La MOUNA de Belabbès

Posté par lesamisdegg le 27 mars 2016

lundi de paques à Oran en 1873

lundi de paques à Oran en 1873

Lundi notre ville avait perdu sa gaieté, son entrain. Les rues étaient désertes, presque tous les magasins fermés. Dès l’aube des groupes nombreux de piétons et des voitures rapides sillonnaient les rues dans toutes les directions et gagnaient la campagne. Ce mouvement inusité, cette émigration nouvelle m’intriguait, et comme dit la chanson :

Je ne suis pas curieux

Mais je voulais savoir,

Pourquoi dans d’autres lieux

Ils fuyaient jusqu’au soir.

Je demandai donc le pourquoi de la chose. L’Espagnol, que j’interrogeai, me  toisa des pieds à la tête et me regarda absolument comme un Marseillais de Marseille auquel j’aurais demandé le chemin de la Cannebière ; puis il se mit à rire, d’un de ces rires francs et sonores. « Allez à la campagne », me dit-il, et vous verrez :

C’est la Mouna !

La Mouna ! La Mouna ! À deux heures je franchissais la porte d’Oran.

Je marchais guidé par le hasard. Mais je ne tardai pas à rencontrer une jeunesse – et une belle jeunesse s. v. p., coté des dames surtout – qui prenait ses ébats sur l’herbette fleurie. Les rives de la Mekerra étaient bordées de groupes animés, où régnait la gaieté la plus cordiale, la plus franche. Ça et là, au son d’une musique, peut-être un peu trop agreste, il est vrai, on polkait, on valsait avec un entrain endiablé. Les couples se pressaient et plus d’un baiser, en cachette de la maman, se donnait furtif. Je me croyais à Auteuil à Mabille ou au Point-du-jour. Comme à Robinson, il y avait du bon vin, de la verdure, du soleil et des roses. Tout était en fête, partout des visages heureux, partout des sourires. Ces grands yeux noyés d’Andalouses, ces corsages trop ou trop peu ouverts, ces mouchoirs aux couleurs voyantes, encadrant ces fines tètes au profil si régulier, si pur, tout cela me charmait, m’enthousiasmait.

Du premier coup, la Mouna m’avait conquis.

Mais d’où venait-elle cette fête ? Avait-elle pris naissance dans quelque fait biblique ou mythologique ? Etait-ce le résultat d’un vœu national, religieusement observé chaque année? N’était-ce pas plutôt un simple effet du hasard, une vieille coutume les enfants apprennent de leurs pères pour la léguer ensuite à leurs petits-neveux ?

Je consultai à mon retour pas mal de vieux conteurs – on dirait chroniqueurs aujourd’hui –  de la péninsule Ibérique, et parmi les nombreuses légendes de cette Mouna, il en est une qui me parut assez bizarre, sinon vraisemblable. La voici :

« Vers la fin du XVIème siècle, au milieu des gorges de la Sierra-Nevada et non loin de Grenade, se dressait un vaste monastère. La discipline y était rude, et la férule de l’abbé gouverneur impitoyable.

Les moines, prisonniers plus ou moins volontaires, étaient si mécontents, si malheureux, qu’ils souhaitaient la mort de leur supérieur. Mais les idées libérales étaient encore enfouies dans le chaos du néant, et ces hommes de Dieu étaient incapables d’une  révolution même pacifique.

La nature vint à leur aide et un beau jour, un vendredi-saint – quelle coïncidence ! – la mort frappa le tyranneau.

Le couvent retentit de cris et de plaintes, absolument comme s’il se fût agi d’un mort aimé, et les moines, en égrenant leur chapelet, suivirent à sa dernière demeure, avec une feinte douleur, celui qu’ils avaient envoyé tant de fois… au fond des enfers.

Les derniers devoirs une fois rendus, la joie éclata folle, délirante ; on dit même que quelques religieux, des jeunes sans doute, esquissèrent à deux pas de la tombe de leur ancien seigneur et maître, un grand écart parfaitement réussi. .

La longue file des moines s’en allait cahin-caha en se dirigeant vers un monastère de saintes religieuses, à la porte duquel elle s’arrêta. Le plus ancien frappa à là porte et la sœur tourière vint ouvrir en souriant à tous.

Une délégation fut envoyée auprès de la supérieure pour lui expliquer le but de cette visite inattendue et si nombreuse. « On voulait s’amuser un brin, fêter l’heureuse mort et on invitait ces dames ». Après bien des hésitations et de longs pourparlers, (car il paraît qu’on y mit des formes, l’invitation fût acceptée.

Alors, du monastère sortirent deux longues files de capuchons gris et de cornettes blanches.

En gens pratiques les bons moines avaient eu le soin de dépêcher un des leurs au couvent pour en ramener des victuailles, des provisions de toutes sortes et de ce vin d’Espagne. qui devait faire d’eux de nouveaux Noé.

On s’amusa ferme, tellement même que les habitants d’alentour étonnés de ce spectacle d’un nouveau genre, accoururent en foule pour jouir du coup d’œil.

Mais la chose fit dit bruit et arriva aux oreilles du Pape. On parla de l’a réunion d’un concile, des foudres de l’Eglise; en fin.de compte, on se contenta d’envoyer les coupables dans divers couvents de la Péninsule.

Cette dispersion aux quatre coins de l’Espagne des moines et des nonnes, donna à la fête un renom universel et un attrait de plus, celui du fruit défendu.

Une fois cloîtrés dans leur nouvelle prison, ils contèrent la chose  à leurs confrères, qui à leur tour voulurent fêter l’Anniversaire. Le public s’en mêla, et chaque année le lundi de Pâques, c’était entre civils et… religieux, une fête de famille, une sauterie intime.

Le temps a passé et avec lui les moines et les couvents mais la coutume est restée d’aller faire la Mouna le lundi de Pâques, alors que la nature renaît et que dans les ombrages nouveaux l’oiseau chante sa première chanson. «

Telle est une des nombreuses légendes qui circulent sur l’origine de la Mouna.

Si non vero, bene trovato !

La Mouna a été célébrée lundi par la colonie Espagnole et aussi par les Français avec un entrain merveilleux et les valses et les polkas avaient certainement autant de vie que 1es farandoles dansées par les religieux et religieuses de la légende.

Les rives de la Mekerra refléteront longtemps encore les doux moments et les folles joies de lundi. Puissent-elles en conserver les petits secrets !

BEL-ABBÈS, LE 13 AVRIL 1887

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, HISTOIRE, LIEUX, MEMOIRE | 1 Commentaire »

Oran le 28 août 1898

Posté par lesamisdegg le 19 février 2016

La bataille de la cressonnière

Cette bataille met aux prises deux quartiers de la ville qui s’opposent depuis toujours. Il s’agit d’une part, du vieux quartier de la Marine situé aux pieds du Murdjadjo, montagne qui surplombe la ville au nord-ouest et d’autre part, du faubourg de Carteaux, construit sur la colline du « Monté-Séco » à l’est et bordé par le Ravin-Blanc qui donna la pierre exceptionnelle sortie de ses entrailles pour la reconstruction de la ville basse après un terrible tremblement de terre à la fin du XVIII e siècle.

Le différent, cette fois, porte sur le choix de l’implantation de la future gare de marchandises suite à l’enquête d’utilité publique en cours. Elle recevra tous les produits à exporter mais aussi ceux importés par mer. Par ailleurs cette réalisation permettra les liaisons commerciales avec le Maroc, le Rio de Oro, la Mauritanie. Il va sans dire que ce grandiose projet assurera le développement économique local. On peut affirmer qu’il y aura une forte création d’emploi pour la population du quartier élu. Et c’est ce dernier point qui devient la cause principale de la brouille entre ces deux quartiers. A l’issue de l’enquête publique par la « sncfa » et les autorités territoriales sont confrontées à un choix fort délicat pour l’implantation des installations sur les terrains non bâtis des deux quartiers. Sur le plan foncier, le vieux quartier de la Marine est peuplé de gens modestes, ingénieux, courageux, mais en majorité issus de l’immigration espagnole depuis le XIXe siècle. Les terrains accusent une forte pente qui décline vers la mer, au nord. Le faubourg de Carteaux regorge d’une jeunesse importante rompue à l’amusement. Son site est magnifique puisque perché à une altitude de plus 125m. Il est ventilé en permanence par des vents nord-ouest, iodés, ce qui peut assurer une bonne santé pour des travailleurs œuvrant dans les fumées dégagées par les chaudières des locomotives à vapeur…. A ce que l’on sait, les décideurs avaient une préférence pour une implantation sur le quartier de la Marine entre la future usine Bastos et la place de La Perle. Cette information confidentielle est rapportée par Elisabeth, la fille du sous-préfet maritime qui fréquente, malgré l’interdiction de ses parents, le fils du contremaître tonnelier des établissements Gay. Ceci ravive l’animosité des deux communautés qui ne date pas d’aujourd’hui. Ici, il est important de vous conter cette anecdote qui en dit long sur les rapports entre les protagonistes.

C’était au mois de juin 1860, à l’occasion de la visite de la ville par Napoléon III accompagné de son épouse. Un match de football fut organisé le dimanche 22 juin en hommage au couple impérial, sous la forme d’un championnat inter quartiers. Le match opposait le FCO à L’ASMO sur le terrain du champ de manœuvre. Le FCO l’emporta par un but à zéro grâce à un but marqué, de la main, par Larbi Kourbali, l’ailier droit bien connu dont le petit-fils deviendra plus tard la « Fierté » d’une jeune et charmante institutrice dont je tairai le nom mais dont je me permets de donner le prénom « Josette » ce qui me paraît hautement respectueux. Sans tout dévoiler, j’indique ses initiales : J.B. Et n’allez pas croire qu’il s’agit de Joséphine Baker! Non, notre J.B, c’est elle qui nous faisait danser avec sa baguette magique pour nous apprendre les tables de multiplications…à l’envers. Le but fut marqué de la main me direz-vous ? Mais que faisait l’arbitre ? Malheureusement, il n’a pas pu siffler la faute, flagrante pour les spectateurs, car à cet instant il était occupé à chercher sur le terrain le pois-chiche qui vibre pour produire le son strident de son ustensile. En effet, celui-ci usé par une forte utilisation était sorti de sa cage. L’instrument était inutilisable, alors. A ce malheur pour la Marine, il faut ajouter que les spectateurs de Carteaux traitaient ceux de la Marine de « gens des bas quartiers ». Inutile de dire que les Marins demandent une revanche. Voilà pour l’anecdote historique puisqu’elle est relatée par Napoléon III dans ses mémoires rédigées en Angleterre. Dans le chapitre II on peut lire ceci « la plus belle bataille fut celle de Carteaux opposée à la Marine. La stratégie des ennemis est digne de celle de Wagram avec mon tonton en général ». Je me garderai de juger ces faits historiques au parfum fantaisiste mais force est de reconnaître qu’ils sont à l’origine de ce que je m’en vais vous conter et que nous allons découvrir ensemble.

Donc, en ce mois d’août de 1898, la sncfa en accord avec les autorités, décident unilatéralement que la gare sera construite sur le port à quelques encablures du bassin Gueydon. La nouvelle est publiée sur l’écho d’Oran du 25 août 1898. Dès dix heures, Carteaux se considérant lésé adresse une déclaration de guerre à la Marine. Pour gagner du temps, la déclaration manuscrite est expédiée au stak -lance pierres-. Le message échoue sur le minaret de la mosquée sidi-el-houari et le muezzin s’empresse de le livrer au Maire de la Marine. On bat le tambour et la zamboumba au beau milieu de la place principale. Les préposés sont installés sur la margelle de la fontaine centrale afin de prendre un peu de hauteur tant la situation est grave. Les deux quartiers sont en ébullition et les préparatifs vont bon train. Tous les hommes valides de moins de 49ans et les femmes de moins de 28ans sont enrôlés. Cette bataille s’annonce stratégique au plus haut moins mais certainement pas psychologique étant donné que nos protagonistes n’ont jamais lu Freud qui de plus écrivait en Allemand. Carteaux pense profiter de sa position en altitude alors que la Marine espère profiter des vents dominants qui les pousseraient dans le dos pour faciliter l’ascension par la rampe Vallès. Enfin, nous examinerons plus loin la stratégie de chaque camp. A la lecture des archives il semblerait que le choix du terrain « neutre » sera imposé par un tirage au sort. Après la Saint Louis le tirage au sort effectué par la Miss 1897 du Plateau Saint Michel, il en résulte que la date de la bataille sera le 28 août 1898 et le champ de bataille, le terrain qui sera occupé plus tard par le collège de jeunes filles à hauteur de la rencontre de la rue d’Arzew et de l’avenue de Tunis. L’endroit retenu permettra aux belligérants à ne pas utiliser les régiments des transports.

Et nous voilà ce 28 août 1898 sur ce champ de bataille. Elle sera contrôlée par un comité de surveillance composé d’élus des deux quartiers mais aussi complétée par deux anciens officiers de l’infanterie mis à la retraite par anticipation pour avoir utilisé des chameaux lors du marathon de Saïda à Tiaret l’année dernière. Puis on compte le représentant local de la sncfa ainsi que le médecin général de l’hôpital d’Oran. Cet ancien baroudeur, compagnon de route de Napoléon 1er est aigri depuis que le baron Haussmann lui a préféré Soult pour baptiser un des boulevards des maréchaux à Paris. Qui plus est, par excès de zèle il veut faire un procès à la famille Galiana pour empoisonnement de la population à l’aide d’une boisson alcoolisée au parfum de badiane espagnole. Enfin, le comité est présidé par un élu de chaque quartier en guerre. Pour la Marine il s’agit de Monsieur Fouques et pour Carteaux le choix s’est porté sur Monsieur Jean Gay. Le champ de bataille est délimité puis divisé par un tracé irréprochable à la chaux de la calère. Il faut éviter les débordements et permettre aux spectateurs d’assister à la bataille en toute neutralité. L’ordre du début du combat est prévu à 11h. La fin du combat est programmée à 12h30. Chaque armée est composée de 33 hommes, soit 30 soldats et 3 officiers. La Marine dispose sur le terrain trois colonnes de dix hommes alors que Carteaux dispose deux lignes de 15 hommes par le travers du champ. Les soldats de la Marine sont armés de rames de pastéras en châtaigniers dérobées sur le chantier naval de la famille Ambrosino. Le fournisseur est le charpentier de marine, Roger Quessada. Ceux de Carteaux, la colonne de gauche est armée de couvercles de barriques fabriqués en bois de chênes de la forêt d’M’Sila et prêtés par la cave Gay. La colonne de droite est équipée de mâts de lampadaires récupérés dans le stock des rebus à la fonderie Ducros. La cause du rebus de cette élégante production fut le manque de carbone lors de la fusion qui, au refroidissement, a rendu le produit impropre à sa destination. Ces lampadaires devaient décorer la place Kléber et en particulier éclairer le parvis de la préfecture depuis que la femme du préfet avait chuté sur la dernière marche en rentrant un soir du théâtre Bastrana.

Ceci dit, et sans rire, il n’est pas utile de s’interroger sur l’efficacité de tels armements. L’étude des archives nous réserve encore des surprises sur ce qui deviendra la Bataille de la Cressonnière. A 11h l’ordre de combattre est donné. Le branle-bas de combat fait dire à des témoins que l’affrontement ressemble à un abordage de corsaires français contre un galion espagnol dans la mer des Antilles du coté de l’Île de la Tortue du temps des frères de la côte. Les soldats de la Marine agitent les rames dans l’espoir de blesser l’adversaire alors que ceux de Carteaux, mieux organisés, attaquent mât de lampadaire aux mains comme les lanciers du Bengale tout en se protégeant derrière le porteur du bouclier en bois. Bouclier formé par le couvercle de barrique qui offre l’avantage au porteur de pouvoir observer l’adversaire par le trou de la bonde sans se découvrir. Raison pour laquelle Carteaux n’utilise pas le fond de la barrique qui, comme vous le savez, ne comporte pas d’orifice. Après 1H30 de combat la bataille cesse faute de combattants. Le comité de surveillance jette l’éponge et ainsi s’achève la bataille. Les blessés sont évacués vers l’hôpital de campagne installé dans le casino de Canastel. Le jury accorde le match nul. Lors du discours de clôture les responsables du projet de la sncfa s’engagent à créer des emplois réservés aux habitants de Carteaux. Ainsi, les frères ennemis d’hier travailleront ensemble pour améliorer les transports et les déplacements par le chemin de fer en Oranie.

Malheureusement, les archives postérieures à ce 28 août 1898 ayant disparues je ne peux vous dire quelles furent les conséquences de cette bataille dont tous les Oranais parlent, devant l’anisette et la kémia, avec des trémolos dans la voix.

Moi-même, votre serviteur j’en pleure encore….

Henri MARTIN

 oran ravin de la cressonnière  1920

Publié dans HISTOIRE, LIEUX, MEMOIRE, MONUMENTS | Pas de Commentaire »

Chars de CARNAVAL -Alger 1925-

Posté par lesamisdegg le 9 février 2016

Parmi les tramées des serpentins et sous la pluie des confettis multicolores, sous l’amoncellement des fleurs, là-bas, se dresse le Grand Char.

Ce doit être quelque gracieux cygne blanc au col courbe et aux ailes déployées pour un dernier essor…. Est-il donc peuplé de ces petits anges qui jettent des ruissellements de couleurs douces ?… Ou quelque jolie japonaise y tient-elle quelque minuscule ombrelle qui entre ses longs doigts ? Ils sont si mignons leurs petits gestes, menus comme leurs petits pas trottinant. Elles ont une mimique si amusante lorsqu’elles prennent leur air boudeur en penchant leur tête coiffée d’un haut chignon piqué d’épingles ciselées !…

Est-ce quelque Espagnole aux yeux fuyants ondulant son corps souple qui attire comme un serpent délicieux ?…

N’est-ce pas quelque pimpante parisienne, une de ces « derniers cri » qui dansent au son des musiques à cordes, une de ces parisiennes pas méchantes, aimant parfois jusqu’à la volupté de la mort et qui ont un rire et un décolleté uniques au monde ?….

Ce doit être une Algérienne dans son Bassour. Sa longue figure est voilée. Et, ses grands yeux perdus dans l’or de ses paradis quittés, elle rêve aux clapotements réguliers des jets d’eaux dans les coupés fleuris de jasmins et à son mirage lointain dans les sables gris, quand le ciel est presque noir….

C’est plutôt une Vénitienne !…. Venise, Venise, que tes canaux où les gondoles chancellent sont glissants !… Comme les promenades sur tes ondes doivent être délicieuses et combien de mots légers chuchotent les loups de velours sous le reflet de la lune rieuse ?….

Mais non, je « La » vois… C’est la Romaine du Temps de l’Amour !… Voici sa galère triomphale qui glisse sur une immense mer de velours… Les rames ont le reflet de la nacre et son sillon laisse une traînée qui n’est qu’un voile de vestale…. Voici les joueurs de sistres et les calasiris dés courtisanes…. Et voilà la Romaine… Un jeune Ephèbe la prend à la taille… Elle ondule, elle échappe et lui la poursuit…. Elle entre sous les portiques de marbre parmi les coupes vermeilles de l’orgie finissante… et lui approche… il est là…. il la tient et sa peau est glissante et parfumée. Ses longs cheveux se déplient sur ses épaules. Ses bras d’argile ont des formes de statue. Et, dans le soir étouffant, comme Rome s’endort sur ses terrasses plates, la petite Romaine s’est donnée sur les coussins moelleux gonflés avec de la barbe de chardon, au jeune noble à la toge blanche, fort comme Héraclès et frêle comme ces laits doux à la peau que les riches matrones glissent sur leurs seins gonflés et sous leurs aisselles tièdes !…

Ecroulement de cymbales et de cuivres…. Réalité , banalité , ce n’est qu’un maigre Corso fleuri….

« Eh ! Dis donc toi, qu’est-ce que tu regardes ?…. »

C’est la question d’une bande de pierrots qui m’entourent dans un frou-frou de soie froissée…

Inutile de dire que, la réponse, je ne l’ai jamais faite..; Pourquoi ? Oh ! Non ce n’est pas par dignité pour ne pas « étaler » mon cœur comme le voulait Leconte de Liste… mais simplement parce que j’avais des confettis plein la bouche.

M. C.

pierrot

pierrot

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, LIEUX | Pas de Commentaire »

KOULOUGLIS de l’Armée d’Afrique

Posté par lesamisdegg le 31 janvier 2016

koulougli mauresque Par un trait particulier de l’organisation militaire qu’introduisit en Afrique le rude génie des Barberousse, les soldats d’aventure que les pachas d’Alger faisaient recruter en Orient, pour être les instruments de leur brutale domination, devaient arriver sans femmes, sans enfants, pour qu’ils pussent se vouer à leur destinée nouvelle sans arrière-pensée patrie et de famille. Mais ne pouvant, pouvant, la terre conquise, imposer à des musulmans le célibat, comme faisaient les Ordres du christianisme à leurs chevaliers, chevaliers, système turc amoindrissait autant que possible l’action de la famille, en réduisant influences des femmes et les privilèges de l’héritage. Les enfants issus de l’union des femmes mauresques avec les janissaires, l’on doit appeler orientaux plutôt turcs, car c’étaient des recrues prises confusément dans toutes les régions de l’islam, étaient qualifiés de Koulouglis ou fils de l’esclave formaient une classe particulière, participant du sort des deux classes dont elle provenait. De même que les Turcs, ils pouvaient inscrits comme soldats, et ils leur étaient assimilés tant pour l’avancement que pour la solde; ils étaient même admissibles à tous les emplois, y compris ceux de bey et d’agha. Mais, par défiance des influences de lignée maternelle, ils ne pouvaient jamais devenir pachas, et ils étaient même exclus du grand-divan, composé du khaznadji (trésorier), khodja-el-kheil (secrétaire des écuries), de l’oukil-el-heurdj-mta-ez-zira (intendant de la marine), et de l’agha-mta-dar-es-soltan (intendant du palais). « Que vos fils issus des femmes indigènes, avait dit au fondateur de l’odjak le marabout Sidi-Abader-Rahman-et-Taleb, ne soient jamais kerassa, c’est-à-dire n’obtiennent jamais les grandes fonctions qui donnent droit à un siège d’honneur (korsi). Les Koulouglis passaient, du reste, même aux yeux des Turcs, pour de forts bons soldats. Les Koulouglis ne cessèrent de protester contre cet article rigoureux de la charte des Turcs, malgré son origine doublement sacrée.

Ils protestèrent dès l’année 1595; leur plus formidable révolte fut celle de 1628, dans laquelle beaucoup d’entre eux périrent après un succès éphémère. Dix ans après, ils furent transplantés au confluent de l’Oued-Zitoun et de l’Isser, derrière le Fondouk, à dix lieues sud-est d’Alger, et y fondèrent la colonie de Zoukant, qui devint prospère et puissante. En prenant cette détermination, le divan d’Alger atteignait un double but: il se débarrassait d’un danger toujours imminent de révolte, et il faisait garder une avenue de la Kabylie par des troupes que leur origine signalait à la haine des Kabiles, et qui, devant choisir entre deux camps, devaient éprouver plus de sympathie pour celui de leurs pères. Suivant le même plan politique, on les distribua, à divers intervalles, au milieu des populations suspectes, pour les contenir.

En 1830, ils occupaient, entre autres villes, celle de Tlemcen, et formèrent un élément important du parti que commandait le célèbre général Mustafa. On les retrouve encore aujourd’hui en petit nombre dans la plupart des villes indigènes de l’Afrique du nord, particulièrement Biskara-Biskra-. Ils composent la population de deux tribus considérables, celle des Zouatna dont nous avons parlé, et celle des Zammora, située sur la limite méridionale de la Kabilie. Au moment de la déchéance des Turcs en 1830, les Koulouglis se virent en butte aux attaques des tribus arabes et berbères qui les entouraient, et n’eurent d’autres ressources que de se jeter dans les bras de la France. C’est ainsi que la garnison de Tlemcen et la colonie de l’Oued-Zitoun se détachèrent de bonne heure des masses indigènes et se rangèrent sous nos lois. Mais l’autorité française qui ignorait le vrai caractère de leur situation et les gages sérieux qu’ils offraient d’un ralliement sincère, ne les accueillit d’abord,  ainsi que les tribus maghzen, qu’avec une grande méfiance; on refusa même parfois leur soumission la plus humble. Peu à peu ils se firent pourtant accepter d’une politique devenue plus intelligente à mesure qu’elle avançait dans la connaissance des sentiments très divers du pays; beaucoup d’entre eux prirent du service dans notre infanterie et notre cavalerie indigènes, où ils se conduisirent en braves et fidèles soldats.

Ces rapprochements avec les vainqueurs signalèrent les Koulouglis aux coups d’Abdel-Kader, qui ne poursuivait pas d’ailleurs d’une moindre haine les Turcs dans leurs agents et descendants, que les Français eux-mêmes. Il mesura ses forces avec les leurs dans de violentes et fréquentes luttes contre le général Mustafa, ancien commandant des forces turques et auxiliaires dans la province d’Alger. A l’abri du traité de la Tafna, conclu en 1837 avec le général Bugeaud, l’émir s’était avancé, de la province d’Oran, théâtre de ses premiers exploits et berceau de sa puissance, vers les contrées de l’est, avec l’intention de pénétrer dans la Kabilie, dont il espérait faire le boulevard inexpugnable de ses attaques et de ses défenses. Au début de 1838, il tomba à l’improviste sur la tribu des Zouatna, les dispersa, ruina, et fit massacrer leur chef.

Comme les Zouatna étaient des étrangers dans le pays, le désastre qui les frappait ne pouvait lui aliéner les véritables berbères, et cependant ceux-ci ne pouvaient qu’être pénétrés d’une salutaire terreur en voyant la vigueur des coups du jeune marabout. Néanmoins ce calcul de l’ambition fut déçu ; sauf une tribu maghzen des Turcs, également mélangée, les Amraoua, tous les Kabiles refusèrent l’obéissance à un maître à qui leurs traditions et leurs constitutions indépendantes ne reconnaissaient aucun droit de le réclamer.

Dès ce jour les Koulouglis de toute l’Algérie éclairés sur leur véritable intérêt, se tournèrent vers la France comme vers leur seul refuge. Les simples guerriers combattirent en soldats et sous-officiers dans nos bataillons ou escadrons indigènes et dans les goums. Les moins ignorants furent nommés muphtis ou  kadis, Dans ces fonctions diverses, le type métisse montra en Algérie, comme en d’autres pays, supérieur aux deux types dont il provenait. Le nombre des Koulouglis était évalué, quelques années après la conquête, à une vingtaine de mille âmes. Aujourd’hui on cesse de les distinguer dans les dénombrements, parce qu’ils se fondent de plus en plus dans la masse de la population arabe, dont aucun caractère politique ne les sépare plus, au contraire de ce qui avait lieu dans le système turc. Ils s’en distinguent seulement par leur fidélité au rite hanéfi, tandis que tous les indigènes de l’Algérie, l’Algérie, et Kabiles, suivent le rite maléki.

Cependant ces familles conservent avec orgueil le souvenir de leur origine, et elles en tirent un sentiment de dédain pour les vrais indigènes, à qui leurs pères commandaient en maîtres. Aussi la France trouve-t-elle toujours en eux des serviteurs fidèles et intelligents dans les diverses fonctions civiles et militaires.

Jules Duval 1856.

Publié dans HISTOIRE, islam, LIEUX, MEMOIRE | Pas de Commentaire »

Bab-el-oued

Posté par lesamisdegg le 18 janvier 2016

 

ALGER Bab-el-oued

ALGER Bab-el-oued

Il y a eu deux portes de Bab-El-Oued. Celle qui s’ouvrait en 1830 dans les vieux remparts turcs, sensiblement en face du lycée Bugeaud, et celle que les Français ont construite vers 1842 à l’emplacement du boulevard Guillemin.

Le terrain d’assiette sur lequel fut érigé plus tard le cinéma Majestic  accueillait les chapiteaux de cirque. L’emplacement actuel du Majestic n’était qu’un terrain vague, où les gosses jouaient aux billes, et où les forains dressaient le chapiteau des cirques ambulants.

A la place du lycée Lazerges, il y avait un chenil et des écuries. Le long des escaliers Marengo, se dressaient les baraques de bois, au bord desquelles on vendait «le kilomètre» et la barbe à papa. Enfin, en face le lycée, c’était le «poids public», sur lequel les garnements dansaient pour secouer le plancher.

Mais surtout… surtout… à l’angle du boulevard Amiral-Pierre et de la rue Icosium, se trouvait le Kassour… Le fameux Kassour où tous les gamins d’Alger allaient régler leur compte… Le Kassour, indiscutable province de Bab-El-Oued au même titre que la Bassetta...

L’Esplanade de Bab-El-Oued avait un cachet particulier. «C’était un îlot bourgeois avec de pompeuses maisons aux “balcons 1900” et des arcades qui témoignaient d’un souci d’architecture…. C’est le seul quartier d’Alger qui communie aussi intimement avec la mer. Alger peut lancer vers elle la passerelle moderne de l’avenue du 8-Novembre. L’esplanade reste un bastion bâti sur un rocher face aux colères du vent du large et aux brisants sur lesquels vint mourir jadis un bateau qui s’appelait la Reine Mathilde.»

La place Dutertre, à la Basetta, fut célèbre pour Cagayous. Un personnage imaginaire créé vers 1895 par l’écrivain Auguste Robinet alias Musette (1862- 1930).Cagayous incarnait, on ne peut mieux, ce brassage de races méditerranéennes qui se côtoyaient dans le quartier cosmopolite de Bab-El-Oued, La Cantéra. C’est là que naquit le pataouète, mélange d’expressions arabes, italiennes, espagnoles, maltaises…

 

La Dépêche quotidienne d’Algérie 1955

Publié dans HISTOIRE, LIEUX, MEMOIRE, MONUMENTS, PATAOUETE | Pas de Commentaire »

CONSTANTINE février 1909

Posté par lesamisdegg le 28 décembre 2015

Constantine février 1909

Constantine février 1909

Aïssaouas

Constantine ce soir, dans une zaouïa décorée de grossières arabesques quelques lampes en cuivre ciselé descendent des poutres peintes et jettent une vive clarté sur les tapis qui recouvrent le sol. Des arabes sont accroupis en cercle; au milieu d’eux un marabout en burnous rouge accueille les nouveaux arrivants et reçoit leur accolade, le baiser sur l’épaule, selon le rite musulman. Une douzaine d’autres arabes se tiennent debout en face d’eux. Le hasard m’avait emmené dans une de ces mystérieuses zaouïas où les aïssaouas exécutent leur jonglerie.

 

Après m’être débarrassé de mes chaussures, je vins m’asseoir à côté du marabout. Quand je lui eus dit que j’étais toubib (médecin), il me combla d’attentions, bien que roumi. Mais les exercices des aïssaouas commençaient. On récite d’abord la prière en commun. Puis les aïssaouas la répètent seuls, et bientôt ils ne répètent plus que le mot: Allah! Allah! C’est la manière d’être le plus agréable à Dieu que de prononcer son nom. Ils se tiennent enlacés sous les bras, et se balancent d’une façon rythmée tantôt d’avant en arrière, tantôt de gauche à droite, avec les yeux vagues, saillants, le front couvert de sueur, répétant indéfiniment le nom d’Allah, jusqu’à ce qu’il ne sorte plus de leur poitrine qu’un son rauque et inintelligible. C’est une première préparation par la prière, et je n’exagère pas en disant que cela dura près de deux heures.

 

Alors les musiciens entrent en scène, forment un demi-cercle face aux aïssaouas. Ils portent d’immenses tambourins qu’ils ont soin de chauffer préalablement sur des fourneaux pour mieux les tendre et donner plus d’intensité au son. Ils entonnent un chant rythmé et monotone qu’ils accompagnent en frappant à grands coups sur leurs tambourins. Ce bruit assourdissant d’abord, finit par vous envelopper, vous entraîner, vous donner une sorte de vertige contre lequel il faut réellement se raidir. Cette seconde préparation dure environ une demi-heure.

 

A ce moment un ou plusieurs des aïssaouas se détachent du groupe et s’avancent un peu vers les spectateurs. Ils se défont de tous leurs vêtements et gardent seulement leur pantalon. Leur corps ruisselle de sueur, leurs yeux sont hagards; ils ont l’air ivres et poussent des rugissements de fauves. Ils viennent alors exposer leur tête au-dessus des réchauds sur lesquels on projette des matières odorantes, particulièrement du benjoin. Les musiciens élèvent leurs tambourins au-dessus de la tête de l’aïssaoua et l’enveloppent de cette musique étrange dont ils accélèrent graduellement le rythme. Alors le corps penché en avant, l’aïssaoua se met à incliner la tête par un mouvement impossible à décrire. Il semble que les vertèbres de son cou n’existent pas et que la tête lancée en l’air par un ressort retombe devant les épaules par son propre poids, pour être de nouveau rejetée en l’air ou de côté et recommencer sa course.

 

Cette préparation est la dernière. L’aïssaoua est devenu complètement insensible. Il peut impunément braver la douleur qui n’est plus pour lui qu’un vain mot, une volupté même. Pendant que ses compagnons poussent des cris rauques, les yeux presque complètement hors de l’orbite et que les musiciens accélèrent encore leur musique assourdissante, il commence ses exercices qui, à ses yeux de croyant, doivent le rendre agréable et infiniment cher à Dieu. Il mange des feuilles de cactus, mâche des étoupes enflammées. On lui présente un scorpion rendu inoffensif par la destruction du dard venimeux; il l’avale avec forces grimaces; il en fait autant ensuite d’un petit serpent et d’un jeune poussin qu’il ingurgite tout vivant, avec les plumes, le tout pour la plus grande gloire d’Allah et pour mériter son paradis peuplé de blanches houris. Un autre aïssaoua vient de se détacher du groupe des hurleurs. Après avoir agité sa tête au-dessus du réchaud où brûlent les parfums, il se met à mâcher du verre pilé, puis, saisissant de longues aiguilles acérées, il s’en traverse la langue, les joues, les narines, sans faire couler une seule goutte de sang. D’autres encore viennent s’hypnotiser au-dessus des réchauds. L’un lèche une barre de fer rouge et la frappe à coups redoublés de sa main moite de sueur ou de salive; un autre se couche sur la lame tranchante d’un sabre; un autre s’enfonce un poignard sous la paupière et fait saillir complètement le globe de l’œil; un autre se fait courir sur le thorax une masse armée de grandes pointes ou bien se fait enserrer le corps par une corde sur laquelle ses camarades se mettent à tirer, le réduisant ainsi à sa plus simple expression.

Cette cérémonie religieuse ne dura pas moins de quatre heures.

 

Dr Emile Laurent in Les annales de la santé, février 1909.

 

Publié dans ARTS et LETTRES, islam, LIEUX | Pas de Commentaire »

Noche buena en Oran 1906

Posté par lesamisdegg le 24 décembre 2015

 

chateau-neuf , port , marine

chateau-neuf , port , marine

Oran, el 24 12 1906

Amigo mio

Boilà la fête de la Noche Buena qui s’en vient à peu à peu, et les mognatos avec les châtaignes arrosti y vont zoumber avec la mousique de la sambomba ! Que té paresse comparé ?

Tu tiens que de me donner l’espérance qué ton papa on te dessera une permission pour la journée de la nuit pour que tu t’enviens par ici, pourquoi là-bas à la Meletta on doit être aborecido pour signalait comme nous autres la fiesta de Navidad.

Alors tu tiens que de te débrouiller la calahéra pour sa que je t’a dit un peu plus par en haut, et tu voira quel pancha de rigolade. A les 12 de la nuit, vamos avec une patouléra de fadrinas (demoiselles) à la missa del gallo (minuit) et tu tiens pas peur d’atchoutcher et les ramponchons y manque pas et après de là on s’en va faire l’armée à la Posada del Sol et mou chopons une fouméra menua pourquoi l’anisette y manque pas, et après vinga toucher la sérénata pour toute les colléga que tu tiens à la connaissance. El amigo Carganéra y vient avec la mandouria, Gambasino et Lagagna avec le laoute et la guitare. Si tu connais un qui touche le pito, tu lui dis qui vient, tché que staffa.

 Allé adieu, espéro repuosta à lo que te dicho.

F. RAYANO.

NB tout ceci est écrit en tchapourao naturel de 1906

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, HISTOIRE, LIEUX, PATAOUETE | Pas de Commentaire »

tout , tout , tout , vous saurez tout sur le ..COUSCOUS

Posté par lesamisdegg le 17 novembre 2015

couscous -irrieraCOUSCOUSSOU 1879

Les habitants de l’Afrique septentrionale comprennent généralement sous cette dénomination toute espèce de mets composé de farine blanche ou brune et cuit à la vapeur dans le keskass, qui est un vase semblable à une écuelle, dont le fond serait criblé d’une infinité de trous. Quant à moi, je pense que le vocable couscoussou est une onomatopée, dont les lettres et les syllabes n’ont pas d’autre rôle que d’imiter le bruit produit par la vapeur du bouillon qui passe à travers les trous du récipient et les grumeaux de la farine.

En Kabylie, on dit Seksou. Mais, par une déviation qui ne s’explique pas les gens de l’Oued Righ ont adopté le terme gouni, emprunté au fonds berbère. Le fabricant ou vendeur de cousscoussou s’appelle Kesaksi, au féminin Kesaksia.

Préparation du couscoussou. Dès que la récolte est rentrée, les femmes des tribus réunissent en un lieu découvert et isolé la quantité de blé dur destinée à la provision de couscoussou. Ce blé est d’abord mouillé complètement, puis étalé au soleil et recouvert d’étoffes très humides. Au bout de quelques heures, le grain ayant bien renflé, et sans attendre que la germination commence, on l’étend en couches minces au soleil sur des haïks de laine ou sur une aire battue. Lorsque la dessiccation est assez avancée, on passe le grain entre deux meules légères de calcaire dur. La meule supérieure est mue à bras, ordinairement par une femme; les grains sont seulement concassés en fragments gros comme du millet. On expose encore au soleil celte sorte de gruau brut, et alors il suffit de le vanner pour éliminer les pellicules. Puis on l’ensache dans des outres en peau de chèvre.

 La meule à bras est le meuble indispensable de chaque famille. Il se compose de deux meules de grès, ayant un diamètre de 40cm. La meule dormante repose sur le sol ; sa face supérieure est plane et percée, en son milieu, d’un trou de 4cm, qui reçoit un axe vertical en bois de 30cm. La meule tournante, qui se pose sur la première, a la forme d’un tronc de cône; elle est évidée en son milieu, à sa partie supérieure, de manière à donner passage à l’axe en bois de la meule inférieure. Une cheville en bois, fixée dans celte meule et formant avec le plan horizontal un angle de 40°, sert à la mettre en mouvement. Une ou deux femmes, assises sur le sol et ayant le moulin entre les jambes, fournissent la force motrice. (La Kabylie, par Hanoteau et Letourneux,)

 

 

Quand il s’agit de préparer un couscoussou pour le repas du soir, les femmes prennent du gruau ou de la semoule, les jettent par poignées successives dans un large plat de bois, qu’on appelle gueçaa, les arrosent avec quelques gouttes d’eau, et les roulent légèrement avec la paume de la main, jusqu’à ce qu’elles aient obtenu une espèce de granulation qui reçoit différents noms suivant sa grosseur.

 La berboucha, suivant la coutume des habitants de Constantine, se fait avec de la farine brune, notamment avec celle de l’orge. C’est le couscoussou le plus commun, el il forme presque exclusivement la nourriture des ménages pauvres. Comme légumes, on y ajoute le navet, la courge et l’artichaut sauvage (el chorchef –esp. alcachofa-), dont les nervures foliales sont mangées cuites dans le bouillon.

La mehamsa, en chaouïa timhamest, est une espèce de couscoussou fait ordinairement de farine d’orge grossièrement moulue; elle peut être mise sur le même rang que la berboucha.

 Le medjebour est préparé avec de la semoule tirée de la première qualité du froment, ou avec de la farine de moulure française. Les grains de ce couscoussou doivent avoir la grosseur du plomb de chasse. On l’accommode avec de la viande d’agneau, des poules, des pigeons ou des perdrix. Après celle opération on le fait cuire deux fois dans le keskass au bain-marie .On y ajoute du beurre fondu au moment de le servir dans la metsireda - plat en bois sur pied ou en poterie dans les villes. On l’arrose de bouillon (merga).

 Le mahwèr se fait avec les mêmes ingrédients que le medjebour, seulement  le grain en est plus menu. Le mahwèr le plus estimé est celui qu’on appelle nemli, parce qu’il ressemble par la ténuité de ses parcelles à des têtes de fourmi (nemla). Il peut être accommodé avec des viandes fraîches, mais jamais avec du khrelie ou du kaddide. Le khrelie est un mets composé de viande de bœuf ou de mouton, coupée en lanières, qu’on laisse mariner dans la saumure avec du poivre rouge, de l’ail et de la coriandre, et qu’on fait frire dans un bain d’huile ou de graisse. La kaddide répond à ce que nous appelons le petit-salé, mais traité plus grossièrement.

Le harache-fi-harache est ainsi nommé parce qu’il se compose de fleur de froment très fine (semid). Il ne diffère réellement du précédent que par la différence du mot. En Kabylie, la préférence est accordée, par économie, à la farine de sorgho et. à la farine de glands. On l’apprête avec des viandes fraîches, quelquefois même du kaddide ou du khrelie; son assaisonnement ordinaire consiste en oignon, sel, poivre rouge, courge, pois chiches et boulettes de viande hachée, grosses comme des balles de fusil. La sauce est colorée en rouge avec des tomates.

 Le mesfoufe se fait avec la première qualité de froment. On le laisse cuire de là même manière que tous les autres couscoussous; seulement on y mêle des grains de raisin sec ou des grains de grenade, et on le saupoudre d’une neige de sucre. Lorsque, pour le rendre plus délicat, on le noie de lait frais, il prend le nom de berboukha.

Le mecheroub n’est généralement pas très estimé. Lorsqu’à la suite de pluies abondantes l’eau a pénétré dans les silos, et qu’elle a atteint le blé qu’ils contiennent, ce blé s’imbibe (ichérob) et contracte en même temps un goût acre et une odeur nauséabonde. Après l’avoir tiré du silo, on le fait sécher, on le mout, et c’est de la farine qui en provient que l’on fait le mecheroub.

Le mezeüt .Parmi les silos il y en a dont la terre est bonne, cl lorsqu’on en extrait le blé qui y a séjourné deux ans ou davantage, sans avoir été jamais touché par l’eau, on détache des parois de la cavité une substance que les indigènes appellent mezeût, espèce de croule huileuse, produite par un peu d’humidité que la terre communique nécessairement au grain qu’elle renferme. Celte croûte affecte une couleur bleuâtre, et le goût en est légèrement sucré. On la transforme en medjebour. A entendre les Arabes, c’est un mets exquis, le plat des amis. Le couscoussou de mezeût s’apprête avec du beurre frais et de la viande d’agneau.

Le aïche ressemble à de là soupe au riz, avec cette différence cependant que les grumeaux du couscoussou remplacent les grains de riz. Il n’est pas rare qu’on fasse bouillir dans cette espèce de potage des abricots secs, qui sont désignés  le dialecte barbaresque par le mol fermas, issu probablement de l’adjectif latin firmus.

 Le farik tire son nom du premier froment tendre, que l’on cueille avant la moisson, et dont on fait durcir et griller les épis au four. C’est une primeur offerte au propriétaire par les laboureurs, et les actions de grâce n’y manquent pas. Les champs de Bou-farik, un des plus beaux villages de la Mitidja, avaient la renommée de fournir le farik pour la table du pacha d’Alger.

A Bougie, dit M. Ch. Brosselard, le savant explorateur des dialectes berbères, on appelle le couscoussou de qualité supérieure Keskessou-el-hourat, «le couscoussou  des houris » digne d’être mangé en Paradis.

A.   CHERBONNEAU.

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, HISTOIRE, LIEUX, MEMOIRE, PATAOUETE | Pas de Commentaire »

ORAN novembre 1904

Posté par lesamisdegg le 3 novembre 2015

ORAN 1904

ORAN 1904

ORAN 6 novembre 1904

Voici passé avec les premiers frimas, le jour solennel, que la tradition a consacré à la fête des morts. Nombreuses sont les familles qui ont au cimetière un caveau, ou une simple tombe, et dès l’aube, rougissant de ses premières lueurs les vieux murs, la longue procession ,de parents ou d’amis ,s’achemine sur la route poussiéreuse, portant des gerbes de fleurs.

Ici les conversations changent de ton, le bruit des pas s’étouffe, on craindrait de troubler la solitude de ce champ de repos. A l’intérieur, les cyprès touffus, alignés en longues files, le partagent en différentes avenues, bordées de chapelles qui dressent leur sévère architecture à côté de marbres, revêtus d’inscriptions endeuillées.

Plus loin, une infinité de petites tombes, toutes blanches, systématiquement placées, fait involontairement songer à un cimetière de poupées. Hélas ! Ce sont les tout petits, ceux dont les paupières n’ont fait que s’entrouvrir aux rêves de la vie et qui dorment là, bercés par la chanson du vent.

……………..Mais aujourd’hui, les tombes vont se parer comme par enchantement, la terre va se couvrir des fleurs, que de pieuses mains auront, déposées, et la pierre froide, sous la profusion des chrysanthèmes inclinant leurs longs pétales, paraîtra moins triste aux yeux. Puis, les frimas viendront, les fleurs se faneront lentement, une à une, sous les rayons d’un pâle soleil, et dans Tamashouët endormi, la statue d u silence, veillera seule à la porte des caveaux.

Près de la porte d’entrée, un modeste logis attira mes regards. Avisant un vieillard assis sur un escabeau, je m’approchai et, par sympathie naturelle, je l’interrogeai sur ses occupations près de ce lieu de tristesse.

— Monsieur, me répondit-il, je passe mon temps là, tranquillement, à entretenir les tombes que quelques âmes charitables ont bien voulu me confier, et je ne suis guère dérangé que par l’entrée des convois funèbres qui arrivent de temps à autre.

— Vos clients ? Hasardai-je.

Le vieux sourit tristement, et comme je le pressai, il me confia qu’il occupait ses loisirs à élever des lapins et son grand bras étendu fauchant vers le cimetière, m’indiquait que le trèfle et la luzerne ne manquaient point parla. Ainsi donc, pensai-je en m’en allant, voici un vrai sage, vieillissant avec sérénité, ayant pour témoins de ses peines et pour seuls confidents, ces marbres étalant leur lividité à perte de vue, et, qui pense, sans nul doute, que tout est pour le mieux dans la meilleure des nécropoles.

Et j’eus alors l’envie folle de revenir, de lui confier comme un dépôt sacré, une tombe, dans un coin, à l’ombre d’un grand cyprès, ornée de plantes toujours vertes et où je pourrais enfin, voyageur arrivé au terme de la vie, étendre mes membres harassés et m’endormir dans l’éternité.

SlMBAD

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, CIMETIERES, LIEUX, MEMOIRE, MONUMENTS | Pas de Commentaire »

Les feux de la Saint Jean : fogueras de ORAN en ALICANTE en 1933

Posté par lesamisdegg le 11 septembre 2015

22 06 1933

ALICANTE

Jeudi 22 juin 1933, 8 heures du matin. Les passagers de l´ »Ipanéma » prennent le frais sur le pont, au moment où on aperçoit la côte. Au bout des jumelles, une masse montagneuse se défait d´un léger voile de brume, tandis que le soleil ponctue la blancheur des premières mouettes. Le profil du mont Benacantil se précise, et déjà certains vacanciers embarqués se promettent de visiter ce Castillo de Santa Bárbara qui le couronne, pour contempler la ville comme on admire Oran depuis Santa Cruz, toutes proportions gardées. Le navire glisse presque´en silence vers l´entrée du port, alors que des rumeurs musicales se conjuguent avec les senteurs marines. L´approche s´amorce enfin vers un quai couvert de monde. Et comme pour saluer la foule, le bateau gîte sur bâbord de tout son poids de passagers surpris. Puis soudain, des mille éclats de cuivres d´une trentaine de fanfares, jaillit une grandiose Marseillaise, qui fait sursauter ces cœurs africains et s´affoler les mouettes autour du grand pavois. Ces premières émotions vont ajouter du feu aux poudres des fêtes de la Saint Jean, car tout va dès lors aller très vite dans ce tourbillon ludique dont Alicante a le secret. Sous le regard de ces centaines de visiteurs, munis de leurs précieux sauf-conduits ( 5 jours, 80 pesetas -190 francs de l´époque- voyage et hôtel compris) les autorités locales, présidées par le maire M. Lorenzo Carbonell, se fondent en accolades avec le Comité Oranais des fêtes de San Juan, tandis que la « Reine d´Oran », Mlle Francine Figuérédo, et ses demoiselles d´honneur, toutes submergées de bouquets de fleurs, embrassent la Bellea del Foc (« Beauté du Feu ») Mlle Carmen Hernández Flores et ses non moins ravissantes accompagnatrices. En arrivant à l´esplanade des palmiers, appelée alors Paseo de los Mártires, les oranais découvrent le monument satyrique en papier mâché en représentation de leur ville et qui, au même titre que les 30 autres hogueras  artisanales dressées dans leurs quartiers respectifs (c´est la plantá), sera voué au feu le 24 au soir. De rue en rue, de quartier en quartier, la ville a été réveillée (c´est la despertá) au son des pasodobles traditionnels ou de « Paquito el Chocolatero», ou bien à celui du folklore régional du tamboril et de la dulzaina (pipeau), le tout ponctué de pétarades allumées au cigare pour accompagner les comités locaux (comisiones gestoras) et leurs belleas. Après un répit au moment du déjeuner et de la sieste, les esprits s´animent à nouveau en direction des arènes, afin d´ aller juger sur pièce le gabarit des taureaux arrivés d´Andalousie. C´est ce desencajonamiento qui va permettre au public de parier sur la teneur des corridas à venir, à mesure que les superbes bêtes sont libérées de leurs cages au milieu du ruedo.

L´ »Ipanéma » a ainsi déversé de nombreux touristes de descendance espagnole, de seconde ou même de troisième génération d´émigrés, issus des provinces de Valence, Alicante, Murcie et Almeria. Au départ d´Oran, ces nouveaux français manifestaient leur désir de connaître enfin leur terre d´origine, et ce voyage fournit l´occasion d´aller faire un semblant de pèlerinage du côté du village de leurs aïeux. Ainsi les agglomérations les plus proches comme Dénia, Callosa de Ensarriá, La Nucía, Aspe, Monforte del Cid, Santa Pola, Orihuela, etc., pourront faire l´objet de visites aussi brèves qu´émouvantes, indépendamment du résultat obtenu dans les recherches d´un nom de famille, d´un quartier, d´une rue ou d´une maison qui n´a peut-être pas survécu.

Carlos GALIANA RAMOS

 

Publié dans HISTOIRE, LIEUX, MEMOIRE | Pas de Commentaire »

12345
 

michelhenrialexandre |
POUR MES POTES |
prostitution etudiante |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecoblog le blog éco
| Néolibéralisme & Vacuit...
| Maatjes en bier