ORAN!

Posté par mdame le 29 mai 2013

“ ORAN ! ” « Oran !… »                                                Fut le cri                                                        

Du Marquis de Santa Cruz 

A la vue de ton abrupte baie.  

Et ce fut une prière : 

Celle de ta Vierge dressée 

Par une guirlande fidèle,  

Dévote, rassemblant  

Les flancs de ta montagne. 

Face au vent du Nord,  

Qui détrempe la Sainte  

De nuages de larmes  

Que ramène la nuit,  

Tu mêles la mémoire et les songes.   

Qui ne sut te rêver,  

Ni te dire, enfin,  

Si ton père fut ce Maure, 

Cet inquiet Levantin, 

ou ce héros d´Alsace.   

Tant d´hommes sont venus  

Sur le flux de l´Histoire,  

Portés sur tes rivages,  

Libres de leur misère  

Et fuyant le passé.  

Leurs familles ont semé  

Pour tisser leurs coutumes  

Une langue nouvelle.

que de croix ont plantés  

Les journaliers rompus  

De soleil, 

Pour qu’enfin le désert  

Pût se faire verger ! 

Et que d´enfants perdus,  

Drapés dans la Bannière,  

Plutôt que regretter  

Leurs espoirs entêtés !    

Tu connais ce tonnerre 

Que gardent tes entrailles, 

Et qui sut mettre en fuite  

Jusqu’aux plus valeureux.  

Tu ne crains la mer brave, 

Ni les soleils brûlants 

Que tu offres assagis 

Aux enfants des rivages,  

Qui dressent sur tes plages  

Mille châteaux d´espoirs fous.  

Mais un Homme est venu,  

Aux desseins malhonnêtes, 

Ajoutant à la Guerre une haine de plus, 

Et, à la Vierge, là-haut, encore plus de blessures.   

Alors, les patios se sont tus  

Où bruissait la guitare.  

Tes places se sont fanées  

Où pleuraient les fontaines  

Des rendez-vous manqués. 

Puis ton Histoire niée 

D´amours et de labeurs.  

Sur les quais de douleurs, 

Sonnent alors déchirantes  

Les sirènes du départ : 

Les vivants, vers leur sort incertain, 

Les morts, vers le sûr infini. 

Tu es ce que nous fûmes, 

Et ton cœur bat en nous 

Malgré l´oubli de tous.  

Prie toujours pour les tiens, 

Oran,  Oran, ma ville sacrée.  

        Carlos Galiana Ramos (*)     

(*) Traduit de l´original en espagnol « ¡Orán ! » ,  inclus dans le livre « Españoles en Argelia – Memoria de una Emigración » de Juan Ramón Roca, par Marie-Hélène Carbonel  (auteur du roman « D´Une Rive, l´Autre – Chroniques Oranaises » – www.mhcarbonel.com ).

  

  

 

 

Publié dans ARTS et LETTRES | Pas de Commentaire »

Rencontres d’Outre-rive:Paris 27 avril 2013

Posté par lesamisdegg le 26 avril 2013

      Paris le 19 mars 2013

Le Président  et le bureau vous prient d’assister samedi 27 avril de 14h30 à 17h30

Maison des associations, 4 rue Amélie, 75007 PARIS, métro La Tour Maubourg ou Invalides aux       

                      RENCONTRES d’OUTRE-RIVE

-In Memoriam, lectures et témoignages en souvenir de Monseigneur Pierre BOZ

-« Bastien-Thiry 50 ans après » : lectures et témoignages

-Présentation d’auteurs, de livres, librairie, dédicaces

Ces rencontres seront suivies d’un diner amical autour d’un invité surprise.

Retenez sur vos agendas notre prochaine rencontre autour du  5 juillet 2013

Découvrez et faites découvrir notre blog !     http://lesamisdalgerianie.unblog.fr

Pour nous joindre :      algerianie@live.fr      et/ou      tel : 07 86 77 97 08 ………………………………………………………………………………………………………………………………………………

RESERVATIONS obligatoires avant le mercredi 24 avril 2013

Je soussigné                                                     tel                                                         vous prie de me réserver

….places à 5€ (participation aux frais) pour la projection soit …. €

….places à 19€ pour le diner de 19h, soit …. €

Ci-joint un chèque global de……..€ à l’ordre de AAALGERIANIE, adressé  à

AAALGERIANIE, BP 60001, 33026 BORDEAUX CEDEX

 

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, COMMEMORATIONS, LIVRES | Pas de Commentaire »

FELLAGHA

Posté par lesamisdegg le 8 mars 2013

« Fellagha »

Quand ma pensée s’en va vers l’Afrique du Nord,

Je me sens, tout d’un coup, bourrelé de remords.

Que l’Algérie soit une province française,

C’est évident, bien sûr, bien qu’à tous ça ne plaise.

Que des hommes aient fait d’un bled qui n’était rien,

Ce beau pays algérien,

Nul ne peut dire le contraire…

Seulement, ces temps-ci, il faut compter, là-bas

Avec un mécontent, un certain fellagha.

Et, petit fellagha, c’est à toi que je pense

En voyant ta rancune à l’égard de la France.

J’ai beaucoup réfléchi et ma méditation

Me décide à venir te demander pardon.

Oui, pardon, fellagha, pardon pour mon grand-père

Qui vint tracer des routes et labourer la terre.

Il est tombé chez toi, il a tout chamboulé.

Où poussaient des cailloux, il a foutu du blé.

Et, mettant après cela le comble de l’ignoble,

Où poussaient des cailloux il a fait un vignoble

Pardon, cher petit Fellagha,

Oh, pardon de tous ces dégâts.

Et mon affreux grand-père (il faut qu’on le confesse)

N’était pas seul de son espèce.

Ces autres scélérats ont bâti des cités,

Ils ont installé l’eau et l’électricité.

Et tu n’en voulais pas, c’est la claire évidence,

Puisqu’avant qu’arrive la France

Tu n’avais, en dehors de la Casbah d’Alger,

Que la tente ou bien le gourbi pour te loger.

Et tu t’éclairais à l’huile.

Nos maisons, bien sûr, c’était la tuile.

De l’électricité, là encore soyons francs,

Tu ne demandais pas qu’on te mette au courant.

Tu t’es habitué à ces choses infâmes

Mais à regret et la mort dans l’âme

Stoïquement, d’ailleurs, supportant ces malheurs,

Avec courage et bonne humeur.

Mais tu engraissais, mais de mauvaise graisse

Car tu prenais le car (une invention traîtresse),

Ce même car que, pris d’un délire divin,

Tu devais, un beau jour, pousser dans le ravin.

Je comprends ta rancœur, je comprends ta colère,

Tu n’es pas au niveau des Arabes du Caire

Tu gâches et tu vis mieux qu’un fellagha égyptien.

À quoi Nasser … Nasser a rien

Nous avons massacré les lions, les panthères,

Nous avons asséché les marais millénaires.

Les moustiques sont morts. Les poux, De Profundis.

Nous avons tout tué, jusqu’à la Syphilis.

Ah! Pardon, Fellagha, pour tous ces carnages.

Nous avons fait tout cela, c’est bougrement dommage.

Car si d’autres idiots l’avaient fait, inspirés

C’est nous qui maintenant, viendrions vous libérer,

Et bouffer les marrons cuits pour ces imbéciles.

C’aurait été moins long et beaucoup plus facile.

Bien pardon, Fellagha, de t’avoir mieux nourri,

Et d’avoir à tes pieds nus, mis (oh maladresse),

Des souliers…

Dont tu voudrais nous botter les fesses.

Pierre Jean Vaillard

Publié dans ARTS et LETTRES, TERRORISME | Pas de Commentaire »

Islam par Pierre BOZ-RIP-

Posté par lesamisdegg le 19 février 2013

Monseigneur Pierre Boz, Exarque Patriarcal des Melkites catholiques, (Exarque du patriarche de. Damas et de tout l’Orient) est conseiller pour l’islam à l’archevêché de Paris. Arabisant de longue date, spécialistes des dialectes du Maghreb, il est l’auteur de  « L’islam découverte et rencontre » Très soucieux d’entendre l’intériorité religieuse de cette expérience, il met en valeur ses proximités et ses différences avec celle des juifs et des chrétiens. Lors de la première édition de ce livre au début des années 1990, le contexte de l’islam était différent, moins marqué par la percée des mouvements fondamentalistes, la question du terrorisme, le développement et l’organisation d’un islam propre à la France. Cette nouvelle édition propose donc des informations complémentaires, avec de nouveaux chapitres consacrés par exemple à la notion de Djihad, aux forces en présence au sein de l’islam de France, ou aux commentaires nouveaux du Coran. Une excellente initiation à l’islam, conçue dans un esprit de compréhension, de respect et de dialogue.découverte et rencontre

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, islam | Pas de Commentaire »

une fin des temps

Posté par lesamisdegg le 19 février 2013

Pierre Boz. Une fin des temps. Fragments d’histoire des chrétiens en Algérie.

mardi 22 décembre 2009 Desclée de Brouwer. 2009. 289 pages, 20€

Il condamne la violence de la guerre « révolutionnaire », les promesses trahies du Congrès de la Soummam, la technique de la razzia héritée du passé, la torture pratiquée sans être généralisée, les enlèvements destinés à faire fuir les Européens, les prisonniers saignés à blanc par les médecins du FLN, le massacre du 5 juillet 1962 à Oran. L’indépendance n’a pas éliminé la violence contre les chrétiens et les religieux, qui nombreux furent enlevés et assassinés en 1993 et 1996

Ayant vécu les derniers jours de l’Algérie française, il témoigne ici de la fin programmée de l’Eglise d’Algérie, et de la responsabilité qui fut celle du cardinal Duval, une personnalité complexe, qui dès les années 1950 a prôné une solution politique soutenue par la violence la plus extrême. Il lui est arrivé une seule fois, lors des barricades, de se soucier de protéger les chrétiens. Son attitude pose plusieurs problèmes : – celui de sa parenté avec la théologie de la libération – celui de la juridiction des évêques dans les pays non chrétiens – celui de la politique du Vatican.

Une autre théologie est mise en question, celle de l’enfouissement, incarnée par le Père de Chergé et les moines de Tibhirine, dont Pierre Boz relate l’enlèvement (le jour du décès du cardinal Duval) et les suites judiciaires actuelles.

In fine, Mgr Boz rappelle l’histoire de l’Eglise en Algérie depuis Saint Augustin, les échanges de Mgr Dupuch avec l’émir Abd el Kader, l’hostilité de l’administration au cardinal Lavigerie et l’interdiction du prosélytisme, la solidarité franco-musulmane et les symboles de piété mariale. Les personnalités de Mgr Scotto et Claverie, et de l’abbé Berenguer, sont également évoquées.

Un livre courageux et lucide, qui retrace l’histoire douloureuse et controversée de la mort d’une Egliseun livre de Mgr Pierre BOZ

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, LIVRES | Pas de Commentaire »

Les Pieds-Noirs: histoires d’une blessure

Posté par mdame le 10 juin 2009

 

Ils auront été nombreux, je l’espère, les téléspectateurs, Pieds-Noirs ou non, qui ont eu le courage d’être à l’écoute de France 3, un peu tard, en ces soirées de mars, avril 2007, pour regarder l’excellent documentaire de Gilles Perez :Les Pieds-Noirs, histoires d’une blessure. Mais tout d’abord, permettez-moi cette question : Pourquoi ce titre :  » Histoires « , certes au pluriel,  » d’une blessure  » ?

 

histoires d'une blessure

histoires d’une blessure

Dans son documentaire , Gilles Pérez ,  donne la parole à 62 Pieds-Noirs qui, enfin, témoignent… Né en 1967 à Carpentras, de parents Oranais – son père est ouvrier-, le petit Gilles grandit dans le silence. Les adultes chuchotent, discutent entre eux, mais jamais un mot aux enfants….L’Algérie ? Il sait qu’il en vient ,  » vaguement « , mais….quoi ? Alors, il lit avec voracité, passionnément….  » Le premier Homme  » d’Albert Camus l’impressionne considérablement et il continue à dévorer…. Le Pieds-Noirs ? Un colon sadique, qui fait suer le burnous, très riche, raciste.. ?!? Souvent revient cette description de ses aïeux …elle ne ressemble en rien à ce qu’il connaît de ses parents,…voire d’amis issus, eux aussi, d’Outre-Méditerranée. Devenu reporter de guerre pour R.F.I., Gilles court la planète jusqu’au jour où sa grand-mère lui lance :  » Cours le monde mais couvre les deux guerres qui te regardent !  » L’Espagne !? L’Algérie !? Cette réflexion le pique au vif et Gilles ose : il commence à interroger sa famille, ses proches. A 40 ans, il réalise  » son histoire « . Tombent tabous ! Parole aux Pieds-Noirs !

Le documentaire de Gilles Perez, diffusé sur France 3 en 3 épisodes, construit selon une trame historique, retrace les vies aventureuses, joyeuses, douloureuses, de 62 Pieds-Noirs qui se délivrent de leur fardeau d’exil devant la caméra. 47 d’entre eux, jusqu’alors obstinément réfugiés dans le silence, acceptent avec courage d’affronter enfin leurs souvenirs si lourds … : ils parlent de l’Algérie pour la première fois de leur vie métropolitaine….

Ce récit polyphonique aux gros plans kaléidoscopiques – le cadre serré, mieux qu’aucune torture, extirpe la vérité- nous raconte l’histoire de ces Pieds-Noirs d’origines géographiques ( ville, bled) et de milieux socio-culturels multiples ( paysans, fermiers, ouvriers, fonctionnaires…), reflet de la diversité des Pieds-Noirs . Ce n’est pas une seule vérité qui nous est ici assenée. Ce sont plusieurs vérités-réalités qui remontent aux sources, se déroulent au fil des vies, se mêlent, s’entrecroisent, se bagarrent, fusionnent, se contredisent, se souviennent. Sur certains problèmes clefs, les interventions de trois historiens ( J . Verdès- Leroux, J-J.Jordi, J. Monneret ) apportent un éclairage analytique et nous aident à mieux déchiffrer la complexité des situations. Les témoins, aujourd’hui âgés d’une soixantaine d’années, se livrent en une polyphonie de la piénégritude . Le film nous entraîne dans ces confessions sentimentales picaresques, burlesques, dantesques. En tout cas, toujours émouvantes et attachantes,  » mi-olive, mi-datte ! « 

Qui sont les Pieds-Noirs ? D’où viennent -ils ? D’horizons très variés : France, Alsace-Lorraine, Espagne, Etats allemands puis Allemagne, Italie, Suisse, Malte, Sicile, Sardaigne, Corse, Russie…voire même Suède et Norvège ! Un melting-pot très spécial dont les aïeux à partir de 1830, sont venus s’installer en Algérie, devenue terre française. En tout, en 1962, plus d’un million de personnes .
Sur l’origine de l’appellation  » Pieds-Noirs « , de multiples explications circulent .La seule fondée fondée :  en Méditerranée, au 19ème siècle, la marine française à charbon employait des soutiers recrutés dans les grands ports : Tunis, Alger, Oran, Casablanca, Marseille, Ajaccio…Lorsque ceux-ci remontaient de la cale, ils imprimaient sur le pont la marque de leurs pieds noirs de charbon. D’où le terme  » pieds-noirs «  qui, par dérivation, s’est appliqué ensuite à la majorité de ces soutiers : les Européens d’Afrique du Nord. L’expression, passée dans le langage militaire, désigne également les appelés ( conscrits ) originaires d’Afrique du Nord.

Les  » anciens  » égrènent leurs chapelets de retrouvailles avec leur terre natale. Perles de bonheur : ils rient aux éclats. Redevenus enfants, ils jouent aux noyaux d’abricots dans les rues de Bab-el-Oued, sur les placettes dominant la mer immense. Sur les bancs de l’école, avec leurs camarades kabyles et arabes, ils apprennent assidûment :  » Nos ancêtres, les Gaulois…  » Adolescents, ils s’observent, esquissent des sourires, mais dans cette société méridionale plus que très chaste, le flirt ne va jamais très loin…  » On ne baise pas ! « , s’exclame un patriarche alerte à la moustache frétillante… Parfois un Français de métropole se lance en mariage avec une arabe ou une berbère, mais un Pieds-Noirs quasiment jamais pur ne pas subir l’obligation de conversion à l’islam! Les différences culturelles, religieuses sont trop grandes. A l’époque, le statut de la femme musulmane qui, adolescente, est mariée et dès lors vit claquemurée et voilée, symbolise toute la difficulté d’un vivre ensemble fusionnel.

Le 1er Novembre 1954, les « Fils de la Toussaint » se réveillent : le sang coule. Les  » évènements «  débutent et nos anciens caressent tristement leurs perles d’angoisse, de douleur, de désarroi, de colère…Escarmouches, attentats, représailles, manifestations, massacres, assassinats, tortures, répression : l’apocalypse de la violence s’installe pendant huit ans et plus…Les discours du de Gaulle :  » Je vous ai compris « ,  » Vive l’Algérie française !  » ( Mostaganem), entretiennent illusions et confusions. Avec le plan de Constantine, les Pieds-Noirs reprennent confiance, et l’idée du départ n’effleure personne.  » Où aller, d’ailleurs ?!  » Je suis née à Blida, mes parents aussi, je n’ai personne en métropole ! « , s’interroge rétrospectivement une vieille dame, canne à la main. 

A Evian, le 19 mars 1962, des accords sont signés avec le FLN et le cessez-le-feu est proclamé. Mais pour les Pieds-Noirs, l’horreur continue : Bab-el-Oued, Oran…Une dame plaisante aux cheveux courts blonds-roux pleure toutes les larmes de la terre :  » J’ai appris par la radio que ma sœur avait été tuée !!  » Un vieil homme se souvient avec terreur :  » Nous étions plusieurs près d’une barrière. Des tirs de partout ! Bang ! Bang ! Tttaaattaaa… ! Certains se sont accroupis, moi je me suis plaqué au sol, mon voisin a été tué à bout portant, son corps est tombé sur moi, ça a encore crépité, j’étais mort ?!.. C’est son cadavre, je le sens encore, qui m’a protégé….  » La caméra recueille ces deuils si longtemps refoulés, puis pudique, se retire…
Dès lors une seule alternative pour ces Pieds-Noirs désespérés :  » la valise ou le cercueil « 

C’est ainsi, qu’à l’été 1962, Marseille voit se déverser sur ses quais, non pas quelques centaines de réfugiés, mais plus d’un million d’exilés :  » C’est quoi ça ?  » : formule d’accueil toute métropolitaine ! Une nouvelle épreuve commence tout juste. Nos patriarches égrènent encore leurs perles de tristesse et fatalité. Dans une grisâtre ville de banlieue parisienne, une ménagère soupçonneuse toque à la porte de ses voisins fraîchement débarqués. Une jeune femme sportive vient ouvrir. Son interlocutrice lui demande :  » Je peux voir vos pieds !! Je voudrais voir vos pieds !! « …
Le chœur polyphonique chanté, vocalisé, murmuré, à fleur de peau, par ces Pieds-Noirs oubliés, s’apaise… Tous peuvent comprendre ou s’y retrouver …Loin des caricatures, Gilles Perez trouve le ton juste : ces 62 témoins de la  » pied-négritude «  nous délivrent leur vérité, qui comme toute réalité, n’est pas une , mais multiple. 
Le cinéaste nous avoue :  » Cela n’a pas été une mince affaire de réaliser ce documentaire !  » Il aura fallu trois ans, une équipe de six personnes, sept coproducteurs ( en majorité les FR3 Régions ) !

 » Les pieds-noirs, Histoires d’une blessure « , aura sans doute des suites :   » Les disparus d’Oran du 5 juillet 1962″, des centaines d’européens sont enlevés en pleine ville ; ces événements sont totalement occultés par l’Histoire.

 

Gilles Perez rend leurs voix à ces Pieds-Noirs, éternels transplantés. Le calvaire de la mutité s’achève aujourd’hui pour certains. D’autres se taisent encore…Entre-temps, sont nés leurs bébés d’exils… N’auront-ils pas aussi leurs mots à dire ? Enfants de nulle part ? Enfants du monde entier ? D’ici et d’ailleurs , d’autres perles-mémoires nous attendent.
Florence COMOLLI

-

Publié dans "LES EVENEMENTS" en ALGERIE, ARTS et LETTRES, DISPARUS, HISTOIRE, islam, MEMOIRE, TERRORISME | Pas de Commentaire »

12345
 

michelhenrialexandre |
POUR MES POTES |
prostitution etudiante |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecoblog le blog éco
| Néolibéralisme & Vacuit...
| Maatjes en bier