Le CABASSETTE et le COUFFIN

Posté par lesamisdegg le 17 avril 2017

Au fond d’un placard, le cabassette et le couffin s’ennuyaient beaucoup. Depuis qu’ils avaient quitté leur pays natal, ils ne sortaient plus du tout. Alors, ils se racontaient des histoires pour tromper leur ennui, surtout celles qui parlaient de leurs anciennes et nombreuses sorties, quand ils accompagnaient la famille au marché, en forêt ou en bord de mer.

 

Ainsi, à Pâques, on les remplissait de ce qu’il y avait de meilleur sur terre ; le cabassette disait qu’il transportait la soubressade, la calentica, le boutifar, les poivrons grillés, les anchois, les dattes et les figues sèches, les cocas, les mantécaos, sans oublier le bon selecto et le fameux Mascara.

 

Le couffin se vantait d’être plein de zlabias au miel, de douces oreillettes, de makrouts, de la belle mona, sans oublier les succulents rollietes. Ils étaient tellement lourds qu’ils n’en pouvaient plus, surtout s’il fallait tenir jusqu’à la forêt de Sidi-Ferruch ou la montagne des Lions, pleines de monde.

 

Là, au milieu des cris de joie, on commençait à les vider, les tramousses et les variantes étaient sortis en premier car, avant le repas, on sirotait bien sur l’anisette traditionnelle en trinquant à la bonne santé de tous.

 

Puis, au milieu d’une joyeuse ambiance, on déballait tout, et chacun se servait, tous les membres de la famille pouvaient commencer à se régaler.

 

Dans la soirée, pour le retour à la maison, le cabassette et le couffin maintenant si légers, pensaient à faire les courses dès le lendemain matin ; ils continueraient ainsi à déambuler dans les allées du marché où ils seraient remplis de ces bonnes choses qui faisaient leur fierté.

 

Bien longtemps après, alors qu’ils se lamentaient toujours, une main amie qui les avait bien connus, leur apporta un grand réconfort, et pour ne pas qu’ils tombent complètement dans les oubliettes, ils furent sortis du placard pour aller faire des commissions.

 

Réconfortés, ils purent se dire qu’on ne les avait pas laissé tomber, pour enfin revivre en pensant à la journée de la MONA.

 

In Connu 2012 05 19

le jour de la mona aux planteurs à ORAN- by PALLES-

le jour de la mona aux planteurs à ORAN- by PALLES-

Laisser un commentaire

 

michelhenrialexandre |
POUR MES POTES |
prostitution etudiante |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecoblog le blog éco
| Néolibéralisme & Vacuit...
| Maatjes en bier