LA «SAISON» EN ALGÉRIE !

Posté par lesamisdegg le 6 janvier 2018

Alger, 6 janvier 1890

Je me rends compte de la rapidité avec laquelle Alger et l’Algérie se sont imposées comme stations d’hiver. Autrefois, il fallait deux grandes journées –  j’ai rencontré ici des vieux qui en ont mis quatre –  pour aller de Marseille, par exemple, à Alger. Aujourd’hui, il n’en faut guère qu’une, par le service quotidien de la Compagnie Transatlantique, et l’on cite des bateaux comme le Pereire et le Duc-de~Bragance qui trouvent parfois le moyen de rogner une heure sur le trajet, Que sera-ce avec le bateau dont la construction s’achève, ce Maréchal-Bugeaud dont le nom seul contient des idées de conquête ? Le voyage par mer a donc cessé d’être une danse du ventre malgré soi.

Il dure si peu vraiment qu’à certains égards le mal peut bien passer pour un remède. Les passagers augmentent en raison des sacrifices qu’on fait pour eux, et quand la Compagnie aura résolu le double problème de la vitesse et de la stabilité, il se lèvera une génération nouvelle de majors de table d’hôte : les majors de table d’hôte pour la Méditerranée.

Ces temps sont proches. La Compagnie P-L-M est venue joindre ses efforts â ceux de la Compagnie Transatlantique pour faciliter aux hiverneurs le voyage d’Alger de la relation directe entre les rapides de l’une et de l’autre, il résulte clairement qu’on va de Paris à Alger en trente-six heures (méditez ceci, bonnes gens qui avez connu les coches de terre et les coches d’eau ).Pour les détails, je vous renvoie aux indicateurs, ou mieux à ces livrets spéciaux que les Compagnies font paraître à chaque saison, et où elles offrent aux touristes les combinaisons circulaires les plus tentantes avec des réductions de prix .

Pivot de ces combinaisons heureuses, Alger a dû s’organiser pour le plaisir. C’est la besogne ordinaire du Comité des Fêtes et j’aurai l’occasion de dire prochainement de quelle manière il s’acquitte de sa mission. On commence à s’apercevoir ici qu’il ne suffit pas de posséder un climat exceptionnellement favorable aux poitrines délicates et une température hivernale qui ne bat jamais la breloque. Puisque d’autres vendent le soleil ou le louent, c’est logiquement sur le littoral algérien que sera le gros marché, parce que c’est là qu’il sera le moins cher. Demandez plutôt aux Anglais qui ont pris les devants sur ce point comme ailleurs, et qui occupent paisiblement ces hauteurs de Mustapha, dont nous avons eu tant de peine à déloger les Arabes Ils insisteront sur le bon marché de la vie qui leur permet de passer l’hiver ici avec des théories interminables d’enfants et de gouvernantes. Ne maudissons pas les Anglais Ils nous auront rendu Je service d’importer ici le confortable. Les hôtels de la ville ont fait des progrès sensibles sous ce rapport ils ont senti la nécessité de lutter avec ceux de Mustapha. Qui pouvaient leur servir de modèles. Je les engage à persévérer dans cette voie et à ne pas considérer que tout est dit quand on a mis sur une étiquette « Maison de premier ordre. » II est beaucoup plus difficile de prouver que de prétendre. N’importe 1 Cette concurrence a déjà, produit des fruits, et on sait que les fruits sont très beaux en Algérie.

Cette question des hôtels est la grosse question partout. Les grands hôtels font les grandes villes. Ils font même les grands pays témoin la Suisse. Sans hôtels, point de stations d’hiver. Le maire d’une des premières villes d’Europe, une des villes les mieux placées pour attirer l’hiverneur, m’écrivait tout récemment «, Je ne me fais pas d’illusions nous n’avons que le climat pour nous, et ce n’est pas assez. Pas de spectacles, pas d’hôtels, pas de maisons à louer. Je travaille à changer tout cela. Nous allons avoir des quartiers neufs, où l’on bâtira de vrais hôtels, entre de vraies cours et de vrais jardins d’ici là, Dieu me garde d’attirer les étrangers chez nous. » Eh bien la municipalité d’Alger pourrait tenir un langage plus fier.

La Ville a fait beaucoup pour l’étranger depuis vingt ans elle construit des égouts, elle a fait venir les eaux du Sahel, elle s’est éclairée, assainie de toutes parts au point d’être devenue l’une des plus belles du monde par ses quartiers nouveaux. Elle l’était déjà par sa situation naturelle, dans un décor merveilleux qui n’a de rival que Naples. Enfin, elle pourra défier toutes les stations hivernales, lorsqu’elle aura édifié le Casino dont on parle depuis si longtemps et pour lequel l’opinion publique a déjà trouvé un emplacement magnifique sur une pointe qui s’avance au milieu de la baie, entre Alger et Mustapha. Je ne sais si la municipalité s’occupe de politique – si elle ne s’en occupe pas, c’est la seule – mais le jour où elle aura décidé la construction du Casino elle aura accompli sans le savoir le plus grand acte politique de sa carrière.

En attendant, le Comité des fêtes supplée par cent moyens ingénieux aux distractions du Casino. Entre temps, l’hiverneur a, je ne dirai pas sous la main, mais sous le pied les promenades toujours vertes, les environs toujours fleuris qui s’étendent autour d’Alger et refluent jusque dans Alger même. Je suis partisan de ces corsets-là, faits par Dieu avec des orangers, des pins, des tamarins, des oliviers, des figuiers, que sais-je encore?

Des chemins de fer qui vont lentement, mais sûrement, portent le voyageur jusqu’à ces montagnes, bleues en bas, blanches en haut, qui couronnent l’horizon d’Alger. C’est ainsi que la petite ligne de Tizi-Ouzou vous amène au cœur même de la Kabylie qu’il était si difficile d’aborder autrefois. Il y a ici une section du Club alpin où vous rencontrerez des guides qui connaissent les sommets et les points de vue comme vous connaissez le pas de votre porte. Autre nouveauté et significative Des voitures restaurants de la Compagnie des Wagons-Lits circulent, au moment où vous lisez ceci, entre Alger et Oran. Si je suis bien informé, elles ont été débarquées le 17 décembre de manière à pouvoir être attelées sans retard aux trains du P-L-M. Dans la note relative à cette innovation – une révolution - je lis ce ` passage, un trait de lumière pour les voyageurs économes « Les prix des repas et consommations sont fixés en conformité des usages du pays et sensiblement inférieurs à ceux fixés pour les restaurants circulant sur le continent. » Le succès est certain on espère arrêter par là le cours des gastralgies entretenues par les buffets.

Au lieu de vous laisser influencer par la grippe, venez donc ici manger des légumes verts et prendre votre café sur la terrasse. C’est le traitement qui convient. N’attendez pas que je vous développe le programme du Comité des Fêtes. Venez ici, vous dis-je. Le soleil vous y donnera lui-même la plus belle de toutes les fêtes, du haut des cieux tranquilles. Le vent et la pluie se livrent bien parfois à quelques petites mutineries, mais le soleil en rit dans sa barbe d’or, et quand il le veut or il le veut il montre bien qu’il est le maître.

Arthur Heulhard.

 

journal des hiverneurs

journal des hiverneurs

hiverneurs 1909

hiverneurs 1909

Laisser un commentaire

 

michelhenrialexandre |
POUR MES POTES |
prostitution etudiante |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | ecoblog le blog éco
| Néolibéralisme & Vacuit...
| Maatjes en bier