Le vieux fort de Mers-el-Kébir

Posté par lesamisdegg le 30 juin 2018

Comme si la nature avait voulu donner aux hommes un exemple qui sera sans doute suivi un jour, un éperon rocheux se détache de la côte au Nord de Mers-el-Kébir et forme partiellement cette rade splendide.

L’abri est d’une telle qualité que les historiens ont pu prétendre sans grande chance d’erreurs que les Phéniciens, les Grecs et les Romains s’y étaient établis. Mais ces trois peuples n’ont laissé là aucune trace de leur passage. Imposante bâtisse, tassée sur son rocher, d’une teinte uniformément ocre rosée, la forteresse garde admirablement la rade et, en un temps où l’artillerie était encore rudimentaire, devait être à peu près inexpugnable.

Les exploits des pirates barbaresques ayant attiré sur l’Afrique l’attention des nations européennes, les Portugais d’abord, les Espagnols ensuite tentèrent de s’emparer d’Oran et de Mers-el-Kébir. En 1505, le marquis de Comares réussit dans cette tentative après un siège de cinquante jours. Les troupes espagnoles s’établissent alors solidement dans le fort et résistent avec succès, en 1563, à une attaque des arabes qui sacrifient à cette vaine entreprise une partie de leur armée. Beaucoup plus tard, en 1708, Baba Hassan, ayant fait placer quatre mines énormes, fait sauter les bastions, pénètre dans la place et passe au fil de l’épée les trois mille hommes de la garnison. Cette défaite livrait en même temps Oran aux arabes.

Mais l’Espagne, qui tenait absolument à conserver ce point d’appui sur la terre d’Afrique, devait revenir à la charge. Et c’est ainsi qu’en 1732, sous le règne de Philippe V, le duc de Montemar, ayant sous ses ordres le général Alexandre de la Motte et 28.000 hommes de troupe, débarque à l’Est du cap Falcon sur la plage des aiguades , et culbutant 40.000 arabes rend à son pays le fort de Mers-el-Kébir. C’est du moins ce que rapporte une inscription gravée sur le marbre rose au-dessus de la porte de la demi-lune. Le général de la Motte qui, à la tête des grenadiers de l’aile gauche de l’armée avait pris au combat une part très active, resta au fort, y tint garnison et le fortifia si bien qu’il put, pendant plusieurs années, assurer la sécurité d’Oran. Ce n’est qu’en 1748 que le fort de Mers-el-Kébir, après les travaux des généraux Antonio Gavez et Argaïn prit, à peu de choses près, l’aspect que nous lui voyons maintenant. La porte d’entrée cependant était placée juste à gauche de celle actuelle. Cette porte, maintenant murée, porte, sous les armes d’Espagne sculptées dans la pierre, une inscription rappelant les travaux du général Argaïn, accompli sous le règne de Ferdinand VI. Mais l’Espagne, malgré tous ses efforts, se maintenait difficilement sur ce coin de terre. A la suite du terrible tremblement de terre d’Oran et de tractations avec le dey d’Alger, la garnison quitta définitivement le fort en mars 1792.

En 1830, le bey turc assiégé par les arabes, appelle à son aide les Français qui viennent de prendre Alger. Le fils du général de Bourmont se rend à Oran, où il engage des pourparlers. Tandis qu’il parlemente, le capitaine Leblanc et une centaine de marins débarquent et s’emparent de la forteresse sans que la garnison turque oppose la moindre résistance.

Dans le pittoresque petit cimetière planté de cactus qui se trouve à l’un des sommets du fort, une tombe est creusée et sur la pierre tombale sont gravés ces simples mots : « Capitaine de frégate Ropert, commandant dés bricks « Le Voltigeur » et « L’Endymion », mort le 13 août 1 830, après avoir pris possession du fort de Mers-el-Kébir ». Le capitaine Ropert, nous expliquait un jour le capitaine Rose, qui, pendant dix ans, commanda ce fort avec amour, n’est pas mort en combattant, mais dei simple maladie. Sans doute, est-ce moins glorieux, mais conforme à la vérité historique ». Depuis cette époque, le fort ne connaît plus le bruit de la mitraille, le fracas des canons et le détachement de deux cents tirailleurs qui y tiennent garnison y connaissent les joies d’une paix sereine dans un cadre grandiose.

H.Q. 01 1936

1930 rade de Mrs-el-kébir  fort

1930 rade de Mers-el-kébir
fort

Laisser un commentaire

 

michelhenrialexandre |
POUR MES POTES |
prostitution etudiante |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecoblog le blog éco
| Néolibéralisme & Vacuit...
| Maatjes en bier