• Accueil
  • > Archives pour novembre 2009

« Les femmes algériennes pendant la colonisation »

Posté par mdame le 9 novembre 2009

« Les femmes algériennes pendant la colonisation »  Auteur  Diane Sambron

Héroïnes de la guerre d’indépendance, les femmes algériennes ont vu leurs droits s’infléchir constamment depuis 1962. L’ouvrage retrace l’évolution de la condition des femmes en Algérie depuis la fin du XIXe siècle. D. Sambron a soutenu une thèse d’histoire sur le thème La politique d’émancipation du gouvernement français à l’égard des femmes musulmanes pendant la guerre d’Algérie.

Analyse du livre par Maurice Faivre 

Diane Sambron achève la publication de sa thèse de 2005, par l’étude de l’évolution de la femme algérienne dans les domaines du statut, de la scolarisation et de l’insertion économique. 
C’est un travail scientifique dont les sources sont très riches.

En voici les arguments :

  • - la condition des femmes selon le droit islamique (fiqh) et le droit coutumier berbère, présente un certain nombre de pratiques qui ne sont pas compatibles avec le Code civil: – le mariage précoce – la contrainte matrimoniale (djebr) – la répudiation – la polygamie – l’impossibilité d’hériter et de divorcer,
  • - les juristes français ont dès le début du 20ème siècle étudié ces pratiques et se sont efforcés de les faire évoluer dans un sens moderniste et égalitaire. Dans les années 1930, le statut kabyle a été aligné sur le droit malékite en matière d’héritage et de divorce. La citoyenneté, reconnue par le statut de 1947, n’a cependant pas été confirmée par décret,

    Lire la suite… »

Publié dans LIVRES | Pas de Commentaire »

Mémoire novembre 2009

Posté par mdame le 6 novembre 2009

 Mémoire  novembre 2009 du président Gérard Garcia

 Apaisement, réconciliation .

Les populations françaises d’Algérie ont du fuir en 1962 leurs terres natales et ancestrales, abandonnées aux mains du terrorisme, victimes d’une épuration ethnique. Cette situation inique a provoqué un des plus grands déplacements de population du vingtième siècle. Elles ont du fuir en ignorant le sort des disparus, abandonnant leurs biens, leurs cimetières, leurs racines. Le nouveau Secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens Combattants-chargé entre autre de conduire une politique en faveur des rapatriés a confirmé,  il ya plusieurs semaines, la création d’une fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie ; il a évoqué ce sujet à nouveau il y a peu de jours à l’Assemblée Nationale. Nous souscrivons, nous aussi, à la construction d’une mémoire historique commune conduisant d’abord à l’apaisement des esprits et des cœurs avant de mener à la réconciliation des peuples. Nous sommes volontaires pour être des acteurs de cette démarche, la soutenir, la promouvoir.

Lire la suite… »

Publié dans COMMUNIQUÉS AAA | Pas de Commentaire »

1962 :ORIGINE DU POUVOIR ALGERIEN

Posté par mdame le 3 novembre 2009

  ETUDE SUR BOUMEDIENE ET LE GROUPE D’OUJDA 

 PAYA Jean-François Historien / Cercle Algérianiste du Poitou

     Sujet mal connu par certains  compatriotes  (Remarquer la collusion indiquée avec le pouvoir Gaulliste)   > C’est ce noyau d’Algériens nés au Maroc, qui compte à son actif deux putschs, qui a permis à Boumediène de parvenir à ce destin de chef d’Etat de l’Algérie indépendante. Houari Boumediène était chef de la Wilaya 5 et installa son QG dans la ville marocaine frontalière avec l’ouest du pays, Oujda.Tout comme Boussouf pour le MALG, Boumediène recruta des alliés parmi ces Algériens du Maroc pour l’état-major général de l’ALN. Le premier s’en servit pour porter le premier coup de l’armée contre les politiques en assassinant Abane Ramdane, et le second y trouva un appui pour porter le deuxième coup de force de l’armée contre le FLN en s’attaquant au Gouvernement Provisoire de la République Algérienne (GPRA). Le groupe d’Oujda est entré de la sorte par effraction dans l’histoire de l’Algérie et il signera, avec Boumediène à sa tête, l’acte de naissance du régime algérien.

> Ces Algériens du Maroc nommés Wasti

> Les membres du groupe ou clan d’Oujda sont désignés comme ceux qui sont nés ou ayant vécu au Maroc avant 1962. Les « wasti », en référence à la position géographique de l’Algérie au centre du Maghreb, ou encore « deuxième francis, français de seconde catégorie », comme aimaient à les qualifier les Marocains, sont des Algériens qui sont nés au Maroc avant le déclenchement de la guerre de libération.

Lire la suite… »

Publié dans "LES EVENEMENTS" en ALGERIE | Pas de Commentaire »

 

michelhenrialexandre |
POUR MES POTES |
prostitution etudiante |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecoblog le blog éco
| Néolibéralisme & Vacuit...
| Maatjes en bier