• Accueil
  • > Lettre ouverte à Monsieur le secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens combattants

Lettre ouverte à Monsieur le secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens combattants

Posté par mdame le 19 mars 2010

 

 

27   février   2010  -

 Lettre   ouverte   à  Monsieur   le   secrétaire 

d’Etat  à la Défense et aux Anciens combattants

Je viens de lire dans le Journal officiel des débats parlementaires de l’Assemblée nationale daté du 9 février, votre réponse à la question n° 65711 posée par M.François Lamy, à propos du 19 mars.

Vous répondez,  je  cite : « Les  associations  d’anciens  combattants  ont  bien 
entendu la liberté d’organiser des manifestations publiques correspondant à des anniversaires d’évènements qu’elles jugent dignes de commémoration. Parmi ces dates,   figure l’anniversaire du 19 mars. Les préfets doivent veiller au déroulement de ces  manifestations  dans  de  bonnes  conditions  d’ordre  et  de sécurité. Ils peuvent y participer, en fonction de leur appréciation du contextelocal.  Le niveau de représentation  de  l’autorité  militaire est décidé selon les mêmes critères, en liaison avec les préfets. Ces règles sont rappelées dans unecirculaire aux préfets du 19 février 2009, qui reste applicable ».

Ayant   été militaire en Algérie  (*),  permettez-moi de vous faire part de ma surprise. Surprise que vous acceptiez que la date du 19 mars soit l’objet de manifestations patriotiques  dignes de commémoration visant  à honorer la  mémoire  des combattants français morts en Algérie, alors que l’Algérie a fait de cette même date sa « fête de la victoire » – un timbre poste a même été édité en  1977, à cette occasion.

Certes   vous   rappelez  que   la   date « officielle » d’hommage aux morts pour la France reste le 5 décembre de chaque année, mais autorités civiles et militaires peuvent  gentiment  participer aux dépôts de gerbes effectués le 19  mars…en fonction du contexte local !

19 mars, cessez-le-feu en Algérie ? Il y a eu plus de morts en Algérie après le 19 mars que pendant les huit années de conflit qui ont précédées, vous le savez tout aussi bien que moi : 26 mars à Alger, 5 juillet à Oran, 150 à 200 000 harkis et leurs familles massacrés, enlèvements, disparitions, etc.

19 mars, cessez-le-feu en Algérie ? Alors, pourquoi vos services délivrent-ils des cartes du combattant aux appelés ayant servi (à quoi, on se le demande ?) en Algérie jusqu’au 2 juillet 1962. Vous reconnaissez ainsi que la situation, qui sera quelques années plus tard reconnue comme une situation de guerre, a duré au moins jusqu’au 2 juillet et, de ce fait, vous reconnaissez aussi que le cessez-le-feu n’existait pas ? En quoi cette date, qui est une capitulation politique, est-elle digne de commémoration, je me le demande et je vous le demande ?

« Fêter » le cessez-le-feu du 19 mars, ce n’est ni plus ni moins que vouloir aussi « fêter »  l’armistice de  juin 1940.  Si  d’aventure,  les  associations  d’anciens combattants voulaient commémorer cette date, leur répondriez-vous de la même façon en indiquant que la date officielle concernant la guerre de 39-45, c’est le 8 mai 1945 mais que rien ne s’oppose à ce que des gerbes soient déposées au pied des   monuments   aux   morts   de   France,  le   22 juin   de   chaque   année ?  Que je sache, l’armistice de 1940 n’a jamais beaucoup été médiatisé et il y a peu  de rues   ou   de   places   baptisées   « 22  juin  1940,  signature  de  l’armistice ».  Les accords de Genève du 21 juillet 1954 qui ont mis fin à la guerre d’Indochine ne sont,   eux,  pas   beaucoup   plus   « fêtés » ! Alors   pourquoi   la   date   du   19   mars bénéficie-t-elle     de   certaines    « faveurs »  et  de   laisser-faire de la  part  du gouvernement français ?

Enfin, pour terminer, je rappelle aussi que l’ensemble des associations d’anciens combattants a opté pour la date du 5   décembre, non pour le 19 mars.  Les dirigeants de la FNACA  -  puisque c’est de la FNACA qu’il s’agit – ont toujours milité pour l’indépendance de l’Algérie, alors il est vrai que, pour eux, les 18 et 19 mars sont des jours qui se fêtent !

Je  vous  prie  d’agréer,  Monsieur  le  secrétaire  d’Etat,  l’expression  de  mes 
salutations bien françaises.

Roger Soncarrieu
(*) auteur de « Ma vérité sur la guerre d’Algérie » et « Guerre d’Algérie : j’en ai assez »
(Éditions Dualpha)

retour à la page d’accueil   Lettre   ouverte   à  Monsieur   le   secrétaire  d'Etat  à la Défense et aux Anciens combattants fleche_064

Laisser un commentaire

 

michelhenrialexandre |
POUR MES POTES |
prostitution etudiante |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecoblog le blog éco
| Néolibéralisme & Vacuit...
| Maatjes en bier