordres du christianisme à leurs chevaliers, chevaliers, système turc amoindrissait autant que possible l’action de la famille, en réduisant influences des femmes et les privilèges de l’héritage. Les enfants issus de l’union des femmes mauresques avec les janissaires, l’on doit appeler orientaux plutôt turcs, car c’étaient des recrues prises confusément dans toutes les régions de l’islam, étaient qualifiés de Koulouglis ou fils de l’esclave formaient une classe particulière, participant du sort des deux classes dont elle provenait. De même que les Turcs, ils pouvaient inscrits comme soldats, et ils leur étaient assimilés tant pour l’avancement que pour la solde; ils étaient même admissibles à tous les emplois, y compris ceux de bey et d’agha. Mais, par défiance des influences de lignée maternelle, ils ne pouvaient jamais devenir pachas, et ils étaient même exclus du grand-divan, composé du khaznadji (trésorier), khodja-el-kheil (secrétaire des écuries), de l’oukil-el-heurdj-mta-ez-zira (intendant de la marine), et de l’agha-mta-dar-es-soltan (intendant du palais). « Que vos fils issus des femmes indigènes, avait dit au fondateur de l’odjak le marabout Sidi-Abader-Rahman-et-Taleb, ne soient jamais kerassa, c’est-à-dire n’obtiennent jamais les grandes fonctions qui donnent droit à un siège d’honneur (korsi). Les Koulouglis passaient, du reste, même aux yeux des Turcs, pour de forts bons soldats. Les Koulouglis ne cessèrent de protester contre cet article rigoureux de la charte des Turcs, malgré son origine doublement sacrée.

Ils protestèrent dès l’année 1595; leur plus formidable révolte fut celle de 1628, dans laquelle beaucoup d’entre eux périrent après un succès éphémère. Dix ans après, ils furent transplantés au confluent de l’Oued-Zitoun et de l’Isser, derrière le Fondouk, à dix lieues sud-est d’Alger, et y fondèrent la colonie de Zoukant, qui devint prospère et puissante. En prenant cette détermination, le divan d’Alger atteignait un double but: il se débarrassait d’un danger toujours imminent de révolte, et il faisait garder une avenue de la Kabylie par des troupes que leur origine signalait à la haine des Kabiles, et qui, devant choisir entre deux camps, devaient éprouver plus de sympathie pour celui de leurs pères. Suivant le même plan politique, on les distribua, à divers intervalles, au milieu des populations suspectes, pour les contenir.

En 1830, ils occupaient, entre autres villes, celle de Tlemcen, et formèrent un élément important du parti que commandait le célèbre général Mustafa. On les retrouve encore aujourd’hui en petit nombre dans la plupart des villes indigènes de l’Afrique du nord, particulièrement Biskara-Biskra-. Ils composent la population de deux tribus considérables, celle des Zouatna dont nous avons parlé, et celle des Zammora, située sur la limite méridionale de la Kabilie. Au moment de la déchéance des Turcs en 1830, les Koulouglis se virent en butte aux attaques des tribus arabes et berbères qui les entouraient, et n’eurent d’autres ressources que de se jeter dans les bras de la France. C’est ainsi que la garnison de Tlemcen et la colonie de l’Oued-Zitoun se détachèrent de bonne heure des masses indigènes et se rangèrent sous nos lois. Mais l’autorité française qui ignorait le vrai caractère de leur situation et les gages sérieux qu’ils offraient d’un ralliement sincère, ne les accueillit d’abord,  ainsi que les tribus maghzen, qu’avec une grande méfiance; on refusa même parfois leur soumission la plus humble. Peu à peu ils se firent pourtant accepter d’une politique devenue plus intelligente à mesure qu’elle avançait dans la connaissance des sentiments très divers du pays; beaucoup d’entre eux prirent du service dans notre infanterie et notre cavalerie indigènes, où ils se conduisirent en braves et fidèles soldats.

Ces rapprochements avec les vainqueurs signalèrent les Koulouglis aux coups d’Abdel-Kader, qui ne poursuivait pas d’ailleurs d’une moindre haine les Turcs dans leurs agents et descendants, que les Français eux-mêmes. Il mesura ses forces avec les leurs dans de violentes et fréquentes luttes contre le général Mustafa, ancien commandant des forces turques et auxiliaires dans la province d’Alger. A l’abri du traité de la Tafna, conclu en 1837 avec le général Bugeaud, l’émir s’était avancé, de la province d’Oran, théâtre de ses premiers exploits et berceau de sa puissance, vers les contrées de l’est, avec l’intention de pénétrer dans la Kabilie, dont il espérait faire le boulevard inexpugnable de ses attaques et de ses défenses. Au début de 1838, il tomba à l’improviste sur la tribu des Zouatna, les dispersa, ruina, et fit massacrer leur chef.

Comme les Zouatna étaient des étrangers dans le pays, le désastre qui les frappait ne pouvait lui aliéner les véritables berbères, et cependant ceux-ci ne pouvaient qu’être pénétrés d’une salutaire terreur en voyant la vigueur des coups du jeune marabout. Néanmoins ce calcul de l’ambition fut déçu ; sauf une tribu maghzen des Turcs, également mélangée, les Amraoua, tous les Kabiles refusèrent l’obéissance à un maître à qui leurs traditions et leurs constitutions indépendantes ne reconnaissaient aucun droit de le réclamer.

Dès ce jour les Koulouglis de toute l’Algérie éclairés sur leur véritable intérêt, se tournèrent vers la France comme vers leur seul refuge. Les simples guerriers combattirent en soldats et sous-officiers dans nos bataillons ou escadrons indigènes et dans les goums. Les moins ignorants furent nommés muphtis ou  kadis, Dans ces fonctions diverses, le type métisse montra en Algérie, comme en d’autres pays, supérieur aux deux types dont il provenait. Le nombre des Koulouglis était évalué, quelques années après la conquête, à une vingtaine de mille âmes. Aujourd’hui on cesse de les distinguer dans les dénombrements, parce qu’ils se fondent de plus en plus dans la masse de la population arabe, dont aucun caractère politique ne les sépare plus, au contraire de ce qui avait lieu dans le système turc. Ils s’en distinguent seulement par leur fidélité au rite hanéfi, tandis que tous les indigènes de l’Algérie, l’Algérie, et Kabiles, suivent le rite maléki.

Cependant ces familles conservent avec orgueil le souvenir de leur origine, et elles en tirent un sentiment de dédain pour les vrais indigènes, à qui leurs pères commandaient en maîtres. Aussi la France trouve-t-elle toujours en eux des serviteurs fidèles et intelligents dans les diverses fonctions civiles et militaires.

Jules Duval 1856.

Publié dans HISTOIRE, islam, LIEUX, MEMOIRE | Pas de Commentaire »

Bab-el-oued

Posté par lesamisdegg le 18 janvier 2016

 

ALGER Bab-el-oued

ALGER Bab-el-oued

Il y a eu deux portes de Bab-El-Oued. Celle qui s’ouvrait en 1830 dans les vieux remparts turcs, sensiblement en face du lycée Bugeaud, et celle que les Français ont construite vers 1842 à l’emplacement du boulevard Guillemin.

Le terrain d’assiette sur lequel fut érigé plus tard le cinéma Majestic  accueillait les chapiteaux de cirque. L’emplacement actuel du Majestic n’était qu’un terrain vague, où les gosses jouaient aux billes, et où les forains dressaient le chapiteau des cirques ambulants.

A la place du lycée Lazerges, il y avait un chenil et des écuries. Le long des escaliers Marengo, se dressaient les baraques de bois, au bord desquelles on vendait «le kilomètre» et la barbe à papa. Enfin, en face le lycée, c’était le «poids public», sur lequel les garnements dansaient pour secouer le plancher.

Mais surtout… surtout… à l’angle du boulevard Amiral-Pierre et de la rue Icosium, se trouvait le Kassour… Le fameux Kassour où tous les gamins d’Alger allaient régler leur compte… Le Kassour, indiscutable province de Bab-El-Oued au même titre que la Bassetta...

L’Esplanade de Bab-El-Oued avait un cachet particulier. «C’était un îlot bourgeois avec de pompeuses maisons aux “balcons 1900” et des arcades qui témoignaient d’un souci d’architecture…. C’est le seul quartier d’Alger qui communie aussi intimement avec la mer. Alger peut lancer vers elle la passerelle moderne de l’avenue du 8-Novembre. L’esplanade reste un bastion bâti sur un rocher face aux colères du vent du large et aux brisants sur lesquels vint mourir jadis un bateau qui s’appelait la Reine Mathilde.»

La place Dutertre, à la Basetta, fut célèbre pour Cagayous. Un personnage imaginaire créé vers 1895 par l’écrivain Auguste Robinet alias Musette (1862- 1930).Cagayous incarnait, on ne peut mieux, ce brassage de races méditerranéennes qui se côtoyaient dans le quartier cosmopolite de Bab-El-Oued, La Cantéra. C’est là que naquit le pataouète, mélange d’expressions arabes, italiennes, espagnoles, maltaises…

 

La Dépêche quotidienne d’Algérie 1955

Publié dans HISTOIRE, LIEUX, MEMOIRE, MONUMENTS, PATAOUETE | Pas de Commentaire »

PATAOUETE et SABIR : voeux 2016

Posté par lesamisdegg le 2 janvier 2016

bounne anni

bounne anni

A ceuss’

 

des lagagnossos, des mocossos, qui’allaient s’taper le bain,

qui s’mangeaient cocas, man’tecaoss, rollicoss, monass y makrouds,

qui s’tapaient les brochettes à Cap Falcon,

qui tapaient cinq, aux buveurs d’anisette, ac’ la kémia

qui allaient de Kristel à Aïn el turck,

 

des tragalapas menteurs comme des voleurs

qui ont fait le bras donneur,

qui trichaient sans arrêt au tchic-tchic,

qui s’vantaient d’leur gros cigar’ de Mascara,

qui tapaient la brisca,

qui jouaient aux pignols, au pitchac, à bourro flaco

qui ont fait, les pôv’, figa ou tchoufa

que quand ils partaient on aurait dit qui revenaient,

 

de Gambetta ou de Saintugène,

des écoles Ardaillon, Lamoricière

de notre beau pays d’avant,

 

A touss le bonheur, et qu’la santé ell’ vous laisse pas tomber !

 

Ac’une bonne calbote amicale!

 

A.Daptascione

 

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, MEMOIRE, PATAOUETE | 1 Commentaire »

CONSTANTINE février 1909

Posté par lesamisdegg le 28 décembre 2015

Constantine février 1909

Constantine février 1909

Aïssaouas

Constantine ce soir, dans une zaouïa décorée de grossières arabesques quelques lampes en cuivre ciselé descendent des poutres peintes et jettent une vive clarté sur les tapis qui recouvrent le sol. Des arabes sont accroupis en cercle; au milieu d’eux un marabout en burnous rouge accueille les nouveaux arrivants et reçoit leur accolade, le baiser sur l’épaule, selon le rite musulman. Une douzaine d’autres arabes se tiennent debout en face d’eux. Le hasard m’avait emmené dans une de ces mystérieuses zaouïas où les aïssaouas exécutent leur jonglerie.

 

Après m’être débarrassé de mes chaussures, je vins m’asseoir à côté du marabout. Quand je lui eus dit que j’étais toubib (médecin), il me combla d’attentions, bien que roumi. Mais les exercices des aïssaouas commençaient. On récite d’abord la prière en commun. Puis les aïssaouas la répètent seuls, et bientôt ils ne répètent plus que le mot: Allah! Allah! C’est la manière d’être le plus agréable à Dieu que de prononcer son nom. Ils se tiennent enlacés sous les bras, et se balancent d’une façon rythmée tantôt d’avant en arrière, tantôt de gauche à droite, avec les yeux vagues, saillants, le front couvert de sueur, répétant indéfiniment le nom d’Allah, jusqu’à ce qu’il ne sorte plus de leur poitrine qu’un son rauque et inintelligible. C’est une première préparation par la prière, et je n’exagère pas en disant que cela dura près de deux heures.

 

Alors les musiciens entrent en scène, forment un demi-cercle face aux aïssaouas. Ils portent d’immenses tambourins qu’ils ont soin de chauffer préalablement sur des fourneaux pour mieux les tendre et donner plus d’intensité au son. Ils entonnent un chant rythmé et monotone qu’ils accompagnent en frappant à grands coups sur leurs tambourins. Ce bruit assourdissant d’abord, finit par vous envelopper, vous entraîner, vous donner une sorte de vertige contre lequel il faut réellement se raidir. Cette seconde préparation dure environ une demi-heure.

 

A ce moment un ou plusieurs des aïssaouas se détachent du groupe et s’avancent un peu vers les spectateurs. Ils se défont de tous leurs vêtements et gardent seulement leur pantalon. Leur corps ruisselle de sueur, leurs yeux sont hagards; ils ont l’air ivres et poussent des rugissements de fauves. Ils viennent alors exposer leur tête au-dessus des réchauds sur lesquels on projette des matières odorantes, particulièrement du benjoin. Les musiciens élèvent leurs tambourins au-dessus de la tête de l’aïssaoua et l’enveloppent de cette musique étrange dont ils accélèrent graduellement le rythme. Alors le corps penché en avant, l’aïssaoua se met à incliner la tête par un mouvement impossible à décrire. Il semble que les vertèbres de son cou n’existent pas et que la tête lancée en l’air par un ressort retombe devant les épaules par son propre poids, pour être de nouveau rejetée en l’air ou de côté et recommencer sa course.

 

Cette préparation est la dernière. L’aïssaoua est devenu complètement insensible. Il peut impunément braver la douleur qui n’est plus pour lui qu’un vain mot, une volupté même. Pendant que ses compagnons poussent des cris rauques, les yeux presque complètement hors de l’orbite et que les musiciens accélèrent encore leur musique assourdissante, il commence ses exercices qui, à ses yeux de croyant, doivent le rendre agréable et infiniment cher à Dieu. Il mange des feuilles de cactus, mâche des étoupes enflammées. On lui présente un scorpion rendu inoffensif par la destruction du dard venimeux; il l’avale avec forces grimaces; il en fait autant ensuite d’un petit serpent et d’un jeune poussin qu’il ingurgite tout vivant, avec les plumes, le tout pour la plus grande gloire d’Allah et pour mériter son paradis peuplé de blanches houris. Un autre aïssaoua vient de se détacher du groupe des hurleurs. Après avoir agité sa tête au-dessus du réchaud où brûlent les parfums, il se met à mâcher du verre pilé, puis, saisissant de longues aiguilles acérées, il s’en traverse la langue, les joues, les narines, sans faire couler une seule goutte de sang. D’autres encore viennent s’hypnotiser au-dessus des réchauds. L’un lèche une barre de fer rouge et la frappe à coups redoublés de sa main moite de sueur ou de salive; un autre se couche sur la lame tranchante d’un sabre; un autre s’enfonce un poignard sous la paupière et fait saillir complètement le globe de l’œil; un autre se fait courir sur le thorax une masse armée de grandes pointes ou bien se fait enserrer le corps par une corde sur laquelle ses camarades se mettent à tirer, le réduisant ainsi à sa plus simple expression.

Cette cérémonie religieuse ne dura pas moins de quatre heures.

 

Dr Emile Laurent in Les annales de la santé, février 1909.

 

Publié dans ARTS et LETTRES, islam, LIEUX | Pas de Commentaire »

Noche buena en Oran 1906

Posté par lesamisdegg le 24 décembre 2015

 

chateau-neuf , port , marine

chateau-neuf , port , marine

Oran, el 24 12 1906

Amigo mio

Boilà la fête de la Noche Buena qui s’en vient à peu à peu, et les mognatos avec les châtaignes arrosti y vont zoumber avec la mousique de la sambomba ! Que té paresse comparé ?

Tu tiens que de me donner l’espérance qué ton papa on te dessera une permission pour la journée de la nuit pour que tu t’enviens par ici, pourquoi là-bas à la Meletta on doit être aborecido pour signalait comme nous autres la fiesta de Navidad.

Alors tu tiens que de te débrouiller la calahéra pour sa que je t’a dit un peu plus par en haut, et tu voira quel pancha de rigolade. A les 12 de la nuit, vamos avec une patouléra de fadrinas (demoiselles) à la missa del gallo (minuit) et tu tiens pas peur d’atchoutcher et les ramponchons y manque pas et après de là on s’en va faire l’armée à la Posada del Sol et mou chopons une fouméra menua pourquoi l’anisette y manque pas, et après vinga toucher la sérénata pour toute les colléga que tu tiens à la connaissance. El amigo Carganéra y vient avec la mandouria, Gambasino et Lagagna avec le laoute et la guitare. Si tu connais un qui touche le pito, tu lui dis qui vient, tché que staffa.

 Allé adieu, espéro repuosta à lo que te dicho.

F. RAYANO.

NB tout ceci est écrit en tchapourao naturel de 1906

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, HISTOIRE, LIEUX, PATAOUETE | Pas de Commentaire »

BONAPARTE et les barbaresques en 1802

Posté par lesamisdegg le 7 décembre 2015

états barbaresques 1815

Une chose digne de remarque, c’est qu’il méditait à cette époque la conquête de l’Algérie ; mais pour n’exciter la jalousie de personne, et n’être pas accusé de pensées ambitieuses, il voulait accomplir ce projet avec le concours des puissances maritimes, qui se seraient liguées pour chasser les Barbaresques de la côte d’Afrique, et naturaliser sous ce ciel méridional le sucre, le café, le coton et toutes les denrées coloniales. C’était Joseph Bonaparte qui avait conçu le projet : le premier consul l’avait fort approuvé, et s’en occupait avec l’ardeur qu’il mettait en toutes choses.

Il sentait vivement la honte qu’il y avait pour l’Europe d’avoir à sa porte un repaire de pirates auxquels de puissantes nations ne rougissaient pas de payer tribut. La proposition de coopérer avec lui à la conquête simultanée de l’Afrique du Nord fut faite par le premier consul à plusieurs puissances continentales. L’Espagne seule montra quelque bonne volonté à le seconder. Les autres gouvernements accueillirent avec indifférence ou même avec défiance les propositions du premier consul.

Quelques-uns assurent que ce projet d’expédition fut une des causes de la rupture de la paix -   Baron de Meneval  Souvenirs historiques –.

Quoi qu’il en soit, les grands événements qui survinrent empêchèrent Bonaparte de donner suite à une pensée éminemment civilisatrice.

Publié dans HISTOIRE, islam, MEMOIRE, TERRORISME | Pas de Commentaire »

HOMMAGE du 5 décembre

Posté par lesamisdegg le 5 décembre 2015

 

pavillon maritime1830-1962

pavillon maritime1830-1962

 

Patria Nostra

Patria Nostra

 

 

 

 

LOI n° 2005-158 du 23 février 2005-extraits- portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés

L’Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Article 1    La Nation exprime sa reconnaissance aux femmes et aux hommes qui ont participé à l’œuvre accomplie par la France dans les anciens départements français d’Algérie, au Maroc, en Tunisie et en Indochine ainsi que dans les territoires placés antérieurement sous la souveraineté française. Elle reconnaît les souffrances éprouvées et les sacrifices endurés par les rapatriés, les anciens membres des formations supplétives et assimilés, les disparus et les victimes civiles et militaires des événements liés au processus d’indépendance de ces anciens départements et territoires et leur rend, ainsi qu’à leurs familles, solennellement hommage.

Article 2   La Nation associe les rapatriés d’Afrique du Nord, les personnes disparues et les populations civiles victimes de massacres ou d’exactions commis durant la guerre d’Algérie et après le 19 mars 1962 en violation des accords d’Evian, ainsi que les victimes civiles des combats de Tunisie et du Maroc, à l’hommage rendu le 5 décembre aux combattants morts pour la France en Afrique du Nord.

Publié dans ACTUALITE, COMMEMORATIONS, DISPARUS, HARKIS, HISTOIRE, MEMOIRE | Pas de Commentaire »

tout , tout , tout , vous saurez tout sur le ..COUSCOUS

Posté par lesamisdegg le 17 novembre 2015

couscous -irrieraCOUSCOUSSOU 1879

Les habitants de l’Afrique septentrionale comprennent généralement sous cette dénomination toute espèce de mets composé de farine blanche ou brune et cuit à la vapeur dans le keskass, qui est un vase semblable à une écuelle, dont le fond serait criblé d’une infinité de trous. Quant à moi, je pense que le vocable couscoussou est une onomatopée, dont les lettres et les syllabes n’ont pas d’autre rôle que d’imiter le bruit produit par la vapeur du bouillon qui passe à travers les trous du récipient et les grumeaux de la farine.

En Kabylie, on dit Seksou. Mais, par une déviation qui ne s’explique pas les gens de l’Oued Righ ont adopté le terme gouni, emprunté au fonds berbère. Le fabricant ou vendeur de cousscoussou s’appelle Kesaksi, au féminin Kesaksia.

Préparation du couscoussou. Dès que la récolte est rentrée, les femmes des tribus réunissent en un lieu découvert et isolé la quantité de blé dur destinée à la provision de couscoussou. Ce blé est d’abord mouillé complètement, puis étalé au soleil et recouvert d’étoffes très humides. Au bout de quelques heures, le grain ayant bien renflé, et sans attendre que la germination commence, on l’étend en couches minces au soleil sur des haïks de laine ou sur une aire battue. Lorsque la dessiccation est assez avancée, on passe le grain entre deux meules légères de calcaire dur. La meule supérieure est mue à bras, ordinairement par une femme; les grains sont seulement concassés en fragments gros comme du millet. On expose encore au soleil celte sorte de gruau brut, et alors il suffit de le vanner pour éliminer les pellicules. Puis on l’ensache dans des outres en peau de chèvre.

 La meule à bras est le meuble indispensable de chaque famille. Il se compose de deux meules de grès, ayant un diamètre de 40cm. La meule dormante repose sur le sol ; sa face supérieure est plane et percée, en son milieu, d’un trou de 4cm, qui reçoit un axe vertical en bois de 30cm. La meule tournante, qui se pose sur la première, a la forme d’un tronc de cône; elle est évidée en son milieu, à sa partie supérieure, de manière à donner passage à l’axe en bois de la meule inférieure. Une cheville en bois, fixée dans celte meule et formant avec le plan horizontal un angle de 40°, sert à la mettre en mouvement. Une ou deux femmes, assises sur le sol et ayant le moulin entre les jambes, fournissent la force motrice. (La Kabylie, par Hanoteau et Letourneux,)

 

 

Quand il s’agit de préparer un couscoussou pour le repas du soir, les femmes prennent du gruau ou de la semoule, les jettent par poignées successives dans un large plat de bois, qu’on appelle gueçaa, les arrosent avec quelques gouttes d’eau, et les roulent légèrement avec la paume de la main, jusqu’à ce qu’elles aient obtenu une espèce de granulation qui reçoit différents noms suivant sa grosseur.

 La berboucha, suivant la coutume des habitants de Constantine, se fait avec de la farine brune, notamment avec celle de l’orge. C’est le couscoussou le plus commun, el il forme presque exclusivement la nourriture des ménages pauvres. Comme légumes, on y ajoute le navet, la courge et l’artichaut sauvage (el chorchef –esp. alcachofa-), dont les nervures foliales sont mangées cuites dans le bouillon.

La mehamsa, en chaouïa timhamest, est une espèce de couscoussou fait ordinairement de farine d’orge grossièrement moulue; elle peut être mise sur le même rang que la berboucha.

 Le medjebour est préparé avec de la semoule tirée de la première qualité du froment, ou avec de la farine de moulure française. Les grains de ce couscoussou doivent avoir la grosseur du plomb de chasse. On l’accommode avec de la viande d’agneau, des poules, des pigeons ou des perdrix. Après celle opération on le fait cuire deux fois dans le keskass au bain-marie .On y ajoute du beurre fondu au moment de le servir dans la metsireda - plat en bois sur pied ou en poterie dans les villes. On l’arrose de bouillon (merga).

 Le mahwèr se fait avec les mêmes ingrédients que le medjebour, seulement  le grain en est plus menu. Le mahwèr le plus estimé est celui qu’on appelle nemli, parce qu’il ressemble par la ténuité de ses parcelles à des têtes de fourmi (nemla). Il peut être accommodé avec des viandes fraîches, mais jamais avec du khrelie ou du kaddide. Le khrelie est un mets composé de viande de bœuf ou de mouton, coupée en lanières, qu’on laisse mariner dans la saumure avec du poivre rouge, de l’ail et de la coriandre, et qu’on fait frire dans un bain d’huile ou de graisse. La kaddide répond à ce que nous appelons le petit-salé, mais traité plus grossièrement.

Le harache-fi-harache est ainsi nommé parce qu’il se compose de fleur de froment très fine (semid). Il ne diffère réellement du précédent que par la différence du mot. En Kabylie, la préférence est accordée, par économie, à la farine de sorgho et. à la farine de glands. On l’apprête avec des viandes fraîches, quelquefois même du kaddide ou du khrelie; son assaisonnement ordinaire consiste en oignon, sel, poivre rouge, courge, pois chiches et boulettes de viande hachée, grosses comme des balles de fusil. La sauce est colorée en rouge avec des tomates.

 Le mesfoufe se fait avec la première qualité de froment. On le laisse cuire de là même manière que tous les autres couscoussous; seulement on y mêle des grains de raisin sec ou des grains de grenade, et on le saupoudre d’une neige de sucre. Lorsque, pour le rendre plus délicat, on le noie de lait frais, il prend le nom de berboukha.

Le mecheroub n’est généralement pas très estimé. Lorsqu’à la suite de pluies abondantes l’eau a pénétré dans les silos, et qu’elle a atteint le blé qu’ils contiennent, ce blé s’imbibe (ichérob) et contracte en même temps un goût acre et une odeur nauséabonde. Après l’avoir tiré du silo, on le fait sécher, on le mout, et c’est de la farine qui en provient que l’on fait le mecheroub.

Le mezeüt .Parmi les silos il y en a dont la terre est bonne, cl lorsqu’on en extrait le blé qui y a séjourné deux ans ou davantage, sans avoir été jamais touché par l’eau, on détache des parois de la cavité une substance que les indigènes appellent mezeût, espèce de croule huileuse, produite par un peu d’humidité que la terre communique nécessairement au grain qu’elle renferme. Celte croûte affecte une couleur bleuâtre, et le goût en est légèrement sucré. On la transforme en medjebour. A entendre les Arabes, c’est un mets exquis, le plat des amis. Le couscoussou de mezeût s’apprête avec du beurre frais et de la viande d’agneau.

Le aïche ressemble à de là soupe au riz, avec cette différence cependant que les grumeaux du couscoussou remplacent les grains de riz. Il n’est pas rare qu’on fasse bouillir dans cette espèce de potage des abricots secs, qui sont désignés  le dialecte barbaresque par le mol fermas, issu probablement de l’adjectif latin firmus.

 Le farik tire son nom du premier froment tendre, que l’on cueille avant la moisson, et dont on fait durcir et griller les épis au four. C’est une primeur offerte au propriétaire par les laboureurs, et les actions de grâce n’y manquent pas. Les champs de Bou-farik, un des plus beaux villages de la Mitidja, avaient la renommée de fournir le farik pour la table du pacha d’Alger.

A Bougie, dit M. Ch. Brosselard, le savant explorateur des dialectes berbères, on appelle le couscoussou de qualité supérieure Keskessou-el-hourat, «le couscoussou  des houris » digne d’être mangé en Paradis.

A.   CHERBONNEAU.

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, HISTOIRE, LIEUX, MEMOIRE, PATAOUETE | Pas de Commentaire »

ALGER 1830

Posté par lesamisdegg le 9 novembre 2015

1840 blockhausBlockhaus et siège d’Alger en 1830

Blockhaus (de l’allemand block, billot, tronc d’arbre, et haus, maison), redoute ou fortin détaché, en bois, de dimension variable, communiquant souvent à un ouvrage principal par des conduits souterrains, et servant, dans ce cas, d’ouvrage avancé. Blockhaus désigne à l’origine une maison forte, un fortin construit généralement avec des bois empilés, bruts. C’est typiquement le fortin anglais d’Amérique du Nord. Le terme est passé aux retranchements de campagne enterrés, d’abord avec de gros troncs, puis en béton armé, utilisés massivement pendant la Première Guerre mondiale.

 Les Turcs se servaient d’ouvrages semblables, qu’ils appelaient palanques; c’étaient des espaces généralement circulaires, entourés de fossés et de fortes palissades. Les Prussiens s’attribuaient l’invention des blockhaus, dont ils firent usage en Silésie pour la première fois en 1778; mais probablement ils ne firent qu’en emprunter l’idée aux Turcs. Les blockhaus se modifièrent avec le progrès des armes à feu. A la fin du XVIIIe siècle, on voulut les couvrir pour les mettre à l’abri de la bombe; mais la fumée produite à l’intérieur par les armes à feu suffoquait les troupes, et on fut obligé d’y renoncer.

Au XIXe siècle, les blockhaus, dont on a fait un grand usage, et que les Français employèrent avec beaucoup de succès dans la libération de la Régence d’Alger*, étaient à ciel ouvert, de formes diverses, entourés de murs formés de palanques, poutres de 25 à 30 centimètres d’équarrissage, faisant paroi extérieure, et protégés par un rempart de terre. A l’intérieur étaient adossées des banquettes de terre pour loger les soldats. La plate-forme supérieure pouvait recevoir quelques pièces de canon, protégées par un fort blindage.

Le profil du blockhaus variait suivant qu’il devait résister à la mousqueterie ou à l’artillerie : dans le dernier cas, il a plusieurs rangs de palanques garnies de terre. Certains blockhaus avaient deux étages, afin que la défense ait plus d’étendue.

 La charpente des blockhaus pouvait être préparée d’avance, et montée avec une grande célérité.

C’est ainsi qu’en débarquant en Afrique, pour le siège d’Alger, les Français, à l’aide de blockhaus, s’établirent solidement et très promptement contre les Turcs.

*le congrès d’Aix-la-Chapelle avait répondu favorablement au retour de la France dans le concert des nations après l’épopée napoléonienne La condition était que la France libère, au nom des nations chrétiennes, la Méditerranée de la piraterie djihadiste, les européens chrétiens comme les africains animistes de l’esclavage, les juifs de la Régence de leur dihmitude, le commerce du tribut barbaresque comme de la mafia des recéleurs des biens piratés.

A. Nonimouss

 

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

123456...20
 

michelhenrialexandre |
POUR MES POTES |
prostitution etudiante |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecoblog le blog éco
| Néolibéralisme & Vacuit...
| Maatjes en bier