Pélerinage de l’Ascencion à Oran

Posté par lesamisdegg le 25 mai 2017

Les bonnes coutumes ne se perdent pas, à cela près que les pèlerins 1936 ne ressemblent en rien à leurs frères des années précédentes. Il n’était que de voir la majeure partie d’entre eux pour deviner le vœu qui avait été fait par tous les fervents de N.D. de Santa-Cruz :

« Si Dubois est élu, avait dit le chef de la famille, nous irons tous à pied remercier la vierge Marie. »

Et de fait, c’est au chant de l’Internationale que la plupart des fidèles se lancèrent à l’assaut de la chapelle, magnifiquement décorée pour la circonstance d’une faucille et d’un marteau gigantesques. Un peu partout, on croisait des groupes de jeunes hommes dont la pochette rouge n’excluait pas la foi. En ce jour de l’Ascension, ils s’en allaient au Fort ou à là Chapelle afin de graver sur la pierre, à l’aide d’un petit canif, la faucille et le marteau qui remplacent aujourd’hui le cœur traversé d’une flèche de nos jeunes années.

Tout près de la petite église, notre charmant confrère Paul Saffar, de Pathé-Journal, escorté d’un bataillon de jolies femmes « tourne » la montée des pèlerins. C’est la première fois qu’une firme cinématographique envoie un reporter pour filmer une actualité en notre ville. Et avant quinze jours, les Oranais pourront revivre, sur l’écran du Régent, les heures traditionnelles de l’Ascension.

Sous la voûte de la Chapelle, où ça sent la cire qui brûle et l’aisselle qui transpire, les fidèles se pressent. Il s’agit d’acheter des bougies préalablement bénites. Près de moi, une brave femme proteste :

« Mira que abuso ! A franco la vela ! Y tampoco da timbres de La Ruche ! »

- Regardez quel abus. Un franc la bougie et il ne donne même pas de timbres « La Ruche ».

La messe a lieu sur l’esplanade supérieure. C’est comme qui dirait, une messe-camping. Le prédicateur nous apprend que nous montons à Santa-Cruz pour remercier le Seigneur d’avoir sauvé Oran de la Peste de 1849. A cette époque, dit-il, la peste et le choléra faisaient des ravages dans notre population. Alors qu’Oran ne comptait que 25.000 habitants, on enregistrait 60 décès par jour. Les médecins ne pouvant rien contre le fléau, les autorités de la ville décidèrent de tenir un grand Conseil. Il y avait là le Préfet, l’Evêque et le Maire d’alors. Il y avait aussi le général Pélissier. Tout à coup, le général Pélissier se leva :

« Bougre d’andouille I s’écria-t-il cri s’adressant â l’évêque, il faut que ce soit moi qui trouvé le truc ! Ce n’est pourtant pas difficile ! On va monter à Santa-Cruz une statue de la Bonne Mère et on fera une procession. Avec ça, fini le choléra. »

Bravo, opina l’évêque; et en tous cas, si ça ne prend pas, on aura tout de même eu l’occasion de faire quelques quêtes.

Et aussitôt dit, aussitôt fait. Les malheureux qui se privaient de manger pour payer un médecin non estampillé par l’Eglise, versèrent à Monseigneur le prix d’une visite. On fit faire une vierge grandeur nature et, au cours d’une procession monstre, on la porta à Santa-Cruz.

Là-dessus, l’évêque chanta. Tout de suite après -c’était fatal- la pluie tomba. Et quand les Oranais descendirent en ville, c’était fini. Oran était sauvé !

Mais hélas, mes très chers frères, continue le collègue de l’Abbé Lambert, nous subissons aujourd’hui un mal beaucoup plus grave que la peste et le choléra. C’est l’odieuse révolution qui fait des ravages considérables de par le monde et qui menace d’exterminer l’univers si nous ne réagissons pas. Mes très chers frères, méfiez-vous des révolutionnaires comme de la peste et du choléra, et demandez tous à la Sainte-Vierge de nous préserver de ce nouveau fléau. Ainsi soit-il, préparez-vous pour la quête !

Une heure après, le même curé parcourait les sentiers qui entourent la chapelle, et, agitant une petite sonnette, il appelait les fidèles à intervalles réguliers : Tout le monde sur l’esplanade pour la messe ! Je pensais à un steward qui appellerait les passagers d’un transatlantique à l’heure de midi : Deuxième service pour les secondes ! Au fond, ne se ressemblaient-ils pas comme des frères, et ne nous mènent-ils pas tous les deux en bateau ?

Fortuné LEBIDOIS, ancien enfant de chœur

Oran spectacles… Hebdomadaire satirique

 

Pathé-journal

Pathé-journal

procession

procession

cierges

cierges

chapelle

chapelle

Publié dans ACTUALITE, HISTOIRE, MANIFESTATIONS, MEMOIRE | 2 Commentaires »

HARKIS

Posté par lesamisdegg le 26 septembre 2016

l’engagement

Les motivations d’engagement des Français-Musulmans d’Algérie en général et des supplétifs en particulier furent multiples et variés, mais il est possible de les regrouper en quelques grandes catégories, en gardant à l’esprit qu’elles ne furent pas exclusives les unes des autres.

Suite aux exactions du FLN
Pour les supplétifs, c’est le motif qui revient le plus souvent. Pas ou peu connu au début des évènements, pressé de s’imposer comme seul représentant du peuple algérien, le FLN choisit l’arme de la terreur. Le premier tract interdit d’emblée toute hésitation ou toute velléité de neutralité : « Se désintéresser de la lutte est un crime ». Un document trouvé sur le chef fellaga Zighout Youssef précise que « Le FLN mène la guerre sur deux fronts :
contre l’autorité française en réclamant l’indépendance au nom du peuple algérien,
contre le peuple algérien, pour s’imposer à lui comme son représentant ». L’arrivée au maquis de « chefs locaux » peu formés politiquement, marqués par une culture de clans, de rivalités ancestrales violentes entre familles ou villages, va favoriser les assassinats au moindre soupçon d’opposition au FLN voire simplement pour l’exemple.

Comme le note Mouloud Feraoun, « les suspects tombent au détour des chemins, à la descente des cars, à l’intérieurs des cars, dans les villages, les marchés, les villes. Ils tombent partout… En attendant qu’il donne la puissance aux Fellagas, Dieu donne surtout la peur à tous les autres. » Dans ce contexte, la majorité des harkis ou moghaznis le sont devenus pour fuir la terreur du FLN, pour se protéger et défendre leurs familles. Plusieurs milliers de harkis ont quitté le FLN et sont devenus harkis par refus des méthodes de certains chefs FLN, notamment les exactions contre des civils musulmans ou européens. La violence fût une stratégie décidée, diffusée et encouragée par le FLN à laquelle répondront d’autres formes de violences militaires. Ainsi s’alimentait le cercle vicieux de l’horreur voulu par le FLN pour atteindre un « état de guerre ».

Solidarité familiale ou clanique
La famille maghrébine est marquée par la primauté du groupe sur l’individu et l’impérieux devoir de solidarité envers les siens : d’abord ses parents et enfants, ensuite ceux portant le même nom, puis ceux de son village contre un autre village, … Cette superposition de solidarités concentriques qui impose d’aider et de défendre la vie ou l’honneur des siens a favorisé les engagements de familles entières voire de villages ou de tribus, lorsque ses membres avaient été assassinés ou lorsque le chef de famille, du village ou de la tribu, s’engageait contre le FLN.

V.P.

1958

1958 commandos et harkis

Publié dans ACTUALITE, COMMEMORATIONS, HARKIS, HISTOIRE, MANIFESTATIONS, MEMOIRE, TERRORISME | Pas de Commentaire »

La fête de l’Ascension à Santa-Cruz

Posté par lesamisdegg le 3 mai 2016

Alors qu’en 1849 le choléra ravageait la population d’Oran, le maréchal Pélissier aurait dit,  montrant les pentes du Murdjadjo, aux notables assemblés et effondrés :

« F…..- moi une Vierge, là-haut et vous verrez que l’épidémie cessera ! »

Les plaques commémoratives accrochées aux pilastres de l’autel de Santa-Cruz ne font pas mention de l’expression énergique du vieux soldat. Elles nous apprennent cependant que, durant l’épidémie de choléra de 1849 une modeste chapelle fut érigée par les soins de Mgr, Callot, premier évêque d’Oran, sur cet éperon de l’Aïdour. Un simple campanile exhaussait cette humble construction qui fut consacrée au culte de Notre-Dame du Salut par Mgr Pavy, évêque d’Alger.

En 1875, une tour surmontée d’une statue de Vierge remplaça le campanile. En 1899, Mgr. Cantel consacra, pour la deuxième fois, l’édifice que la ferveur populaire visitait déjà chaque année. Sous le même prélat, en 1905, Santa-Cruz fut entièrement détruite par un incendie, mais immédiatement reconstruite dans l’état même où nous la voyons aujourd’hui, en mai 1936.

La chapelle est facile à décrire. Bâtie sur une plateforme exiguë, au pied du fort de Santa-Cruz et à quelques trois cents mètres, à pic au-dessus du port, c’est une simple nef agrémentée vers la ville d’une petite terrasse et d’un clocher qui supporte la statue de la Madone. Aucune recherche architecturale n’a présidé à sa construction. Ce n’est pas une œuvre d’art, mais une œuvre de piété. Dans sa modestie, qui s’allie si bien à la condition du peuple qui la fréquente, elle semble plus pure, dépouillée: qu’elle est de tout ornement. Elle protège la ville .La population catholique d’Oran- espagnole pour une très grosse part- la vénère, tout autant que les Algérois Notre Dame d’Afrique, et les Marseillais Notre-Dame de la Garde.

Les murs, à l’intérieur de la chapelle sont recouverts d’exvotos de toute sorte. Car Santa-Cruz fait retrouver les objets perdus et l’affection d’un époux, conclure les mariages, sauver les enfants ou en donner aux femmes stériles, guérir les infirmités. Tout ce que l’on peut demander à une divinité supérieure, Notre-Dame du Salut l’accorde à ceux qu’elle touche de sa grâce. Et pour commémorer tous ces bienfaits, poupons dé biscuit rosé, voiles dé mariée, couronnes de fleurs d’orangers, cannes ou béquilles devenues inutiles, plaques de marbre gravées s’entassent dans la chapelle.

Le jour de l’Ascension, des files ininterrompues de pèlerins serpentent aux flancs de la montagne. De tous les points du département, français, espagnols, gitanos accourent autant par piété que pour suivre une tradition agréable. Certain de ces fidèles y viennent pour accomplir un vœu, les plus ardents font l’ascension pieds nus, ou encore, comme ces deux. associés dont les affaires s’étaient relevées grâce à l’appui de la Vierge, avec des haricots dans les souliers. Mais tandis que l’un d’eux s’arrêtait à chaque pas, jurant qu’il n’arriverait jamais au but, l’autre courrait et gambadait.

«  Ce n’est pas possible, lui dit le premier, tu n’as pas mis des haricots dans tes souliers?

Mais oui, répondit l’autre, seulement je les ai fait cuire. «

De nombreux excursionnistes s’installent dès le samedi soir, et couchent sur la terre dure, sur des couvertures, à la belle étoile ou à l’abri précaire d’une toile de tente. La nuit, de la ville, on voit les feux de leur campement scintiller autour de la chapelle. Aux premières lueurs du jour, la cloche tinte et les prêtres arrivent. Sans interruption, pendant toute la matinée sur un autel dressé en plein air, les messes succèdent aux messes, les fidèles aux fidèles. Des théories d’hommes, de femmes, d’enfants portant des couffins, des paniers à provisions, des bouteilles de bière, de vin, de limonade, montent et descendent. Tous les vendeurs de glace viennent offrir leur crème aux grimpeurs altérés.

Sur toute cette foule, que dominent les invocations de Lourdes,

« Seigneur nous vous adorons ! Seigneur, si vous le voulez, je serai guéri ! »

tourbillonnent, soulevés par le vent d’ouest, des nuages de poussière. Une violente odeur de cierges brûlés prend à la gorge les chanteurs extatiques d’« Ave Maria ». Des milliers et des milliers de bougies, de chandelles, se consument à l’intérieur ou à l’extérieur de la chapelle. La cire qui coule recouvre les rochers, les marches de l’église, les rend glissants et dangereux.

Pendant toute la journée, cette exaltation, cette atmosphère qui tient à la fois de la mystique de Lourdes et de la joie bruyante d’une kermesse règne sur la montagne. Et ce n’est que lorsque le soleil a fini de teinter de rose, de l’autre côté de la baie les falaises de Canastel, que les derniers promeneurs redescendent, harassés, pliant sur leurs genoux, les bras chargés de fleurs, de paniers et d’enfants, les sentiers qui les conduisent à la ville.

Santa-Cruz retrouve alors son calme et sa sérénité majestueuse.

Henri QUEYRAT.

 

pélerinnage à Santa-Cruz

pélerinage à Santa-Cruz

Publié dans HISTOIRE, LIEUX, MANIFESTATIONS, MEMOIRE | Pas de Commentaire »

HARKIS , hommage du 25 09 2010

Posté par mdame le 25 septembre 2015

hommage 1989

hommage 1989

 AAA logo

 A l’occasion de la Journée nationale d’hommage aux HARKIS et membres des forces supplétives

ALGERIANIE a participé à la cérémonie présidée par le Secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens Combattants qui a eu lieu samedi 25 septembre 2010 dans la cour d’honneur  de l’Hôtel national des Invalides.

Après une remise de décorations et un dépôt de gerbe le S.E.D.A.C. a rappelé le sacrifice des Harkis, la fraternité de certains officiers pour leurs hommes. Il a évoqué la mise en place prochaine de la Fondation pour la mémoire de la Guerre d’Algérie, des combats du Maroc et de Tunisie.

A l’entrée, des filles et fils de Harkis réclamaient à l’aide de banderoles que le candidat élu à la Présidence de la république tienne ses promesses, tout en regrettant qu’il n’honore pas de sa présence la cérémonie

Publié dans CENTRES et ASSOCIATIONS, COMMEMORATIONS, COMMUNIQUÉS AAA, HARKIS, MANIFESTATIONS, MEMOIRE | Pas de Commentaire »

CARNAVAL ORAN 1925

Posté par lesamisdegg le 17 février 2015

Oran 1922 carnavalLes fêtes de Carnaval ont toujours été des plus réussies à Oran.

Cette année-ci, malheureusement, elles ont été, en partie, contrariées par les subites sautes d’humeur de dame Nature. Samedi, durant les dernières heures de la nuit, d’abondantes averses transformèrent les rues de notre cité en de véritables cloaques de boue  liquide. Le dimanche, débuta pluvieux, incertain. Le jour d’un gris sale, se leva tard, comme un vieux rentier et .le soleil, capricieux, ne parut que par intervalles. Toutefois, petit à petit, les principales artères prirent leur air guilleret des dimanches de fête.

Boulevards du Lycée et Seguin, Place Yillebois-Mareuil et rue d’Arzew, les marchands de confettis et de serpentins, installaient leurs légers baraquements et leurs éventaires, profitant d’une soudaine éclaircie, réconfortante ainsi qu’un féminin sourire. Enfin, vers midi, le soleil, las de nous faire grise mine, accorda la douceur de ses rayons joyeux. Le froid très vif rougissait davantage les frais minois de nos gentes Oranaises, délicatement fardées, avivant les regards enjôleurs jaillis d’entre les fourrures de skunks ou d’opossum. L’après-midi, malgré le vent un peu vif, la théorie des véhicules plus ou moins bien décorés, et les nombreuses frasques qui ne pouvaient se payer le luxe d’une calèche ou d’un taxi défilèrent dans les principales rues d’Oran, entre deux haies de chaises garnies de spectateurs et de mignonnes spectatrices. La gaité, saine et fraiche, brillait en tous les yeux. Cette première journée, fut assez animée sans, toutefois, égaler les fêtes des années précédentes.

Très peu de chars et de groupes artistiques. Tous, ou presque, sacrifiaient au dieu du jour; j’ai nommé la Publicité. Citons seulement le beau char de la maison Vila – où se trémoussaient de jolies personnes-, celui de l’anis Diamant aux personnages déjà remarqués l’année dernière -soldat d’opérette espagnole- . Le soir la foule des masques où se perdaient quelques gens non déguisés assaillit les dancings organisés un peu partout : au Régent, au Continental, au Palais de la Danse à l’Alhambra, que sais-je encore ? ; Lundi, le vent se mit de la partie, un vent très froid, qui tailladait la peau du visage. Cela n’empêcha pas nos concitoyens de rivaliser d’entrain, quoique les groupes déguisés et les véhicules parés fussent moins nombreux que la veille. Pour une deuxième journée de fêtes, elle ne fut pas trop mal réussie. Mardi, le soleil se leva dans un ciel sans nuages, nous promettant une belle après midi, En effet le ciel redevenant aussi azuré qu’à l’ordinaire incita les masques à sortir plus nombreux, tels les escargots qui après la pluie, dressent vers le soleil leurs molles antennes. Et la bataille commença. Les serpentins zigzaguèrent dans l’espace lancés des balcons, bondés de gentes demoiselles ou des véhicules joliment décorés. Et les confettis, lancés à brûle-pourpoint, saupoudrèrent les souples chevelures des promeneuses et leurs toilettes claires.

Quelques masques isolés donnèrent la note comique, cependant que ces couples richement travestis témoignaient de leur goût artistique .Remarqués parmi ceux-ci deux charmants petits pages très XV ième siècle. Ce fut une belle et bonne journée, trop courte, hélas !

Les boulevards conservèrent leur animation jusqu’à fort tard dans la nuit. Dans tous les bals il y avait foule et les jeunes et même les pas tout à fait vieux, s’en donnèrent à cœur joie, pour ne se réparer qu’à l’aube naissante. Combien d’idylles ébauchées avec la complicité du loup de velours ! Que de drames poignants soigneusement cachés sous le rictus des visages fardés ! Qu’est-ce que l’existence, d’ailleurs ? Une éternelle mascarade, un infernal Carnaval où chacun trompe tout le monde : parents, voisins, amis et inconnus.

Chacun porte son masque que nous n’ôterons que le jour où sonnera j’heure de la Justice. Amusez-vous, jeunes gens ! Ne songez pas que ces fêtes sont le symbole de notre vie ici bas ! Aujourd’hui, vous avez déposé dans un tiroir votre masque de satin noir. A vos épaules pèse à nouveau le joug de l’existence. Gardez au moins le doux souvenir de ces, quelques journées de plaisir, qui vous ont  permis d’oublier les soucis quotidiens.

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, HISTOIRE, LIEUX, MANIFESTATIONS | Pas de Commentaire »

Rencontres d’Outre-rive:Paris 27 avril 2013

Posté par lesamisdegg le 26 avril 2013

      Paris le 19 mars 2013

Le Président  et le bureau vous prient d’assister samedi 27 avril de 14h30 à 17h30

Maison des associations, 4 rue Amélie, 75007 PARIS, métro La Tour Maubourg ou Invalides aux       

                      RENCONTRES d’OUTRE-RIVE

-In Memoriam, lectures et témoignages en souvenir de Monseigneur Pierre BOZ

-« Bastien-Thiry 50 ans après » : lectures et témoignages

-Présentation d’auteurs, de livres, librairie, dédicaces

Ces rencontres seront suivies d’un diner amical autour d’un invité surprise.

Retenez sur vos agendas notre prochaine rencontre autour du  5 juillet 2013

Découvrez et faites découvrir notre blog !     http://lesamisdalgerianie.unblog.fr

Pour nous joindre :      algerianie@live.fr      et/ou      tel : 07 86 77 97 08 ………………………………………………………………………………………………………………………………………………

RESERVATIONS obligatoires avant le mercredi 24 avril 2013

Je soussigné                                                     tel                                                         vous prie de me réserver

….places à 5€ (participation aux frais) pour la projection soit …. €

….places à 19€ pour le diner de 19h, soit …. €

Ci-joint un chèque global de……..€ à l’ordre de AAALGERIANIE, adressé  à

AAALGERIANIE, BP 60001, 33026 BORDEAUX CEDEX

 

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, COMMEMORATIONS, LIVRES, MANIFESTATIONS | Pas de Commentaire »

Journées de la Vierge ND de Santa Cruz à Lacanau Océan

Posté par mdame le 16 octobre 2010

                                                           Journées de la Vierge ND de Santa Cruz à Lacanau Océan dans COMMUNIQUES des Associations notredamedusalutsantacruz      

A l’occasion de la venue de Notre Dame de SANTA-CRUZ à Lacanau-Océan le 26/09/2010

Sous l’égide de l’Association Nationale des Amis de Notre Dame de SANTA-CRUZ,  A.A.ALGERIANIE a coordonné le rassemblement des Oraniens du diocèse de la dispertion et de leurs amis autour de sa statue, lors d’une procession suivie d’une messe émouvante.

Sur le parvis de l’église nos pèlerins ont entonné le chant des Africains avant de se retrouver autour du prêtre pour un repas fraternel.

Nous ne sommes jamais assez nombreux pour célébrer Notre Dame de SANTA-CRUZ à partager la mémoire de nos ainés .
L’intensité des émotions nous transporte sur les terres de nos pères 
; elle nous donne la force qui nous habite, nous rend fiers de nos racines. Merci à tous les pèlerins d’avoir partagé avec les jeunes tant de souvenir, de foi. C’est un honneur, chaque année de retrouver nos ainés pour honorer  Celle qui apaise et qui réconforte. Soyons fiers d’être Pieds-Noirs, continuons  à célébrer, transmettre, partager.

C  atherine C.

AFIN QUE NUL N’OUBLIE

-04/09/10

Visite de Notre dame de Santa Cruz à
Album : Visite de Notre dame de Santa Cruz à

6 images
Voir l'album
 

Communiqué des associations

–Le collectif des associations de pieds-noirs et de rapatriés d’A.F.N. en Aquitaine,
–les Amis de Notre Dame de Santa Cruz,
–l’Association des Amis d’ALGERIANIE

ont reçu la visite de Notre Dame de SANTA-CRUZ les 25 et 26 septembre 2010 à Lacanau-Océan en Aquitaine

–Le 25/09/10 , a eu lieu la veillée et le rosaire à 20h30à l’église de ND des Flots

–Le dimanche 26/09/10,à 10h la procession s’est déroulé Bd de la mer,

– A 11h une messe a été célébrée  en l’Eglise de ND des flots  Lacanau-Océan)

–A 2h30 déjeuner familial dans un cadre êà la Cabane du Baroudeur,30 route de Lacanau,33480 Saint Hélène

 

Lors de ces retrouvailles du Diocèse de la dispersion d’ORANIE chacun a pu prendre sa carte du bâtisseur pour contribuer à l’entretien du sanctuaire de Nîmes

Pour la Coordination (délégation en Aquitaine): algerianie@free.fr

Contact (Mme Durand , déléguée en Gironde):06 82 57 03 56

images1.vignette dans MANIFESTATIONS

Publié dans COMMUNIQUES des Associations, MANIFESTATIONS | Pas de Commentaire »

 

michelhenrialexandre |
POUR MES POTES |
prostitution etudiante |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecoblog le blog éco
| Néolibéralisme & Vacuit...
| Maatjes en bier