CALDERO d’Oranie de mi Mama !

Posté par lesamisdegg le 18 février 2018

Ce matin, de bonne heure la voilà qui ramène de la nouvelle pêcherie du port 3 kilos de poisson, surtout de la daurade du loup de mer et encore deux z’ot de rascasse, de rouget de roche ac’  les têtes, bien sûr, et encore, encore un kilo de demoiselles, ac’ des gabottes .Aïe les gabottes pour le bouillon !

Je l’observe écailler, vider et rincer les poissons avant de se les couper en gros morceaux.

poissons de caldéro

poissons de caldéro

 

Dans le grand faitout elle fait  revenir dans un fond d’huile d’olive les 6 gousses d’ail hachées, les piments de Cayenne écrasés puis les 3 tomates émondées, épépinées et concassées.

Dans une casserole, à part, ac’ les têtes de poissons, les demoiselles et les gabottes, elle se mijote  une mini soupe de poisson dans un demi-litre litre de l’eau eau.

Dans le fait-tout libéré, elle fait revenir 2 gros oignons coupés en morceaux et 4 gousses d’ail en rajoutant une cuillerée à soupe de paprika ou une nyora pilée au mortier, et la cuillère de concentré de tomates. Le « secret » c’est de passer la soupe des poissons au presse-purée-que vous avez gardé à la cave-, puis au chinois. Je l’ai vue verser sur cette préparation le fumet de poissons passé, saler, poivrer et laisser mijoter 15 minutes. Poz après, là-dedans elle s’est mis les « poissons de roche » et les tomates entières pendant 15 minutes.

Là-dessus elle s’est versé « oune bouène tchorro » de 3 litres de l’eau chaude, ac’ le zeste de l’orange, le laurier, le persil mouliné, les 4 sachets de spigol, et…. la cuillère à café d’anisette.

Après 15mn de mijotage –tojor un quart de l’heure !- elle s’est sorti le poisson pour le garder au chaud.

Dans le mortier elle -toujours la Mama – s’est préparé un bon aïl-y-oli  ac’ une nyora pilée. Pendant ce temps, les 500g de riz cuisaient. .

A peine le riz dans le faitout et le poisson dans un ot’ plat sur la table, ac’ la gargoulette de mascara rosé bien frais qu’on s’est tous régalés, ah de bon !

Viva la Mama !

les poissons du caldéro

les poissons du caldéro

le caldéro

le caldéro

Publié dans cuisine, MEMOIRE, PATAOUETE | 3 Commentaires »

Les BOULETTES de mon Aouéla pour son COUSSCOUSS !

Posté par lesamisdegg le 4 février 2018

Au marché Michelet elle s’est chargé le couffin d’un kilo de viande hachée de bœuf, d’une botte de persil et de 3 oignons .

De retour à la maison, l’Aouéla a mis du pain rassis en « rémojho » -à tremper – avant de se hacher  les oignons ac’ le persil. Le pain essoré elle se l’est mélangé au hachis oignons-persil, et puis vinga sel, poivre, paprika, tète d’ail écrasée, pincée de muscade.

Elle s’est bien mélangé, ac’ ses belles mains,  tout ce « bagali » ac’ la viande, bien, bien, avant de se faire les pélotass, de s’les rouler dans la farine. Les « ouèv’s » se sont délayés dans un peu d’eau. Avant de se voir rajouter une ti’te boite de concentré de tomate. Tout çà c’est resté toute la nuit dans la glacière !

 

Poz le lendemain matin dans le « caldéro » ou chauffait l’huile des olives -pas l’eau des …bande de tchoutches ! -, l’Aouéla s’est fait frire les pélotass

boulettes -pélotass

boulettes -pélotass

 farinées dans les œufs battus -bien dorées des deux côtés-.

Les boulettes les unes à côté des autres bien à plat , ajouter une feuille de laurier et de l’eau pour recouvrir les boulettes , couvrir et cuire à feu  moyen. Les boulettes sont cuites lorsque l’eau est presque entièrement évaporée.

Et yasta ! Et oilà !

PS : l’Aouéla se changeait des fois la recette ac’ un peu «  le kamoune », la cannelle, mais surtout ac’ les « pignoness » de pin

Manolo de Kargentah 

Publié dans cuisine, PATAOUETE | 2 Commentaires »

CASTEL et SAHUQUET de la famille HERNANDEZ

Posté par lesamisdegg le 22 janvier 2018

Robert Castel  était Robert le Bègue dans La Famille Hernandez

-Que représentait La Famille Hernandez?
-Robert Castel RC
: La matrice de l’humour pieds-noirs. Jusqu’alors, seule existait la parodie du Cid en pataouète par Edmond Brua, qui avait remporté un succès local, et même algérois. La Famille Hernandez a été créée le 12 septembre 1957 en France, au théâtre Charles-de-Rochefort. Nous étions 19 amateurs sur scène, représentant toutes les composantes de la population algérienne: des Espagnols, des Français d’Algérie, des Algériens. La pièce a fait l’effet d’un petit coup de tonnerre. 15 soirées étaient prévues. Mais les critiques parisiens, et non les moindres – Claude Sarraute, Pierre Marcabru, etc. – nous ont soutenus. Pour ma part, j’ai joué la pièce 1 700 fois.

- A quoi attribuez-vous ce succès?
- RC A la naissance d’un style, jailli de scènes de la vie populaire algéroise, de trouvailles d’écriture et d’autodérision. Geneviève Baïlac dirigeait le Centre régional d’art dramatique d’Alger, Lucette Sahuquet, Anne Berger, moi et les autres, nous nous moquions tendrement de notre accent. Nous caricaturions nos excès et notre bonne humeur. Et puis Lucette avait du génie dans l’improvisation. Son fameux « Crie doucement! » est intemporel. – Que racontait Purée de nous z’otres?
- Le retour en France d’un couple de pieds-noirs. Purée de nous z’otres avait des résonances plus dramatiques que La Famille Hernandez. Après huit ans de bombes, nous étions 1 million à quitter la patrie pour rejoindre la mère patrie, à vivre un exil dans notre propre pays. Nous avions du chagrin, de la nostalgie, mais pas d’amertume, et aucune visée politique. Moi, quand je veux envoyer un message, je vais à la poste. Cela dit, nous avons peut-être su montrer que la communauté était digne de respect, à une époque où « Cinq Colonnes à la Une », et beaucoup d’autres émissions, esquintait les Pieds-Noirs. Le message, inconscient, résidait dans la douleur de laisser de l’autre côté de la Méditerranée nos souvenirs, nos terres, nos maisons et nos morts. 

la famille HERNANDEZ 1957

la famille HERNANDEZ 1957

 

Lucette SAHUQUET   née le 6 septembre 1926 en Alger rencontre Robert Castel au Centre Régional d’Art Dramatique d’Alger dirigée par Geneviève Baïlac en 1956. Au cours de soirées privées, elle s’amuse avec son amie Anne Berger à créer un personnage proche de «La famille Hernandez» et demande à Robert Castel d’écrire des sketches. Ainsi leur premier spectacle «Scènes de la vie algérienne» allait au fil des improvisations devenir «La famille Hernandez» de Geneviève Baïlac.C’est le 17 septembre 1957 que «La famille Hernandez» est créée au «Théâtre Charles de Rochefort» à Paris avec la troupe du CRAD d’Alger: Lucette Sahuquet et Robert Castel entre autres et une débutante nommée Marthe Villalonga. Cette pièce qui évoque la vie des Pieds-Noirs dans l’Algérie Française de la fin des années cinquante est un succès immédiat et la pièce sera jouée près de mille-huit-cents fois en France (Théâtre du Gymnase en 1958 ou Théâtre Antoine en 1960) et à l’étranger.

 

SAHUQUET et CASTEL la purée de nouz'otres !

SAHUQUET et CASTEL 1963
la purée de nouz’otres !

 

Après l’indépendance de l’Algérie, le couple s’installe définitivement à Paris. En 1962, Lucette Sahuquet et Robert Castel jouent à l’Olympia des sketches orientés sur la vie des Pieds-Noirs. A cette occasion, leur prestation est gravée sur disque par le label RCA. Par la suite, ils signeront chez Barclay et enregistrerons plusieurs 45 tours qui remporteront un certains succès. En 1963, ils écrivent avec Jacques Bedos une fantaisie musicale intitulée «Purée de nous z’ôtres» qui relate le retour d’un couple de Pieds-Noirs en France. Créée au Théâtre des Trois Baudets, cette pièce sera donnée plus de cinq cents fois, Marthe Villalonga complétant la distribution.

 

 

Publié dans ARTS et LETTRES, PATAOUETE | 3 Commentaires »

Pélotass de Noël de l’aouéla

Posté par lesamisdegg le 25 décembre 2017

Pot-au-feu aux boulettes -Cocido con pelotas-

boulettes et pot-au-feu

boulettes et pot-au-feu

Préparation des pélotass de Noël pour six personnes : préparer la farce, de préférence la veille. Il vous faut 600 g de chair à saucisse, 300 gr de mie de pain trempée dans le lait et égouttée, 50 g de pignons de pin, 1 oignon, 3 gousses d’ail, un bouquet de persil (tout cela haché fin), 2 œufs, sel, poivre, noix muscade. Bien malaxer le tout et en façonner des boulettes que vous verserez dans un bouillon de pot au feu.

Le pot au feu: la veille faire tremper dans une grosse quantité d’eau froide 300 g de pois chiche. Le lendemain  mettre  ces pois chiches dans une grande marmite remplie d’eau, y ajouter 800 g de jarret ou paleron de bœuf, un oignon piqué de clous de girofle. A l’ébullition, écumer le bouillon. Y ajouter une poule, un bouquet garni. Donner de la couleur à votre bouillon en versant un sachet de spigol. Avant la fin de la cuisson des viandes  y ajouter carottes, navets, pommes de terre…Quand le pot au feu est prêt, ajouter les boulettes et cuire 20 minutes.

Publié dans ACTUALITE, cuisine, MEMOIRE, PATAOUETE | 1 Commentaire »

GASPATCHO oranais

Posté par lesamisdegg le 12 novembre 2017

Le gaspatcho est un ragoût de petit gibier et de viande blanche, accompagné de galettes de froment appelées tortas de gazpacho. C’est un plat qui se mange chaud et qu’il ne faut pas confondre avec le potage froid du même nom.
C’est une recette originaire de la Mancha que les chasseurs préparaient avec du gibier, sur le terrain, parce que la viande ne se conservait pas. Elle a perduré en Algérie, est devenue une spécialité du lundi de Pâques en Oranie.
Ingrédients:   500 gr de porc, 3 pigeons ou 1 pintade,   1/2 lapin
1 kg de tomates, 2 kg d’oignons,  4 gousses d’aïl,   1 bouquet garni.
Pour les galettes:   250 gr de farine,   1 cuillerée de sel,   1 bon verre d’eau.
Préparation:

Les galettes: la veille, mélanger farine, sel et eau. Pétrir légèrement. Etaler pour former 3 ou 4 grandes galettes les plus fines possible. Piquer la pâte à la fourchette. Cuire 15 mn à four moyen. ousinon utiliser des « galettes juives »

Le gaspatcho:   Dans une grande poêle à bords hauts, faire revenir toutes les viandes coupées en morceaux, les retirer. Faire revenir les oignons émincés, ajouter les tomates coupées, laisser cuire 5 ou 6 mn.  Hacher grossièrement l’ail, l’ajouter à la sauce avec le bouquet garni, saler, poivrer. Remettre toutes les viandes, couvrir avec 3 litres d’eau.  Laisser cuire environ 1 heure.

gaspatcho

gaspatcho

Ajouter les galettes coupées en petits morceaux et laisser cuire 15 à 20 mn, jusqu’à ce qu’elles soient souples sans devenir pâteuses.

Publié dans cuisine, MEMOIRE, PATAOUETE | 2 Commentaires »

la soubressade , le makrout et la gargoulette

Posté par lesamisdegg le 4 novembre 2017

Un régal, un rêve !

 

Et si vous preniez deux œufs, que vous les cassiez ?

Après vous les battez bien pendant cinq minutes, Puis vous prenez une petite poêle, avec un petit fond d’huile d’olive, vous versez les œufs,

Après vous allez a la fenêtre dans la cuisine, dans le petit garde-manger, vous prenez une belle soubressade piquante de chez Zéralta, vous savez le charcutier du marché de Belcourt. Vous enlevez la peau et la ficelle rouge, et vous l’éparpillez dans les œufs .

Juste un petit instant, après vous la versez dans une assiette, vous prenez un bon morceau de pain mahonnais, avec la mie bien dure, un bon verre de vin rose bien frais, pour celles et ceux qui aiment le vin, ou la gargoulette avec de l’eau bien fraiche, vous vous mettez au balcon, assis par terre, les jambes en tailleur, et en regardant en bas la mer bien bleue, avec les bateaux qui rentrent et qui sortent du port. Vous vous tapez un repas royal, Que même Azrine il ne peut pas nous enlever, et quand il n y a plus rien dans l’assiette, vous descendez en bas chez le tunisien, et vous prenez un bon makrout plein de miel qui vous coule entre les doigts, et doucement mais surtout bien doucement, les yeux fermes, vous le dégustez, et même qu’à la fin vous vous léchez les doigts tellement c’est bon.

 

Et puis catastrophe, votre femme vient vous réveiller, et tout ce beau rêve y fait tchouffa !

Quand est-ce qu’on arrêtera de penser à ce foutu pays ??

Jamais !!! Oh non jamais, plutôt crever !

soubressade

soubressade

makrout

makrout

 

JEAN LLORENS de Belcourt s/c de Judd Gerald

Publié dans cuisine, MEMOIRE, PATAOUETE | 4 Commentaires »

CRACCIATORE « jeune » ou le cracheur d’Alger

Posté par lesamisdegg le 7 mai 2017

 

Honni soit qui crache !

texte et dessin de  Jean BRUA

texte et dessin de Jean BRUA

Après les « costumes de l’haine » des z’hérauts de l’anticouillonialisme, nous voici sous le déluge de cracheurs algériens haut-placés.

Dodièze n’étant pas homme à ouvrir le parapluie, voici, en exclusivité de fin d’année, la salve rabiatique qu’il tire en l’honneur de la réélection du président le plus expectorant de la nouvelle Algérie.

DODIÈZE – T’l'as pas connu çuilà de Blida qu’on l’appelait Guillaume Tell par rigolade ?

J.-B. – Non, mais j’aimerais savoir ce qui – à part la proximité de l’Atlas blidéen du même nom – lui avait valu un sobriquet aussi flatteur. Était-il champion de tir à l’arc ? à la pipe de terre ? au taouette (1) ? à la boule de pétanque ?

DODIÈZE – Ouallou partout. Guillaume, c’était son vrai prénom. Mais « Tell », pasqu’il était le nass de nass (2), pas de tout ça que tu dis toi, mais d’une autre chose de la cour d’école ou de la rue que c’était pas non plus le foot, les noyaux z’abricots, les billes ou le gendarme-voleur…

J.-B. – Diable ! Je bous de savoir quoi…

DODIÈZE – Tu bous, mais tu brûles pas… Y alors ?… Non ? Eh ben, t’i'as jamais fait le concours de crachat, toi ? C’est pas la peine que t’i'es-t-allé à l’école plus longtemps que moi !

J.-B. (vesqué) – Permettez, permettez ! Je suis encore capable de tirer à quatre mètres sans élan…

DODIÈZE – Quat’ mèt ! Zec (3) ! Mon pôve, au moins le doube i’faisait, le canon à mollards de Tell, a’c le claquement d’la langue – plop ! – comme un coup d’percuteur ! Le roi du glaviot, il était, à Bablouette ousque son père i vendait des balais, des brosses et des serpillières, assaoir si c’était pas pour nettoyer ça qu’i salissait le fils. Et en pluss d’la longueur, j’te dis pas la précision : la toupie en marche, les mouches au vol, le trou de serrure, qu’est-ce qu’il était pas capabe à flinguer, rien qu’a'c la bouche !

J.-B. (retournant le ricanement) – Ben voyons ! Et aussi la pomme sur la tête d’un copain, non ?

DODIÈZE (choqué) – La pomme, non ! Ça l’aurait été mal élevé, dégoûtant. Mais la cocotte en papier, en tir direct, à trois mèt’, i te la lévait de la tête kif-kif un chapeau. (Soupir) Le pôve Guillaume, il a resté à Saint-Ugène (4). En tout cas, i serait content de oir que son sport, lui, il est pas mort. Et même qu’il a venu international.

J.-B. – Ne me dites pas que la discipline va entrer aux Jeux olympiques. Je plaindrais les juges et les arbitres…

DODIÈZE – Justement, question d’arbitres. Chouf (5) l’affaire Barthez. La vérité, c’est que quand il a craché dessur l’arbitre marocain, il était hors-jeu.

J.-B. – Que me chantez-vous là ? Un gardien de but ne peut pas être hors-jeu.

DODIÈZE – Au foot, non, mais à la crache, oui. À moins d’un mèt, antantion le sifflet ! S’il aurait craché d’un peu pluss loin, le fartass (6), jamais l’arbite il tape le rapport à la Fédération et y’a plus le coup de suspension et les travails forcés…

J.-B. (corrigeant) – Travaux d’intérêt général.

DODIÈZE – Si tu veux. En tout cas, à ça qu’on m’a dit question des intérêts générals, tous les petits des écoles de foot ousqu’il a travaillé aouf (7) Barthez pendant six mois, i z’ont profité d’la leçon : de tant qu’i se sont entraînés dessur les silhouettes en carton, pas un i rate un arbite à trois mèt’, méteunant !

J.-B. – Je suis content de voir que votre sens de la dérision est intact. Votre version de l’affaire Barthez pourrait servir de mot de la fin…

DODIÈZE – Mot de la fin, minute. On l’a pas encore parlé du champion toutes catégories.

J.-B. – Plus fort que votre « Guillaume Tell » et que Barthez ?

DODIÈZE – Ou’Allah (8) ! Un qu’il est capabe à cracher par-dessur la mer sans fatiguer, comme si ça s’rait une mitrailleuse Hoskitch que sa bande de cartouches elle traîne jusqu’ à Tamanrasset, au moinss ! P’touh ! dessur la France ; p’touh ! dessur les z’harkis ; p’touh ! dessur les Pieds-Noirs. Plus mouillé que nouzôtres, tu meurs noyé comme si ça s’rait de l’ouragan Katrina ! Qué rabia que tout le monde i font semblant de rester secs de cette baffagne ! Dommage qu’il est plus là mon copain Tell pour la réponse, ou alors ce cracheur talien que ton père il avait inventé dans le jornal pour se payer la tête à Mussolini, en 1943, tu t’arapelles ?

J.-B. – Bien sûr. Il l’avait appelé Cracciatore (9).

DODIÈZE – Eh ben oilà. Pendant la guerre on l’avait Cracciatore. Méteunant que c’est la paix, on l’a son modèle réduit : Pouh ! teflika !

Jean BRUA

Splications

1) Taouette : contraction de tire-boulette (lance-pierre à élastique)

2) Nass de nass : as des as  3) Zec ! (ironique) : mazette !

4) Saint-Ugène (pour Saint-Eugène) : principal cimetière européen d’Alger

5) Chouf : vois, regarde 6) Fartass : chauve 7) Aouf : gratis 8) Ou’Allah : sur Dieu ! (ma parole d’honneur)

9) Cracciatore : cracheur mythique de l’armée mussolinienne dont Edmond Brua avait fait le héros d’une fable.

Les chroniques de Dodièze (1999-2005) ont fait l’objet d’un recueil (QUÉ RABIA !) aux éd. Jacques Gandini

Publié dans "LES EVENEMENTS" en ALGERIE, ACTUALITE, HARKIS, PATAOUETE | Pas de Commentaire »

Le CABASSETTE et le COUFFIN

Posté par lesamisdegg le 17 avril 2017

Au fond d’un placard, le cabassette et le couffin s’ennuyaient beaucoup. Depuis qu’ils avaient quitté leur pays natal, ils ne sortaient plus du tout. Alors, ils se racontaient des histoires pour tromper leur ennui, surtout celles qui parlaient de leurs anciennes et nombreuses sorties, quand ils accompagnaient la famille au marché, en forêt ou en bord de mer.

 

Ainsi, à Pâques, on les remplissait de ce qu’il y avait de meilleur sur terre ; le cabassette disait qu’il transportait la soubressade, la calentica, le boutifar, les poivrons grillés, les anchois, les dattes et les figues sèches, les cocas, les mantécaos, sans oublier le bon selecto et le fameux Mascara.

 

Le couffin se vantait d’être plein de zlabias au miel, de douces oreillettes, de makrouts, de la belle mona, sans oublier les succulents rollietes. Ils étaient tellement lourds qu’ils n’en pouvaient plus, surtout s’il fallait tenir jusqu’à la forêt de Sidi-Ferruch ou la montagne des Lions, pleines de monde.

 

Là, au milieu des cris de joie, on commençait à les vider, les tramousses et les variantes étaient sortis en premier car, avant le repas, on sirotait bien sur l’anisette traditionnelle en trinquant à la bonne santé de tous.

 

Puis, au milieu d’une joyeuse ambiance, on déballait tout, et chacun se servait, tous les membres de la famille pouvaient commencer à se régaler.

 

Dans la soirée, pour le retour à la maison, le cabassette et le couffin maintenant si légers, pensaient à faire les courses dès le lendemain matin ; ils continueraient ainsi à déambuler dans les allées du marché où ils seraient remplis de ces bonnes choses qui faisaient leur fierté.

 

Bien longtemps après, alors qu’ils se lamentaient toujours, une main amie qui les avait bien connus, leur apporta un grand réconfort, et pour ne pas qu’ils tombent complètement dans les oubliettes, ils furent sortis du placard pour aller faire des commissions.

 

Réconfortés, ils purent se dire qu’on ne les avait pas laissé tomber, pour enfin revivre en pensant à la journée de la MONA.

 

In Connu 2012 05 19

le jour de la mona aux planteurs à ORAN- by PALLES-

le jour de la mona aux planteurs à ORAN- by PALLES-

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, MEMOIRE, PATAOUETE | 1 Commentaire »

MONA-mouna-

Posté par lesamisdegg le 16 avril 2017

Après la « mére des batailles » et la « mère des bombes »  voici ………..

la MONA des MONES , la Mouna des Monèss !!

mouna Jean BRUA 2016

mouna Jean BRUA 2016

« Ma mère, ma sœur et les autes femmes de la maison, elles travaillent dedans les plats en terre vernite pluss que quat’jours pour faire les monès (1). Mon père qu’il est aveugue, le pôve, i donne un coup de main pourquoi la pâte elle fatigue de remuer. Chaque coup que je rentre dedans la cuisine pour oir, toutes les femmes elles m’engueulent à cause que je fais venir les gâteaux aigues.

« Allez, foutche (2) ! On l’a pas besoin de toi par ici ! » elle me dit Chicanelle, qu’elle a la colle du cerf-volant (3) jusqu’en haut les bras. Par-terre, c’est tout plein de l’eau, des peaux d’œuf, du gouillat (4), des peaux de la soubressade, des peaux du formage, des papiers de beurre et tout.

On s’a fabriqué pluss de trois qualités des gâteaux pour aller se les manger à la Pointe (5), tous ensemble. La mère à Nini, qu’elle travaille les guêtres, elle s’a porté la machine à coudre à le Mont-de-Piété et d’un peu ma sœur elle me chope la montre en argent du temps que je dors, pour se l’envoyer à la place Bugeaud (6).

De la castagne que j’y a foutue, j’y a sorti une oreille comme un beignet arabe :

- Vends-toi ton bracelet à toi et laisse la montre ici, bougue de voleuse !

Elle a fait fâché. Qu’ça m’fout, à moi ?

À présent, chaque coup que je me couche, je m’attache les effets à le fer du lit, et je m’embusque la montre en-dessous la paillasse. »


« Ma parole, les femmes elles font catholiques rien que pour les monès. Les monès, c’est pluss que quand on fait la première communion. On pense plus à les autes choses. Pour baliyer, laver le linge, les assiettes, arranger le lit, faire le manger, personne i marche.

À bon matin, chaque femme elle s’attrape son plat et vinga d’écraser la pâte, de monter les gâteaux dessur les planches en tendant qu’on s’les porte à le four. Les hommes i se nettoyent les petits barils ; i s’anrangent la guitare ; i s’attachent les couvertes pour faire la tente vec les bâtons. Après, i se louent le carrosse arabe (7) et i s’en vont soigir la place bonne à la mer, vec tout le bazar.

Moi, je fais le roseau (8) jusqu’à temps qu’on jette le signal qu’on commence la fête. Demain nous allons. Challah ! ».

1 Orthographe valencienne.

2 Fiche le camp !

3 La fabrication du cerf-volant utilisait une colle rudimentaire à base de farine.

4 Synonyme probable de « bagali ».

5 Pescade, évidemment.

6 Siège du Mont-de-Piété. Par parenthèse, le recours aux fonds de « ma tante » pour acheter de quoi faire la cassouela de Pâques donne une idée de la condition des « colons » babelouédiens de ce temps.

7 Voiture à bras.

8 Tirer la flemme.

Jean BRUA

 

 

 

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, PATAOUETE | Pas de Commentaire »

Albert CAMUS « mi patuet »

Posté par lesamisdegg le 17 janvier 2017

Albert CAMUS , mon pataouète , my compatriot , mi paisano ,

connaissait et utilisait le PATAOUETE

 

 

caricature

caricature

Alors Coco y s’avanœ et y lui dit: « Arrête un peu, arête « 

 L’autre y dit: « Qu’est-ce qu’y a ? »

Alors Coco y lui dit: « Je vas te donner des coups.
« A moi tu vas donner des coups? « 
 
Alors y met la main darrière, mais c’était scousa.
 
Alors Coco y lui dit:  » Mets pas la main darrière, parce qu’après j’te choppe le 6,35 et t’y mangeras des coups quand même. « 
 
L’autre il a pas mis la main.

Et Coco, rien qu’un, y lui a donné pas deux, un. 
L’autre il était par terre. « Oua, oua « , qu’y faisait.
 
Alors le monde il est venu. La bagarre, elle a commencé.
 
Y en a un qui s’est avancé à Coco, deux, trois.
 
Moi j’y ai dit: « Dis, tu vas toucher à mon frère?
« Qui, ton frère? »
 
« Si c’est pas mon frère, c’est comme mon frère.
 « 
Alors j’y ai donné un taquet. Coco y tapait, moi je tapais, Lucien y tapait.
 
Moi j’en avais un dans un coin et avec la tête: « Bom, bom. »
 
Alors les agents y sont venus. Y nous ont mis les chaînes, dis !
 
La honte à la figure, j’avais, de traverser tout Bab-el-Oued. Devant le Gentleman’s bar, y avait des copains et des petites, dis ! La honte à la figure !
Mais après, le père à Lucien, y nous a dit: « Vous avez raison. « 

Publié dans ARTS et LETTRES, PATAOUETE | Pas de Commentaire »

12
 

michelhenrialexandre |
POUR MES POTES |
prostitution etudiante |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecoblog le blog éco
| Néolibéralisme & Vacuit...
| Maatjes en bier