LES MASSACRES d’ORAN du 5 JUILLET 1962

Posté par lesamisdegg le 8 juillet 2013

Ils commencèrent dans la matinée du 5 juillet 1962, le jour officiel même de l’indépendance. Ils prirent fin officiellement le soir, mais dans les centres de détention où avait été rassemblée la population européenne, les tueries continuèrent pendant plusieurs jours.

Une fois obtenue la neutralité des forces françaises qui étaient cantonnées dans les casernes de la ville et dans le port, des unités militaires du FLN accompagnées de civils venant de l’intérieur du pays se répandirent dans tous les quartiers d’Oran, entrant dans les lieux publics pillant les magasins et entrepôts, forçant les portes des appartements, rassemblant les habitants non-musulmans désarmés, les emmenant dans des commissariats ou d’autres centres de détention (comme les Abattoirs d’Oran), les tuèrent ou les livrèrent à la foule qui lyncha, après les avoir torturés, ceux qui lui étaient livrés. Policiers et soldats français observaient les tueries, qui avaient lieu parfois à quelques mètres de leur casernement, sans qu’aucun d’entre eux ne soit intervenu. Les jours qui suivirent, la population d’Oran – qui était en majorité européenne – s’exila et quitta le pays, abandonnant tous ses biens. Le nombre de victimes du massacre d’Oran se compte en centaines de morts, hommes, femmes et enfants. Il s’agissait de terroriser et faire fuir du pays les habitants de la plus grande ville européenne après Alger.

De la même manière, les massacres, moins spectaculaires, commis dans l’Algérois et le Constantinois aboutirent à l’exil des populations non musulmanes, le gouvernement français s’étant opposé au rapatriement des harkis et de leurs familles. Les européens, prêts à vivre sur le territoire d’une Algérie indépendante, renoncèrent alors. En quelques semaines, ce sont plus d’un million de non-musulmans qui fuirent le pays victimes de la stratégie d’épuration ethnique pratiquée par le FLN. Cette politique, fondée sur le programme nationaliste des années 30, qui consistait à prôner une Algérie indépendante et uniquement arabo-musulmane, fut mise en œuvre sciemment par une politique de terreur systématique.

algerianie@live.fr                         2013 07 05

logo

 

 

2 Réponses à “LES MASSACRES d’ORAN du 5 JUILLET 1962”

  1. Jean François Paya dit :

    POUR AVOIR GRATUITEMENT LE LIVRE D ENQUETES SUR LE DRAME DU 5 JUILLET 62 A ORAN EVOLUTIF SUIVANT NOUVEAUX ELEMENTS ET IMPRIMABLE PAGE OU TOTALITE TAPER SUR GOOGLE EXACTEMENT
    > > > (MASSACRES DU 5 JUILLET 1962 A ORAN -ALGERIE-CALAMEO)
    > > > DANS CE TEXTE LIENS POUR PHOTOS . ARCHIVES /ET DEBAT MIEUX QU UN LIVRE PAPIER A DIFFUSER
    BIEN CORDIALEMENT JEAN FRANCOIS PAYA
    AC/ALGERIE CLASSE 54/2 PRESENT A ORAN BASE DE MERS/KEBIR JUSQ 65
    MASSACRE DU 5 JUILLET 1962 A ORAN – ALGERIE – Calaméo
    http://www.calameo.com/books/0002846255ab594028a60‎

  2. Jean François Paya dit :

    La Notion de crime contre l’humanité,
    IL EST EVIDENT QUE LE MASSACRE DU 5 JUILLET 62 A ORAN SCIEMMENT PROVOQUE
    RELEVE DE CETTE NOTION CE QUI NE SERAIT PAS LE CAS SI IL AVAIT ETE » SPONTANE » JF PAYA

    Definition in revue Esprit, n’ 181,1992

    La Cour pénale internationale comprenant 110 États-membresNote 1 est le principal tribunal permanent Note 2 chargé de sanctionner les crimes contre l’humanité. L’article 7 du Statut de Rometexte 1 en détaille la liste, même si elle n’est pas exhaustive :

    « meurtre ; extermination ; réduction en esclavage ; déportation ou transfert forcé de population ; emprisonnement ou autre forme de privation grave de liberté physique en violation des dispositions fondamentales du droit international ; torture ; viol, esclavage sexuel, prostitution forcée, grossesse forcée, stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable ; persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs d’ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste (..) ou en fonction d’autres critères universellement reconnus comme inadmissibles en droit international, en corrélation avec tout acte visé dans le présent paragraphe ou tout crime relevant de la compétence de la Cour ; disparitions forcées de personnes ;crimes d’apartheid, autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou à la santé physique ou mentale. »

Laisser un commentaire

 

michelhenrialexandre |
POUR MES POTES |
prostitution etudiante |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecoblog le blog éco
| Néolibéralisme & Vacuit...
| Maatjes en bier