Bab-el-oued

Posté par lesamisdegg le 18 janvier 2016

 

ALGER Bab-el-oued

ALGER Bab-el-oued

Il y a eu deux portes de Bab-El-Oued. Celle qui s’ouvrait en 1830 dans les vieux remparts turcs, sensiblement en face du lycée Bugeaud, et celle que les Français ont construite vers 1842 à l’emplacement du boulevard Guillemin.

Le terrain d’assiette sur lequel fut érigé plus tard le cinéma Majestic  accueillait les chapiteaux de cirque. L’emplacement actuel du Majestic n’était qu’un terrain vague, où les gosses jouaient aux billes, et où les forains dressaient le chapiteau des cirques ambulants.

A la place du lycée Lazerges, il y avait un chenil et des écuries. Le long des escaliers Marengo, se dressaient les baraques de bois, au bord desquelles on vendait «le kilomètre» et la barbe à papa. Enfin, en face le lycée, c’était le «poids public», sur lequel les garnements dansaient pour secouer le plancher.

Mais surtout… surtout… à l’angle du boulevard Amiral-Pierre et de la rue Icosium, se trouvait le Kassour… Le fameux Kassour où tous les gamins d’Alger allaient régler leur compte… Le Kassour, indiscutable province de Bab-El-Oued au même titre que la Bassetta...

L’Esplanade de Bab-El-Oued avait un cachet particulier. «C’était un îlot bourgeois avec de pompeuses maisons aux “balcons 1900” et des arcades qui témoignaient d’un souci d’architecture…. C’est le seul quartier d’Alger qui communie aussi intimement avec la mer. Alger peut lancer vers elle la passerelle moderne de l’avenue du 8-Novembre. L’esplanade reste un bastion bâti sur un rocher face aux colères du vent du large et aux brisants sur lesquels vint mourir jadis un bateau qui s’appelait la Reine Mathilde.»

La place Dutertre, à la Basetta, fut célèbre pour Cagayous. Un personnage imaginaire créé vers 1895 par l’écrivain Auguste Robinet alias Musette (1862- 1930).Cagayous incarnait, on ne peut mieux, ce brassage de races méditerranéennes qui se côtoyaient dans le quartier cosmopolite de Bab-El-Oued, La Cantéra. C’est là que naquit le pataouète, mélange d’expressions arabes, italiennes, espagnoles, maltaises…

 

La Dépêche quotidienne d’Algérie 1955

Laisser un commentaire

 

michelhenrialexandre |
POUR MES POTES |
prostitution etudiante |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecoblog le blog éco
| Néolibéralisme & Vacuit...
| Maatjes en bier