TOUSSAINT ROUGE 1 11 1954 par Jean BRUNE

Posté par lesamisdegg le 1 novembre 2017

La guerre subversive ?

« Chaque victime était un otage innocent versé dans les charniers pour satisfaire aux exigences glacées d’une arithmétique de la terreur. Peu importaient les qualités ou les défauts des victimes, leur nom, leur poids d’entrailles humaines et les symboles inclus dans leur métier. Ce qui comptait, c’était le nombre des morts à partir desquels la peur s’installait dans la vie et commençait de la corrompre comme un poison.

On ne tuait pas comme on tue à la guerre pour ouvrir dans les rangs de l’ennemi des brèches dans lesquelles s’engouffraient les soldats. On tuait pour créer un scandale et par ce scandale attirer l’attention du monde non pas sur les victimes, mais sur les bourreaux. L’entreprise supposait une organisation méticuleuse des complicités; chaque nouveau mort étant l’occasion d’exprimer les solidarités qui liaient le meurtrier à un immense camp d’intérêts et d’idées. Chaque nouveau massacre collectif servait de prétexte à une explosion d’indignation en faveur des écorcheurs. Ainsi les hommes étaient-ils immolés sur l’autel d’un calcul, et les morts versés comme un carburant nécessaire au fonctionnement d’une machine.

Pour que s’ouvrît et fût alimentée une controverse, il fallait que mourussent des innocents. On brûlait la vie dans les hauts fourneaux des fonderies d’idées.

Dans cette incroyable logique de l’absurde, les Français d’Algérie fournissaient les morts. Ils étaient les hommes-charbon indispensables au fonctionnement de la grande machine « anticolonialiste » affectée à la subversion de l’Occident.

Pour que les journaux progressistes de France pussent s’indigner du sort des Algériens, pour que M. Sartre pût donner une conférence à Rome en compagnie de l’un des chefs des égorgeurs, pour que l’archevêque d’Alger pût rédiger l’un de ses communiqués abscons qui sont égale injure à la justice, à la charité et à la syntaxe; enfin, pour que l’Organisation des Nations unies pût se poser à New York en gardienne intransigeante des droits de l’homme, il fallait

qu’une femme fût violée dans une ferme d’Oranie, après avoir été contrainte d’assister à l’égorgement de sa fillette et de son mari;

qu’un petit garçon fût assommé à coups de pioche dans un village de l’Algérois;

que des jeunes filles fauchées par le souffle des bombes fussent mutilées à Alger et qu’une explosion hachât des enfants dans un autobus au retour  de l’école.

Pour que M. Mauriac pût jouer des grandes orgues de son talent dans sa chapelle, il fallait que fussent abattus des fidèles anonymes à la porte d’une église de la vallée du Chélif, ou que deux prêtres fussent égorgés aux confins oranais des steppes sahariennes et qu’une vieille femme fût assassinée le jour de Pâques dans un hameau de Kabylie bruissant de ce murmure d’averse qui tombe du feuillage des eucalyptus.

Car c’était cela le mécanisme de la guerre dite « révolutionnaire ». C’était l’assassinat des innocents, conçu comme une technique d’alerte destinée à attirer l’attention sur les revendications politiques des assassins. Et plus le crime était monstrueux, plus l’émotion qu’il soulevait servait la monstrueuse cause.

A Boufarik, près d’Alger, officiait le docteur Rucker. Il avait été mon condisciple au lycée d’Alger; donc, celui d’Albert Camus. C’était un gentil bohème aux gestes un peu gauches, mais dont la charité était inépuisable; l’un de ces médecins algériens toujours penchés sur les humbles, pour qui la médecine était un sacerdoce. Un jour de consultation, l’un des « malades » brandit un revolver et tua le docteur Rucker de quatre balles tirées à bout portant. Le meurtre fit sensation. Fleurirent les articles condamnant le « colonialisme ». Dans ces pages, on accusait la France d’entretenir en Algérie plus de gendarmes que de médecins ou instituteurs; mais les techniciens de la terreur tuaient plus de médecins que de gendarmes le premier mort de la guerre d’Algérie était justement un instituteur.

Peu importait l’état des victimes ! Ce qui comptait, c’était que chaque jour reçût sa fournée de morts pour que ne s’éteignît point la controverse politique. Le sang du docteur Rucker servait d’encre à Mauriac ou à Sartre, et aux procureurs de l’O.N.U.

Longtemps les Français d’Algérie avaient courbé la tête sous l’orage. Ils attendaient que leur fût rendue la justice élémentaire qui exige que soient châtiés les hommes qui attentent la vie des hommes. Au bout de cette longue patience, ils avaient découvert qu’ils étaient seuls à faire les frais du procès. C’est que la subversion avait pris soin de pourrir les esprits et l’occasion est belle d’en démontrer ici une part du mécanisme. La calomnie sur l’exploitation coloniale permettait de camoufler les crimes commis sur les innocents en une sorte de justice sommaire exercée sur des coupables.

Les assassins devenaient des redresseurs de torts. Ce sera l’une des hontes de ce siècle finissant d’avoir admis comme un postulat l’idée de culpabilité collective qui a livré des foules entières aux mains des bourreaux improvisés et fait payer à des enfants les délits imputés à des sociétés.

Le docteur Jean Massonnat a été tué à Alger, au cours de cette fusillade qui a couché sur pavé tant d’Algéroises et tant d’Algérois. Il était mon ami. Comme ce mot paraît soudain démesuré, et comme, en certaines circonstances, on se sent brusquement envahi par la peur de ne pas en être digne. La dernière lettre qu’il m’avait écrite était un cri :

« Non seulement, on veut nous chasser, mais on veut, encore, que nous soyons des salauds, pour que nous soit retirée jusqu’à l’espérance en un mouvement de pitié de la Métropole … ».

Jean Massonnat, agenouillé sur un blessé, a été tué de trois balles tirées dans le dos par ceux que « Le Figaro » appelle « le service d’ordre »!

Pourquoi sommes-nous maudits ? 

Jean BRUNE

Jean BRUNE

Mais à travers ces confusions, on entrevoit ce qui, jour après jour, est devenu la hantise des Français d’Afrique. Ils ont cherché à se laver de la calomnieuse accusation de « colonialisme » pour être rendus à leur état d’innocents injustement frappés et ainsi renvoyer leurs tortionnaires à leur culpabilité d’écorcheurs. C’est le sens des grandes offrandes de mai 1958:  une « Nuit du 4 Août » étalée sur quinze jours de soleil dans un ressac de clameurs et de chants. »      Jean BRUNE

 

 

Publié dans "LES EVENEMENTS" en ALGERIE, ACTUALITE, ARTS et LETTRES, COMMEMORATIONS, HISTOIRE, MEMOIRE, TERRORISME | Pas de Commentaire »

ORAN cimetière TAMASHOUËT

Posté par lesamisdegg le 31 octobre 2017

Après les Morts

 

 Samedi dernier (il y a, déjà longtemps de cela) je me suis acheminé tout doucement, vers Tamashouët malgré la pluie et malgré la boue.

Ayant donc lu dans les journaux (moi qui ne suis pas journaliste et ne donne aux mots que leur portée exacte) ; ayant donc lu dans les journaux que c’était la commémoration des morts et que la population respectueuse des trépassés, se faisait un devoir d’un pieux pèlerinage au cimetière, j’ai juge nécessaire de conformer ma conduite à celle de tout le monde.

Et je suis parti, parti pour tut de bon, ayant encore dans l’oreille le stimulant de phrases qui parlaient de recueillement, de fleurs, de larmes, de souvenir.

Pardonnez-moi si je commets quelque, impair ; je suis tout nouveau venu, tout frais débarqué de mon village. Chez nous tout est petit, jusqu’au champ de repos où dorment, après avoir sué sang et eau, les premiers habitants,  les colons de la première heure. On ne saurait donc rien faire avec cette pompe, cette majesté, cette grandeur qui en imposent ; chez nous chacun s’en va de son côté faire la visite annuelle aux tombes et l’on revient boire une chopine, à quatre ou cinq, en devisant du temps passé. Rien qui vous mette du baume au cœur pour les prochains durs travaux : les labeurs et les semailles, comme d’évoquer la mémoire des anciens, qui ne boudaient pas, vous pouvez m’en croire, à l’ouvrage. En trinquant on songe, à part soi, à suivre l’exemple du père Machin ou du père Chose ;

Nous entrerons dans la carrière,

Quand nos aînés ne seront plus.

Nous y trouverons leur poussière

Et la trace de leurs vertus.

Comment se fait-il que je m’étais imaginé le jour, des morts particulièrement impressionnants à Oran ? J’avais rêvé d’un grand silence planant sur la nécropole, des gens tout en noir circulant pieusement parmi les blancs mausolées et aux abords de Tamashouët, ce calme religieux enfin, qui permet de dire, que les grandes douleurs sont muettes ?

Combien je m’étais trompé ! La carriole qui m’amène s’est arrêtée. Nous sommes arrivés.

« C’est ici, me dit mon voisin, n’entendez-vous pas tout ce bruit ? »

Il est vrai que, après quelques instants, le son des voix parvenait à mes oreilles et cela m’avait rendu tout pâle, car je croyais à ces scènes déchirantes qui mettent sens dessus dessous les moins sensibles.

Maintenant je distingue parfaitement, des buvettes se sont improvisées,  exactement comme pour les tètes patronales, des marchands de cacahouètes (pourquoi pas d’oublies) vont, viennent, ainsi que des marchands de gâteaux et tout ce monde crie à plein gosier sa marchandise, harcèle les passants, produit un vacarme d’enfer.

J’ai cru m’être trompé, j’ai soupçonné un instant ma tristesse de n’être pas faite comme celle des autres et de ne pouvoir s’accommoder d’un verre d’anisette ou d’une poignée de torraïcos.

Au fait, me suis-je demandé, sommes-nous bien au 2 novembre et est-ce bien au cimetière que je me suis rendu ? Une terreur m’a pris de n’avoir pas effeuillé mon calendrier éphéméride et d’être tombé sur une de ces feria dont on a tant parlé. J’écoute les conversations des voyageurs assis à mes côtés : « -La tombe de Daniloff avait comme toutes les années son bouquet blanc dit l’un — Oui, répond l’autre, mais il n’y avait rien sur le monument des Couillet ».

Hélas, non, je ne m’étais point trompé, et ma carriole avait suivi le bon chemin. Et je pensai, faute d’un arrêté interdisant aux mercantis les abords du champ de repos, à toutes ces larmes répandues qui devaient avoir une vague saveur d’agua limon.

Pour les morts que refresco !

DALVI -2 11 1895-

 

oran 1901

oran 1901

Publié dans ACTUALITE, CIMETIERES, HISTOIRE, LIEUX, MEMOIRE | Pas de Commentaire »

PARIS 17 octobre 1961

Posté par lesamisdegg le 16 octobre 2017

LA VERITE EST UNE ARME REDOUTABLE

Le climat ambiant en octobre 1961, était celui d’une guerre révolutionnaire, sournoise, meurtrière, déclenchée par la fédération en France du FLN, contre la Police Parisienne et la force de Police Auxiliaire. Dans ce contexte, le 17 octobre 1961, la manifestation de masse de la communauté algérienne vivant en France, n’est qu’un « flash »de 4 heures, pris sur le temps d’une aventure humaine douloureuse qui a duré 7 ans et 8 mois .

LA MANIFESTATION

Le 17 octobre 1961, suivant les directives données par le Préfet de police Maurice Papon, par de gaulle, sous-couvert du Premier Ministre Michel Debré et du Ministre de l’Intérieur Roger Frey, 1300 hommes, soit 650 gardiens de la paix, 300 gendarmes mobiles, 280 CRS, une soixantaine de Harkis de la Force de Police Auxiliaire pour servir d’interprètes, et non 7000 hommes, comme il a été dit ou écrit, ont été rassemblés en urgence dans la nuit du 16 et la journée du 17 octobre. En effet, le renseignement sur le déroulement d’une manifestation dans Paris, organisée clandestinement par le FLN, n’a été connu que dans la soirée du 16 octobre. Ces 1300 hommes ont été déployés sur une cinquantaine de points sensibles et de passages obligés par groupe de 25 hommes, commandé chacun par un gradé, avec en réserve quelques éléments pouvant intervenir en cas de besoin.

Le théâtre opérationnel comportait 3 fronts :

- le front extra-muros

- le front intra-muros

- un front souterrain.

Le FLN avait menacé de représailles, pouvant aller jusqu’à une condamnation à mort, ceux qui ne participaient pas à ce « rassemblement patriotique »… Seules les femmes enceintes, les enfants de moins de 10 ans et les malades pouvant le justifier étaient dispensés de manifester.

Les Forces de l’ordre avait mission de stopper la progression vers le centre de la capitale et de disperser 40 à 50000 Algériens contraints, pour ne pas dire pris en otage par le FLN. Ce dernier ayant décidé, avec l’accord du GPRA (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne installé à Tunis) d’organiser et de déclencher sans autorisation préalable, une manifestation de masse de tous les Algériens résidant en île de France.

LE VRAI BILAN

Le bilan réel en pertes humaines du FLN, lors de la manifestation du 17 octobre :

- le 17 octobre 1961 de 19h30 à 23h, dans le périmètre même de la manifestation : 1 mort, Guy CHEVALLIER tué vers 21h devant le cinéma Rex-5è arrondissement, décédé à la suite d’un coup sur la tête. IL EST LA SEULE VICTIME DANS LE PERIMETRE DE LA MANIFESTATION, Français rien ne prouve qu’il ait été tué par les policiers. Hors du périmètre de la manif : 2 morts. Abdelkader DEROUES, tué par balles, trouvé vers 22h à Puteaux et Lamara ACHENOUNE tué par balles toujours à Puteaux. A ces 3 morts s’ajoutent une centaine de blessés plus ou moins sérieusement, transportés vers les hôpitaux.  Soit du 17 octobre au 21 octobre 1961, 7 morts dont deux peuvent être imputés avec certitude à la Police.

Pour la seule année 1961, le FLN n’a pas hésité à liquider froidement 3% de la communauté algérienne installée en France.

Du 1er janvier au 20 juillet 1961 :

- 417 algériens assassinés par le FLN

- 24 européens assassinés par le FLN

- 11 gardiens de la paix et harkis tués.

LA MANIPULATION  L’agitation politico-médiatique concernant la manifestation des Algériens du 17 octobre 1961, n’a duré que très peu de temps, parce que celle-ci a été considérée à l’époque où elle s’est déroulée comme un incident banal engendré par la guerre d’Algérie.

PRESSE DU 18 OCTOBRE 1961 AU MATIN

- Le FIGARO : « Grâce à la promptitude et à la vigilance de la Police, le pire qui était à craindre a pu être évité ».

- PARIS JOUR : « 20000 algériens maîtres de la rue à Paris pendant 3heures. C’est inouï ! Ils ont déferlé en plein coeur de la capitale et en ont franchi les portes par groupes entiers ».

- Le PARISIEN LIBERE : « Ils ont pris le métro, comme on prend le maquis ! »

LE DEROULEMENT DE LA MANIPULATION HISTORIQUE

Ce n’est qu’en 1984 qu’un ancien haut responsable de la fédération du FLN en France - Ali Haroun -  publie un livre écrit à la gloire du FLN « la VII Wilaya- la guerre du FLN en France 1954-1962″.

Quelques années plus tard, en 1991, Jean Luc Einaudi, employé au Ministère de la Justice en qualité d’éducateur, s’inspire largement du livre d’Ali Haroun pour « confectionner » le sien, à qui il donne pompeusement le titre « La bataille de Paris, 17 octobre 1961″ ouvrage de parti-pris dans lequel on trouve des détails morbides destinés à frapper d’horreur l’imagination du lecteur.  C’est à partir de ce livre en 1991 que des sympathisants francais appelés aujourd’hui « les frères des frères », par les anciens du FLN, organisent chaque année, avec la participation active d’anciens cadres de la fédération du FLN en France (responsable de nombreux assassinats en France!!!) une cérémonie commémorative à la mémoire des « Martyrs Algériens » du 17 octobre 1961 qui n’ont jamais existé que par l’imagination de leurs créateurs.

En octobre 2000, les  »frères des frères » ont créé l’Association « 17 octobre 1961 contre l’oubli ». Son président est Olivier Le Courgrandmaison appuyé par JL Einaudi et Marcel Péju, Pierre Vidal-Naquet, François Maspero.*

Extrait de l’Afrique Réelle automne 2001, par le Lieutenant Colonel Raymond Montaner, ancien Commandant de la force auxiliaire.

 

« Comme les hommes, les peuples qui oublient leur histoire cessent d’exister! »..Albert Camus

HERAKLES finira par vaincre le mythe de l'hydre

HERAKLES finira par vaincre le mythe de l’hydre

Publié dans ACTUALITE, COMMEMORATIONS, HARKIS, HISTOIRE, LIEUX, MEMOIRE, TERRORISME | Pas de Commentaire »

CAMUS « le premier homme « 

Posté par lesamisdegg le 16 octobre 2017

Le témoignage du Premier homme :  

le premier homme

le premier homme

« Non, un homme, ça s’empêche. Voilà ce qu’est un homme, ou sinon… »

« 1905. Son père avait vingt ans. Il avait fait, comme on dit, du service actif contre les Marocains. Jacques se souvenait de ce que lui avait dit le directeur de son école lorsqu’il l’avait rencontré quelques années auparavant dans les rues d’Alger. M. Levesque avait été appelé en même temps que son père. Mais il n’était resté qu’un mois dans la même unité. Il avait mal connu Cormery selon lui, car ce dernier parlait peu. Dur à la fatigue, taciturne, mais facile à vivre et équitable.
Une seule fois, Cormery avait paru hors de lui. C’était la nuit, après une journée torride, dans ce coin de l’Atlas où le détachement campait au sommet d’une petite colline gardée par un défilé rocheux. Cormery et Levesque devaient relever la sentinelle au bas du défilé. Personne n’avait répondu à leurs appels. Et au pied d’une haie de figuiers de Barbarie, ils avaient trouvé leur camarade la tête renversée, bizarrement tournée vers la lune. Et d’abord ils n’avaient pas reconnu sa tête qui avait une forme étrange. Mais c’était tout simple. Il avait été égorgé et, dans sa bouche, cette boursouflure livide était son sexe entier. C’est alors qu’ils avaient vu le corps aux jambes écartées, le pantalon de zouave fendu et, au milieu de la fente, dans le reflet cette fois indirect de la lune, cette flaque marécageuse. A cent mètres plus loin, derrière un gros rocher cette fois, la deuxième sentinelle avait été présentée de la même façon. L’alarme avait été donnée, les postes doublés. A l’aube, quand ils étaient remontés au camp, Cormery avait dit que les autres n’étaient pas des hommes. Levesque, qui réfléchissait, avait répondu que, pour eux, c’était ainsi que devaient agir les hommes, qu’on était chez eux, et qu’ils usaient de tous les moyens. Cormery avait pris son air buté . « Peut-être. Mais ils ont tort. Un homme ne fait pas ça . » Levesque avait dit que pour eux, dans certaines circonstances, un homme doit tout se permettre et tout détruire. Mais Cormery avait crié comme pris de folie furieuse : « Non, un homme, ça s’empêche. Voilà ce qu’est un homme, ou sinon… »

Et puis il s’était calmé. « Moi, avait-il dit d’une voix sourde, je suis pauvre, je sors de l’orphelinat, on me met cet habit, on me traîne à la guerre, mais je m’empêche. - Il y a des Français qui ne s’empêchent pas, avait dit Levesque. – Alors, eux non plus, ce ne sont pas des hommes. » Et soudain il cria : « Sale race ! Quelle race ! Tous, tous… » [18]

Il serait facile d’accuser l’auteur d’exprimer le racisme colonial sans le dénoncer, voire de tenter de le justifier en l’expliquant, et de participer à la perpétuation d’un thème caractéristique de l’imaginaire colonial, ainsi défini par Cornélius Castoriadis : « Entre les Français et les Algériens, il y a un couteau. Et ce couteau, c’est tout l’imaginaire français sur les Maghrébins, les Algériens en particulier, à la fois sur le plan du meurtre et sur le plan sexuel » [19]……………………………………………………………Attribuer l’épisode rapporté ci-dessus à l’imaginaire colonial, c’est donc, littéralement, reprocher à l’auteur de justifier le racisme visant les Maghrébins par une accusation calomnieuse. Or, les faits allégués sont-ils fondés ou non ?

Malheureusement oui. La pratique des mutilations sexuelles au Maghreb est attestée par de nombreux témoignages et documents, avant, pendant et après la présence française . Dès 1830, selon Daniel Rivet, « les combats tournent à l’atroce immédiatement. En novembre, des moudjahidin mutilent une cinquantaine de canonniers surpris dans un combat d’arrière-garde dans la Mitidja. Une cantinière a les entrailles arrachées, le nez, les oreilles et les seins coupés et fourrés dans l’abdomen. La sauvagerie des indigènes rejaillit sur l’occupant, par un effet de contagion mimétique » [20]. Pendant la guerre d’Algérie de 1954-1962, Raphaëlle Branche reconnaît que « les réactions qui suivent la surprise de l’embuscade, de l’expérience du feu et de la sensation de camarades qui tombent, sont encore accentuées par la découverte de corps émasculés et/ou égorgés. (…) Ces violences démonstratives viennent alimenter l’imaginaire ancien des Occidentaux à propos des Arabes qui, depuis les Sarrasins, sont assimilés à des tueurs sanguinaires armés de lames coupantes et égorgeantes » [21].

Mais l’indépendance de l’Algérie n’a pas mis fin à cette violence extrême ; selon la presse algérienne, les soldats du poste frontière de Guémar attaqué par un groupe islamiste armé le 28 novembre 1991 ont été pareillement décapités et mutilés [22]. Comme l’a reconnu Mohammed Harbi, « en occultant l’existence de pratiques cruelles enracinées dans une culture paysanne archaïque dominée par un code particulier de l’honneur et de la blessure symbolique à imposer au corps de l’ennemi, on s’interdit de voir dans la cruauté actuelle des actions des terroristes islamistes un ‘retour’ qui en vérité traduisait une permanence culturelle » [23].

[18Op. cit., pp. 65-67. Cf. la phrase rajoutée p. 19 : « J’ai fait la guerre contre les Marocains (avec un regard ambigu) les Marocains ils sont pas bons ».

[19] Cornélius Castoriadis, cité par Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962, Gallimard, 2001, pp. 312-313..

[20] Daniel Rivet, Le Maghreb à l’épreuve de la colonisation, Hachette, 2002, p. 113.

[21] Branche, op. cit., p.44.

[22] Gilles Kepel, Jihad, expansion et déclin de l’islamisme, Gallimard, 2000, p. 179.

[23] Mohammed Harbi, « La tragédie d’une démocratie sans démocrates », in Le Monde, 13 avril 1994.

Cet article a été publié dans Histoire et littérature au XXème siècle, recueil d’études offert à Jean Rives, paru dans la collection Sources et travaux d’histoire immédiate, Toulouse, GRHI, juin 2003, pp. 431-445.

Publié dans "LES EVENEMENTS" en ALGERIE, ACTUALITE, ARTS et LETTRES, HISTOIRE, islam, LIVRES, MEMOIRE, TERRORISME | Pas de Commentaire »

GOUMIERS , HARKIS , MOGHAZNIS : soldats de l’Algérie française

Posté par lesamisdegg le 25 septembre 2017

Goumiers , Harkis et Moghaznis, gardiens de la paix, au Maroc, en Algérie française.

Siba, en arabe  signifie « anarchie » -c’est une forme de contestation-  s’oppose au terme Makhzen . Au cours de son histoire le Maroc a connu des périodes d’instabilité. Certaines régions du Maroc ne connaissaient pas l’influence de l’État, notamment au Moyen Atlas au Haut Atlas dans le Rif et dans la Chaouia. Il existait, par ailleurs, des luttes intestines au sein de la famille du Makhzen, l’appareil étatique marocain. L’expression « bled el makhzen », désigne l’espace où l’État exerce son autorité, s’oppose à « bled siba », espace non soumis à l’autorité centrale du pays.

Pour le bled siba les espagnols utilisèrent l’expression « moros de guerra » -maures de guerre-du 16ième au 15ième siècle. Pour rétablir l’autorité de l’état-le makhzen-, en bled siba, le sultan utilisait des harkas composées de harkis-employés temporairement le temps d’une harka- au delà des soldats permanents du makhzen, les mokhaznis. Pour le bled makhzen les espagnols utilisèrent l’expression « moros de paz »-maures de paix- et leurs supplétifs indigènes étaient des almogataces-pluriel d’almogataz, mot dérivé de l’arabe al mokhazni-.

moghaznis 1961

moghaznis 1961

harkis 1959

harkis 1959

goumiers marocains 1955

goumiers marocains 1955

Les officiers des affaires indigènes, héritiers des bureaux arabes, vont créer les goums et leurs goumiers, les moghaznis, et les harkis.

GOUM – ar tribu, groupe-formation militaire indigène -

HARKI Soldat d’Algérie française qui servait dans une harka. L’administration française utilise toujours des harkas, troupes indigènes recrutées sur place (arabe [ḥarka], expédition, opération militaire) dont les soldats sont appelés harkis (Lanly1962, p. 60).

 

 

 

 

Les moghaznis étaient des supplétifs des Sections administratives spécialisées et les sections administratives urbaines de l’armée française durant la bataille d’Algérie française. Au nombre de 20 000, ils étaient chargés de protéger les SAS.

 

 

Publié dans "LES EVENEMENTS" en ALGERIE, ACTUALITE, COMMEMORATIONS, HARKIS, HISTOIRE, MEMOIRE, TERRORISME | Pas de Commentaire »

VENDANGES à Zéralda 1930

Posté par lesamisdegg le 1 septembre 2017

pastière et tracteur

pastière et tracteur

Après le pessimisme l’optimisme. Il y a quelques semaines à peine, les propriétaires-viticulteurs paraissaient fort soucieux et difficilement  abordables par suite de l’effondrement des cours des vins, de la mévente qui en résultait et de la perspective d’une nouvelle récolte à loger, alors que les cuves étaient pleines de celle de l’année précédente.

Tout le commerce algérien se ressentait de ce malaise. Les affaires présentaient un arrêt absolu et les voyageurs qui visitaient la clientèle viticole ne notaient plus d’ordre. On ne voyait plus, sur les routes, les gros camions de transport véhiculant des fûts. Les entrepreneurs de labour se trouvaient en plein chômage. Les maladies d’estomac, de reins, de foie, la goutte, les rhumatismes n’existaient sans doute plus, car personne ne parlait de cures à Evian, Vichy, Vittel, ou ailleurs. On se contentait, le soir venu, d’écouter Radio-Alger et autres radio-concerts.
Les viticulteurs passaient de sombres journées dans leur villa ou maison d’habitation, espérant toujours une amélioration des cours. Certains d’entre eux, de nos amis, gardèrent cependant une confiance inébranlable. Est-ce le pressentiment îles événements qui devaient se produire, est-ce une foi aveugle en les destinées heureuses de la terre algérienne, ils conservèrent intact leur optimisme de jadis. Bref, c’était tout de même le marasme complet. Depuis la hausse, la reprise des transactions sur les vins, la perspective d’une bonne récolte, la physionomie des choses précitées a changé du tout au tout.
L’optimisme le plus joyeux a fait place aux jours sombres et le commerce en général reprend de son activité. Comme les escargots après les premières pluies, les voyageurs et courtiers reprennent avec une nouvelle ardeur leurs visites et sont reçus avec plus d’aménité.  De lourds camions de vin sillonnent toutes les routes. Les défonceuses entament un peu partout et profondément de nombreux hectares de terre. Les dyspepsies, gastralgies, gastrites, hépatites et autres maladies du foie, des reins ou d’articulation ont fait leur apparition annuelle mais retardée. Nombreux sont, en effet, les propriétaires qui se sont vus obligés d’aller faire une cure dans les villes d’eaux appropriées à leur cas.
Les vendangeurs.
 Le temps particulièrement favorable à une bonne et prompte maturation a avancé le commencement des vendanges. Dans de nombreuses propriétés du littoral et de la plaine l’activité bat déjà son plein. Au cours de voyages dans le département, nous nous sommes arrêtés en différents endroits pour assister aux joyeuses scènes de vendanges qui se déroulent généralement dans l’allégresse.
Les procédés modernes.
Que nous sommes loin des méthodes de jadis, méthodes que nous voyons encore utiliser dans certaines régions méridionales de la Métropole !
Une cave algérienne est une véritable usine où les procédés les plus modernes de vinification ont contribué à l’excellente réputation de nos vins. Les vendanges sont elles-mêmes industrialisées afin d’obtenir, avec un gros rendement, un produit de qualité. La culture de la vigne mériterait, d’abord et à elle seule, un long chapitre, car les colons algériens savent utiliser les plus récents perfectionnements de la motoculture spécialement adaptée aux vignobles. Un coup d’œil sur ces derniers et on remarque en plus de la magnifique végétation la belle ordonnance de plantations longuement espacées pour permettre que tous les travaux se fassent mécaniquement et par tracteurs. On admire également la belle tenue des terres qui, jusqu’aux vendanges, sont scarifiées et où l’on ne voit pas une herbe.
Le recrutement des vendangeurs.
Avec la pénurie actuelle et générale de main-d’œuvre, le recrutement des vendangeurs est devenu une chose laborieuse et même difficile surtout pour les grands domaines où il faut plusieurs centaines d’hommes. Nombreux sont les propriétaires du département qui vont chercher le personnel dont ils ont besoin en Kabylie, dans les monts du Djurdjura, du Dahra, de l’Ouarsenis ou la plaine du Chéliff. Dans ces régions, il y a certains indigènes qui se sont spécialisés comme intermédiaires dans ce recrutement et qui moyennant une prime, procurent dix, vingt, cinquante ou plusieurs centaines d’hommes suivant les contrées.
Chaque équipe est dirigée par un chef bénévolement reconnu par ses compagnons et qui seul discute les conditions de travaux et d’embauche. Ces équipes sont ensuite transportées sur les lieux de travail, aux frais du propriétaire, par camionnettes, camions auto ou chemins de fer. Elles sont logées dans la ferme ou ses dépendances. Un des leurs est désigné par eux pour assurer le ravitaillement et faire la cuisine, quand il y a lieu. Nous disons bien quand il y a lieu, car leur nourriture principale est le raisin. Certains propriétaires ou chefs de culture nous ont affirmé que chaque vendangeur mangeait, en moyenne et par jour, de trois à quatre kilos de raisin ! Pour une cure de fruits frais, c’en est une !…
La façon d’opérer.
Les vendangeurs sont répartis par chantiers. Dans de nombreux vignobles on met deux coupeurs par rang qui alimentent le porteur de hotte. Ce dernier transporte son contenu à la pastière qui s’arrête dans les « tournières ». Dans les grands domaines ce sont des ânes qui, portant deux hottes, circulent dans les rangs et viennent remplir les pastières. .Chaque chantier est placé sous la surveillance d’un chef dont on entend fort souvent les interpellations.
Les pastières.
En ce qui concerne les pastières et suivant l’importance de la propriété et la richesse en chevaux, mulets, bœufs ou tracteurs, on emploie des véhicules de différentes capacités. Dans ce domaine on emploie près de 1.000 vendangeurs et ouvriers et- plus de 80 pastières sont en travail. Les capacités varient entre 12 et 15 quintaux pour celles tirées par les bêtes. Celles remorquées par tracteur à chenilles transportent d’un seul coup 45 quintaux environ et font trois à quatre fois plus de voyages que les autres, à cause surtout de leur rapidité et de la facilité d’évolution. L’arrivée des pastières à la cave est ordonnée par un européen spécialisé qui, suivant les cépages, fait déverser dans des conquêts différents.
vendanges 1930

vendanges 1930

1930 pastières et conquets

1930 pastières et conquets

Des conquêts les raisins passent dans les fouloirs-égrappoirs rotatifs à grand débit qui envoient les grains foulés et le jus à la pompe à moûts et rejette les grappes, absolument et proprement dépouillées, sur un chemin roulant où elles sont dirigées vers un pressoir hydraulique.
La pompe à moûts refoule, suivant la nature des raisins, la qualité et la couleur des vins que l’on veut obtenir, soit directement dans les cuves de fermentations soit au préalable sur des égouttoirs.  La cave elle-même présente au milieu de bruits une activité fébrile. On se rend compte que tout a été préparé soigneusement pour donner au vin cette grande sécurité qu’est la propreté.
Dans les cuves, où domine le bouillonnement des moûts et d’où s’échappent des émanations capiteuses qui grisent rapidement le visiteur, s’élabore le pur nectar de Bacchus.
La campagne algérienne a repris désormais sa belle physionomie d’autrefois. En celte saison où les chaleurs commencent à devenir moins fortes, où les vignobles sont ventés par une brise plus fraîche, le spectacle des vendanges dans la plaine et sur les coteaux marquent la joie nouvelle du travail heureux.
 FNB

Publié dans ACTUALITE, LIEUX | 2 Commentaires »

ORAN mai 1962

Posté par lesamisdegg le 28 mai 2017

LA DERNIĖRE COMMUNION

 

Qu’elle était radieuse l’aurore de ce dernier dimanche de Mai 1962 à Oran !… Le ciel était tout blanc, d’une blancheur de gaze, où scintillaient des gouttelettes nacrées, pluie d’atomes lumineux dont la chute emplissait l’éther d’une immense vibration qu’on aurait dit minuscule. Tel une plume blanche, un nuage solitaire se courbait au-dessus de la ville, cette ville, hier si gaie, si propre, si belle qui, aujourd’hui, avait le visage gris des malades incurables, des cancéreux à quelques jours de leur mort.

Avec le mois de Mai étaient revenus les cortèges immaculés des premiers communiants, et dans cette époque de violence et de haine, il n’y avait rien de plus émouvant que ces enfants graves et recueillis, rayonnants de foi et vêtus de la blancheur des lys.

Parmi eux, se trouvait Sophie Dubiton, amputée d’une jambe et qu’on portait dans le cortège des communiantes. Elle avait été l’une des premières victimes du « boucher d’Oran », le général Katz, commandant le secteur autonome d’Oran qui avait donné la consigne à ses troupes essentiellement constituées de « gens sûrs », en l’occurrence de gendarmes mobiles, « de tirer à vue sur tout européen qui aurait l’audace de paraître sur une terrasse ou un balcon lors d’un bouclage ».

Les premières victimes du « boucher d’Oran » furent deux adolescentes de 14 et 16 ans : Mlles Dominiguetti et Monique Echtiron qui étendaient du linge sur leur balcon. Elles furent tuées par les gendarmes. Les projectiles d’une mitrailleuse lourde de 12/7 traversèrent la façade et fauchèrent dans leur appartement, Mme Amoignan née Dubiton, dont le père était déjà tombé sous les balles d’un terroriste du FLN, ainsi que sa petite fille, Sophie, âgée de deux ans et demi et sa sœur, Frédérique, âgée de treize ans qui, atteinte à la jambe, eut le nerf sciatique arraché et dut être amputée.

Pourquoi lui refuser, malgré l’atrocité de la situation, le droit à la robe blanche et à la douceur de la cérémonie ? Elle n’aurait pas compris, elle, petite victime innocente, quelle nouvelle punition on lui imposait après tant de souffrances imméritées.  Alors, toute parée, superbe dans ces blancheurs d’étoffe qui l’entouraient comme d’un rayonnement de candeur, Frédérique, se sentait enveloppée d’amour, réchauffée par les sourires lumineux de ses voisins et amis qui lui témoignaient leur tendresse et l’astre radieux, semblait une pluie d’or qui ruisselait de ses mains fines.

Et cette vision insolite de ces enfants encadrés de C.R.S !… parce que leur quartier étant bouclé par suite d’une perquisition générale, on n’avait pas le droit d’en sortir, sinon avec ces charmants messieurs. C’était grotesque et digne d’Ubu Roi ! Ces petites filles parées de blanc, se rendant vers l’aumônerie du lycée, ridiculisaient par leur innocence la faconde de ces matamores qui les accompagnaient d’un air soupçonneux. Pensez donc, si elles allaient emporter sous leurs voiles les tracts et les armes de l’OAS ! On massa les enfants, place de la Bastille, avec les mitrailleuses braquées sur eux. Et le chanoine, sur le devant de son église, bénit les communiants en disant :

« Aujourd’hui, pour venir ici vous avez dû franchir les armées ; vous avez franchi les armées de Satan ! Ne l’oubliez jamais ! Que cela vous reste comme le symbole, l’exemple de ce que vous devrez toujours être prêts à faire : franchir les armées du démon pour venir à la maison de Dieu. »

Après cette déclaration, le chanoine fut arrêté…

José CASTAÑO

mai 1962  la dernière communion

mai 1962
la dernière communion

Publié dans "LES EVENEMENTS" en ALGERIE, ACTUALITE, HISTOIRE, LIEUX, MEMOIRE, TERRORISME | 1 Commentaire »

Pélerinage de l’Ascencion à Oran

Posté par lesamisdegg le 25 mai 2017

Les bonnes coutumes ne se perdent pas, à cela près que les pèlerins 1936 ne ressemblent en rien à leurs frères des années précédentes. Il n’était que de voir la majeure partie d’entre eux pour deviner le vœu qui avait été fait par tous les fervents de N.D. de Santa-Cruz :

« Si Dubois est élu, avait dit le chef de la famille, nous irons tous à pied remercier la vierge Marie. »

Et de fait, c’est au chant de l’Internationale que la plupart des fidèles se lancèrent à l’assaut de la chapelle, magnifiquement décorée pour la circonstance d’une faucille et d’un marteau gigantesques. Un peu partout, on croisait des groupes de jeunes hommes dont la pochette rouge n’excluait pas la foi. En ce jour de l’Ascension, ils s’en allaient au Fort ou à là Chapelle afin de graver sur la pierre, à l’aide d’un petit canif, la faucille et le marteau qui remplacent aujourd’hui le cœur traversé d’une flèche de nos jeunes années.

Tout près de la petite église, notre charmant confrère Paul Saffar, de Pathé-Journal, escorté d’un bataillon de jolies femmes « tourne » la montée des pèlerins. C’est la première fois qu’une firme cinématographique envoie un reporter pour filmer une actualité en notre ville. Et avant quinze jours, les Oranais pourront revivre, sur l’écran du Régent, les heures traditionnelles de l’Ascension.

Sous la voûte de la Chapelle, où ça sent la cire qui brûle et l’aisselle qui transpire, les fidèles se pressent. Il s’agit d’acheter des bougies préalablement bénites. Près de moi, une brave femme proteste :

« Mira que abuso ! A franco la vela ! Y tampoco da timbres de La Ruche ! »

- Regardez quel abus. Un franc la bougie et il ne donne même pas de timbres « La Ruche ».

La messe a lieu sur l’esplanade supérieure. C’est comme qui dirait, une messe-camping. Le prédicateur nous apprend que nous montons à Santa-Cruz pour remercier le Seigneur d’avoir sauvé Oran de la Peste de 1849. A cette époque, dit-il, la peste et le choléra faisaient des ravages dans notre population. Alors qu’Oran ne comptait que 25.000 habitants, on enregistrait 60 décès par jour. Les médecins ne pouvant rien contre le fléau, les autorités de la ville décidèrent de tenir un grand Conseil. Il y avait là le Préfet, l’Evêque et le Maire d’alors. Il y avait aussi le général Pélissier. Tout à coup, le général Pélissier se leva :

« Bougre d’andouille I s’écria-t-il cri s’adressant â l’évêque, il faut que ce soit moi qui trouvé le truc ! Ce n’est pourtant pas difficile ! On va monter à Santa-Cruz une statue de la Bonne Mère et on fera une procession. Avec ça, fini le choléra. »

Bravo, opina l’évêque; et en tous cas, si ça ne prend pas, on aura tout de même eu l’occasion de faire quelques quêtes.

Et aussitôt dit, aussitôt fait. Les malheureux qui se privaient de manger pour payer un médecin non estampillé par l’Eglise, versèrent à Monseigneur le prix d’une visite. On fit faire une vierge grandeur nature et, au cours d’une procession monstre, on la porta à Santa-Cruz.

Là-dessus, l’évêque chanta. Tout de suite après -c’était fatal- la pluie tomba. Et quand les Oranais descendirent en ville, c’était fini. Oran était sauvé !

Mais hélas, mes très chers frères, continue le collègue de l’Abbé Lambert, nous subissons aujourd’hui un mal beaucoup plus grave que la peste et le choléra. C’est l’odieuse révolution qui fait des ravages considérables de par le monde et qui menace d’exterminer l’univers si nous ne réagissons pas. Mes très chers frères, méfiez-vous des révolutionnaires comme de la peste et du choléra, et demandez tous à la Sainte-Vierge de nous préserver de ce nouveau fléau. Ainsi soit-il, préparez-vous pour la quête !

Une heure après, le même curé parcourait les sentiers qui entourent la chapelle, et, agitant une petite sonnette, il appelait les fidèles à intervalles réguliers : Tout le monde sur l’esplanade pour la messe ! Je pensais à un steward qui appellerait les passagers d’un transatlantique à l’heure de midi : Deuxième service pour les secondes ! Au fond, ne se ressemblaient-ils pas comme des frères, et ne nous mènent-ils pas tous les deux en bateau ?

Fortuné LEBIDOIS, ancien enfant de chœur

Oran spectacles… Hebdomadaire satirique

 

Pathé-journal

Pathé-journal

procession

procession

cierges

cierges

chapelle

chapelle

Publié dans ACTUALITE, HISTOIRE, MANIFESTATIONS, MEMOIRE | 2 Commentaires »

CRACCIATORE « jeune » ou le cracheur d’Alger

Posté par lesamisdegg le 7 mai 2017

 

Honni soit qui crache !

texte et dessin de  Jean BRUA

texte et dessin de Jean BRUA

Après les « costumes de l’haine » des z’hérauts de l’anticouillonialisme, nous voici sous le déluge de cracheurs algériens haut-placés.

Dodièze n’étant pas homme à ouvrir le parapluie, voici, en exclusivité de fin d’année, la salve rabiatique qu’il tire en l’honneur de la réélection du président le plus expectorant de la nouvelle Algérie.

DODIÈZE – T’l'as pas connu çuilà de Blida qu’on l’appelait Guillaume Tell par rigolade ?

J.-B. – Non, mais j’aimerais savoir ce qui – à part la proximité de l’Atlas blidéen du même nom – lui avait valu un sobriquet aussi flatteur. Était-il champion de tir à l’arc ? à la pipe de terre ? au taouette (1) ? à la boule de pétanque ?

DODIÈZE – Ouallou partout. Guillaume, c’était son vrai prénom. Mais « Tell », pasqu’il était le nass de nass (2), pas de tout ça que tu dis toi, mais d’une autre chose de la cour d’école ou de la rue que c’était pas non plus le foot, les noyaux z’abricots, les billes ou le gendarme-voleur…

J.-B. – Diable ! Je bous de savoir quoi…

DODIÈZE – Tu bous, mais tu brûles pas… Y alors ?… Non ? Eh ben, t’i'as jamais fait le concours de crachat, toi ? C’est pas la peine que t’i'es-t-allé à l’école plus longtemps que moi !

J.-B. (vesqué) – Permettez, permettez ! Je suis encore capable de tirer à quatre mètres sans élan…

DODIÈZE – Quat’ mèt ! Zec (3) ! Mon pôve, au moins le doube i’faisait, le canon à mollards de Tell, a’c le claquement d’la langue – plop ! – comme un coup d’percuteur ! Le roi du glaviot, il était, à Bablouette ousque son père i vendait des balais, des brosses et des serpillières, assaoir si c’était pas pour nettoyer ça qu’i salissait le fils. Et en pluss d’la longueur, j’te dis pas la précision : la toupie en marche, les mouches au vol, le trou de serrure, qu’est-ce qu’il était pas capabe à flinguer, rien qu’a'c la bouche !

J.-B. (retournant le ricanement) – Ben voyons ! Et aussi la pomme sur la tête d’un copain, non ?

DODIÈZE (choqué) – La pomme, non ! Ça l’aurait été mal élevé, dégoûtant. Mais la cocotte en papier, en tir direct, à trois mèt’, i te la lévait de la tête kif-kif un chapeau. (Soupir) Le pôve Guillaume, il a resté à Saint-Ugène (4). En tout cas, i serait content de oir que son sport, lui, il est pas mort. Et même qu’il a venu international.

J.-B. – Ne me dites pas que la discipline va entrer aux Jeux olympiques. Je plaindrais les juges et les arbitres…

DODIÈZE – Justement, question d’arbitres. Chouf (5) l’affaire Barthez. La vérité, c’est que quand il a craché dessur l’arbitre marocain, il était hors-jeu.

J.-B. – Que me chantez-vous là ? Un gardien de but ne peut pas être hors-jeu.

DODIÈZE – Au foot, non, mais à la crache, oui. À moins d’un mèt, antantion le sifflet ! S’il aurait craché d’un peu pluss loin, le fartass (6), jamais l’arbite il tape le rapport à la Fédération et y’a plus le coup de suspension et les travails forcés…

J.-B. (corrigeant) – Travaux d’intérêt général.

DODIÈZE – Si tu veux. En tout cas, à ça qu’on m’a dit question des intérêts générals, tous les petits des écoles de foot ousqu’il a travaillé aouf (7) Barthez pendant six mois, i z’ont profité d’la leçon : de tant qu’i se sont entraînés dessur les silhouettes en carton, pas un i rate un arbite à trois mèt’, méteunant !

J.-B. – Je suis content de voir que votre sens de la dérision est intact. Votre version de l’affaire Barthez pourrait servir de mot de la fin…

DODIÈZE – Mot de la fin, minute. On l’a pas encore parlé du champion toutes catégories.

J.-B. – Plus fort que votre « Guillaume Tell » et que Barthez ?

DODIÈZE – Ou’Allah (8) ! Un qu’il est capabe à cracher par-dessur la mer sans fatiguer, comme si ça s’rait une mitrailleuse Hoskitch que sa bande de cartouches elle traîne jusqu’ à Tamanrasset, au moinss ! P’touh ! dessur la France ; p’touh ! dessur les z’harkis ; p’touh ! dessur les Pieds-Noirs. Plus mouillé que nouzôtres, tu meurs noyé comme si ça s’rait de l’ouragan Katrina ! Qué rabia que tout le monde i font semblant de rester secs de cette baffagne ! Dommage qu’il est plus là mon copain Tell pour la réponse, ou alors ce cracheur talien que ton père il avait inventé dans le jornal pour se payer la tête à Mussolini, en 1943, tu t’arapelles ?

J.-B. – Bien sûr. Il l’avait appelé Cracciatore (9).

DODIÈZE – Eh ben oilà. Pendant la guerre on l’avait Cracciatore. Méteunant que c’est la paix, on l’a son modèle réduit : Pouh ! teflika !

Jean BRUA

Splications

1) Taouette : contraction de tire-boulette (lance-pierre à élastique)

2) Nass de nass : as des as  3) Zec ! (ironique) : mazette !

4) Saint-Ugène (pour Saint-Eugène) : principal cimetière européen d’Alger

5) Chouf : vois, regarde 6) Fartass : chauve 7) Aouf : gratis 8) Ou’Allah : sur Dieu ! (ma parole d’honneur)

9) Cracciatore : cracheur mythique de l’armée mussolinienne dont Edmond Brua avait fait le héros d’une fable.

Les chroniques de Dodièze (1999-2005) ont fait l’objet d’un recueil (QUÉ RABIA !) aux éd. Jacques Gandini

Publié dans "LES EVENEMENTS" en ALGERIE, ACTUALITE, HARKIS, PATAOUETE | Pas de Commentaire »

Le CABASSETTE et le COUFFIN

Posté par lesamisdegg le 17 avril 2017

Au fond d’un placard, le cabassette et le couffin s’ennuyaient beaucoup. Depuis qu’ils avaient quitté leur pays natal, ils ne sortaient plus du tout. Alors, ils se racontaient des histoires pour tromper leur ennui, surtout celles qui parlaient de leurs anciennes et nombreuses sorties, quand ils accompagnaient la famille au marché, en forêt ou en bord de mer.

 

Ainsi, à Pâques, on les remplissait de ce qu’il y avait de meilleur sur terre ; le cabassette disait qu’il transportait la soubressade, la calentica, le boutifar, les poivrons grillés, les anchois, les dattes et les figues sèches, les cocas, les mantécaos, sans oublier le bon selecto et le fameux Mascara.

 

Le couffin se vantait d’être plein de zlabias au miel, de douces oreillettes, de makrouts, de la belle mona, sans oublier les succulents rollietes. Ils étaient tellement lourds qu’ils n’en pouvaient plus, surtout s’il fallait tenir jusqu’à la forêt de Sidi-Ferruch ou la montagne des Lions, pleines de monde.

 

Là, au milieu des cris de joie, on commençait à les vider, les tramousses et les variantes étaient sortis en premier car, avant le repas, on sirotait bien sur l’anisette traditionnelle en trinquant à la bonne santé de tous.

 

Puis, au milieu d’une joyeuse ambiance, on déballait tout, et chacun se servait, tous les membres de la famille pouvaient commencer à se régaler.

 

Dans la soirée, pour le retour à la maison, le cabassette et le couffin maintenant si légers, pensaient à faire les courses dès le lendemain matin ; ils continueraient ainsi à déambuler dans les allées du marché où ils seraient remplis de ces bonnes choses qui faisaient leur fierté.

 

Bien longtemps après, alors qu’ils se lamentaient toujours, une main amie qui les avait bien connus, leur apporta un grand réconfort, et pour ne pas qu’ils tombent complètement dans les oubliettes, ils furent sortis du placard pour aller faire des commissions.

 

Réconfortés, ils purent se dire qu’on ne les avait pas laissé tomber, pour enfin revivre en pensant à la journée de la MONA.

 

In Connu 2012 05 19

le jour de la mona aux planteurs à ORAN- by PALLES-

le jour de la mona aux planteurs à ORAN- by PALLES-

Publié dans ACTUALITE, ARTS et LETTRES, MEMOIRE, PATAOUETE | 1 Commentaire »

12345...9
 

michelhenrialexandre |
POUR MES POTES |
prostitution etudiante |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecoblog le blog éco
| Néolibéralisme & Vacuit...
| Maatjes en bier