• Accueil
  • > Archives pour février 2017

1830 Algérie libérée!

Posté par lesamisdegg le 23 février 2017

Le 14 juin 1830, ne faisait que commencer un processus long et complexe qui produira l’Algérie. L’action militaire du gouvernement de Charles X déclinait les débats et décisions du
Congrès d’Aix la Chapelle réuni douze ans plus tôt, -du 29 septembre au 21 novembre 1818-, Les puissances de l’époque, avaient débattu d’un sujet qui les préoccupait toutes depuis le 17ème siècle. Il s’agissait de savoir : comment mettre fin à la piraterie esclavagiste qui affligeait la navigation commerciale dans les eaux méditerranéennes et exposait constamment, aux razzias des pirates « barbaresques », les équipages et les populations côtières ou proches des côtes? Comment en finir, définitivement, avec le trafic esclavagiste, dont la base logistique et stratégique n’était autre que l’Alger Ottomane, se demanderont alors les représentants des grandes puissances de l’époque.

La France des Bourbons souhaitait réintégrer le concert des nations après la défaite napoléonienne.

A cet effet mission fut confiée à la France pour que soient libérés :

les mers et les océans de la piraterie , véritable djihadisme maritime
le commerce international du tribut barbaresque humiliant
les Chrétiens européens et des noirs africains animistes de l’esclavage
les juifs de la Régence de leur dihmitude millénaire
les biens piratés de leurs recéleurs
les bagnes de leurs esclavagistes
les tribus arabo-berbères du colonisateur ottoman… ..
……bien sur au prix de cruelles batailles menées par l’Armée d’Afrique avec l’aide de valeureuses troupes indigènes , contre de fanatiques obscurantistes.

 

alger 1818

alger 1818

congrès 1818

congrès 1818

Publié dans ACTUALITE, HISTOIRE, MEMOIRE | 1 Commentaire »

MAZAGRAN-de la défense héroïque de-

Posté par lesamisdegg le 3 février 2017

En octobre 1839, l’expédition des Portes de Fer est organisée par le gouverneur général Valée et le duc d’Orléans : elle vise à relier par voie terrestre Alger et Constantine (prise en 1837) et à conforter l’emprise française sur le nord de l’Algérie. Considérée par l’émir Abd el-Kader comme une violation du traité de la Tafna qu’il avait signé en mai 1837 avec le général Bugeaud, cela aboutit à la reprise de la guerre en novembre, avec notamment l’attaque de la plaine de la Mitidja (20 novembre).L’armée française est alors placée dans une position défensive, en attendant des renforts pour reprendre l’initiative. Ben Tami, lieutenant d’Abdel Kader, à la tête de plusieurs milliers de cavaliers , prend la route de Mostaganem. Ils sont une première fois stoppés le 15 décembre devant le village de Mazagran, situé à 4 km de là, par le feu nourri d’un bataillon français qui y stationne. Les Français se replient ensuite dans un fortin dont le siège commence. Mais Ben Tami s’aperçoit que celui-ci dispose d’une source d’eau, il décide donc de lancer l’assaut le 3 février 1840.

 

Philippoteaux, Défense de Mazagran, février 1840

défense héroïque de MAZAGRAN février 1840

défense héroïque de MAZAGRAN février 1840

« La province d’Oran devint presque en même temps que celle d’Alger le théâtre de la guerre sainte. Au commencement du mois de février les beys de Mascara et de Tlemcen vinrent, à la tête de douze mille hommes, attaquer le réduit fortifié de Mazagran, défendu seulement par cent vingt-trois hommes du premier bataillon d’Afrique, sous les ordres du capitaine Lelièvre.

Voici l’ordre du jour adressé par le général Guéhéneuc aux troupes de la division d’Oran :
« L’attaque a duré cinq jours : la force totale de l’ennemi est estimée à douze mille hommes, d’après les calculs les plus modérés; il avait avec lui deux pièces d’artillerie.
« Le 3 février, entre dix et onze heures du matin, une colonne de huit cents hommes est venue attaquer le réduit de Mazagran… La ville, n’étant point occupée, fut envahie en un instant par l’ennemi : une vive fusillade s’engagea de part et d’autre ; l’artillerie ennemie ouvrit son feu : la nuit mit fin au combat.
« Le 4 l’ennemi, plus nombreux que la veille, renouvela l’attaque, qui commença à six heures du matin et dura jusqu’à six heures du soir, et fut encore repoussé avec perte.
« Le 5, nouvelle attaque, qui eut le même sort que les précédentes.« L’artillerie des Arabes ayant fait brèche dans les murs de Mazagran, la garnison profita de la nuit pour réparer les murailles, panser les blessés et se préparer à de nouveaux combats.

Enfin le 6 l’ennemi fit une tentative désespérée pour se rendre maître de ce poste : une colonne de deux mille fantassins donna l’assaut ; l’ennemi parvint jusque sur la muraille ; mais, grâce à l’intrépide opiniâtreté de la garnison, il fut repoussé, tantôt à coups de baïonnettes, tantôt avec des grenades, et même à coups de pierres. Ce fut son dernier effort : entièrement découragé, il se retira, abandonnant l’attaque et ses positions »

 

ben-Ali-ben-Abi-Taleb, cousin germain et beau-frère de l’émir :

« De cet endroit (Tagdemt), j’allais rejoindre El hadj Mostafa, Khalifa de Mascara. Les contingents arabes et les soldats étaient campés près d’Oran. Avec eux nous nous dirigeâmes sur Mazer’eran (Mazagran). La ville fut entourée de toutes parts. Les soldats se précipitèrent aux murailles. Nous pointâmes une pièce de canon qui abattit la hampe à laquelle ils arboraient le drapeau. Certain jour, un homme du nom de Sid Mohamed ben Mezrona’, bach-kateb (trésorier) des soldats, répandit le bruit parmi ceux-ci que le sultan avait écrit de retourner ; les soldats partirent. C’était un mensonge. J’eus un cheval tué à ce siège. De retour auprès du sultan qui était revenu à Tak’edemt (Tagdemt), je lui rendis compte de ce qui était arrivé ; il destitua le bach-kateb. »

El-Hossin-ben-Ali-ben-Abi-Taleb, Histoire d’el hadj Abd-el-Kader

Publié dans HISTOIRE, LIEUX, MEMOIRE | Pas de Commentaire »

 

michelhenrialexandre |
POUR MES POTES |
prostitution etudiante |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecoblog le blog éco
| Néolibéralisme & Vacuit...
| Maatjes en bier