Les Pieds-Noirs: histoires d’une blessure

Posté par mdame le 10 juin 2009

 

Ils auront été nombreux, je l’espère, les téléspectateurs, Pieds-Noirs ou non, qui ont eu le courage d’être à l’écoute de France 3, un peu tard, en ces soirées de mars, avril 2007, pour regarder l’excellent documentaire de Gilles Perez :Les Pieds-Noirs, histoires d’une blessure. Mais tout d’abord, permettez-moi cette question : Pourquoi ce titre :  » Histoires « , certes au pluriel,  » d’une blessure  » ?

 

histoires d'une blessure

histoires d’une blessure

Dans son documentaire , Gilles Pérez ,  donne la parole à 62 Pieds-Noirs qui, enfin, témoignent… Né en 1967 à Carpentras, de parents Oranais – son père est ouvrier-, le petit Gilles grandit dans le silence. Les adultes chuchotent, discutent entre eux, mais jamais un mot aux enfants….L’Algérie ? Il sait qu’il en vient ,  » vaguement « , mais….quoi ? Alors, il lit avec voracité, passionnément….  » Le premier Homme  » d’Albert Camus l’impressionne considérablement et il continue à dévorer…. Le Pieds-Noirs ? Un colon sadique, qui fait suer le burnous, très riche, raciste.. ?!? Souvent revient cette description de ses aïeux …elle ne ressemble en rien à ce qu’il connaît de ses parents,…voire d’amis issus, eux aussi, d’Outre-Méditerranée. Devenu reporter de guerre pour R.F.I., Gilles court la planète jusqu’au jour où sa grand-mère lui lance :  » Cours le monde mais couvre les deux guerres qui te regardent !  » L’Espagne !? L’Algérie !? Cette réflexion le pique au vif et Gilles ose : il commence à interroger sa famille, ses proches. A 40 ans, il réalise  » son histoire « . Tombent tabous ! Parole aux Pieds-Noirs !

Le documentaire de Gilles Perez, diffusé sur France 3 en 3 épisodes, construit selon une trame historique, retrace les vies aventureuses, joyeuses, douloureuses, de 62 Pieds-Noirs qui se délivrent de leur fardeau d’exil devant la caméra. 47 d’entre eux, jusqu’alors obstinément réfugiés dans le silence, acceptent avec courage d’affronter enfin leurs souvenirs si lourds … : ils parlent de l’Algérie pour la première fois de leur vie métropolitaine….

Ce récit polyphonique aux gros plans kaléidoscopiques – le cadre serré, mieux qu’aucune torture, extirpe la vérité- nous raconte l’histoire de ces Pieds-Noirs d’origines géographiques ( ville, bled) et de milieux socio-culturels multiples ( paysans, fermiers, ouvriers, fonctionnaires…), reflet de la diversité des Pieds-Noirs . Ce n’est pas une seule vérité qui nous est ici assenée. Ce sont plusieurs vérités-réalités qui remontent aux sources, se déroulent au fil des vies, se mêlent, s’entrecroisent, se bagarrent, fusionnent, se contredisent, se souviennent. Sur certains problèmes clefs, les interventions de trois historiens ( J . Verdès- Leroux, J-J.Jordi, J. Monneret ) apportent un éclairage analytique et nous aident à mieux déchiffrer la complexité des situations. Les témoins, aujourd’hui âgés d’une soixantaine d’années, se livrent en une polyphonie de la piénégritude . Le film nous entraîne dans ces confessions sentimentales picaresques, burlesques, dantesques. En tout cas, toujours émouvantes et attachantes,  » mi-olive, mi-datte ! « 

Qui sont les Pieds-Noirs ? D’où viennent -ils ? D’horizons très variés : France, Alsace-Lorraine, Espagne, Etats allemands puis Allemagne, Italie, Suisse, Malte, Sicile, Sardaigne, Corse, Russie…voire même Suède et Norvège ! Un melting-pot très spécial dont les aïeux à partir de 1830, sont venus s’installer en Algérie, devenue terre française. En tout, en 1962, plus d’un million de personnes .
Sur l’origine de l’appellation  » Pieds-Noirs « , de multiples explications circulent .La seule fondée fondée :  en Méditerranée, au 19ème siècle, la marine française à charbon employait des soutiers recrutés dans les grands ports : Tunis, Alger, Oran, Casablanca, Marseille, Ajaccio…Lorsque ceux-ci remontaient de la cale, ils imprimaient sur le pont la marque de leurs pieds noirs de charbon. D’où le terme  » pieds-noirs «  qui, par dérivation, s’est appliqué ensuite à la majorité de ces soutiers : les Européens d’Afrique du Nord. L’expression, passée dans le langage militaire, désigne également les appelés ( conscrits ) originaires d’Afrique du Nord.

Les  » anciens  » égrènent leurs chapelets de retrouvailles avec leur terre natale. Perles de bonheur : ils rient aux éclats. Redevenus enfants, ils jouent aux noyaux d’abricots dans les rues de Bab-el-Oued, sur les placettes dominant la mer immense. Sur les bancs de l’école, avec leurs camarades kabyles et arabes, ils apprennent assidûment :  » Nos ancêtres, les Gaulois…  » Adolescents, ils s’observent, esquissent des sourires, mais dans cette société méridionale plus que très chaste, le flirt ne va jamais très loin…  » On ne baise pas ! « , s’exclame un patriarche alerte à la moustache frétillante… Parfois un Français de métropole se lance en mariage avec une arabe ou une berbère, mais un Pieds-Noirs quasiment jamais pur ne pas subir l’obligation de conversion à l’islam! Les différences culturelles, religieuses sont trop grandes. A l’époque, le statut de la femme musulmane qui, adolescente, est mariée et dès lors vit claquemurée et voilée, symbolise toute la difficulté d’un vivre ensemble fusionnel.

Le 1er Novembre 1954, les « Fils de la Toussaint » se réveillent : le sang coule. Les  » évènements «  débutent et nos anciens caressent tristement leurs perles d’angoisse, de douleur, de désarroi, de colère…Escarmouches, attentats, représailles, manifestations, massacres, assassinats, tortures, répression : l’apocalypse de la violence s’installe pendant huit ans et plus…Les discours du de Gaulle :  » Je vous ai compris « ,  » Vive l’Algérie française !  » ( Mostaganem), entretiennent illusions et confusions. Avec le plan de Constantine, les Pieds-Noirs reprennent confiance, et l’idée du départ n’effleure personne.  » Où aller, d’ailleurs ?!  » Je suis née à Blida, mes parents aussi, je n’ai personne en métropole ! « , s’interroge rétrospectivement une vieille dame, canne à la main. 

A Evian, le 19 mars 1962, des accords sont signés avec le FLN et le cessez-le-feu est proclamé. Mais pour les Pieds-Noirs, l’horreur continue : Bab-el-Oued, Oran…Une dame plaisante aux cheveux courts blonds-roux pleure toutes les larmes de la terre :  » J’ai appris par la radio que ma sœur avait été tuée !!  » Un vieil homme se souvient avec terreur :  » Nous étions plusieurs près d’une barrière. Des tirs de partout ! Bang ! Bang ! Tttaaattaaa… ! Certains se sont accroupis, moi je me suis plaqué au sol, mon voisin a été tué à bout portant, son corps est tombé sur moi, ça a encore crépité, j’étais mort ?!.. C’est son cadavre, je le sens encore, qui m’a protégé….  » La caméra recueille ces deuils si longtemps refoulés, puis pudique, se retire…
Dès lors une seule alternative pour ces Pieds-Noirs désespérés :  » la valise ou le cercueil « 

C’est ainsi, qu’à l’été 1962, Marseille voit se déverser sur ses quais, non pas quelques centaines de réfugiés, mais plus d’un million d’exilés :  » C’est quoi ça ?  » : formule d’accueil toute métropolitaine ! Une nouvelle épreuve commence tout juste. Nos patriarches égrènent encore leurs perles de tristesse et fatalité. Dans une grisâtre ville de banlieue parisienne, une ménagère soupçonneuse toque à la porte de ses voisins fraîchement débarqués. Une jeune femme sportive vient ouvrir. Son interlocutrice lui demande :  » Je peux voir vos pieds !! Je voudrais voir vos pieds !! « …
Le chœur polyphonique chanté, vocalisé, murmuré, à fleur de peau, par ces Pieds-Noirs oubliés, s’apaise… Tous peuvent comprendre ou s’y retrouver …Loin des caricatures, Gilles Perez trouve le ton juste : ces 62 témoins de la  » pied-négritude «  nous délivrent leur vérité, qui comme toute réalité, n’est pas une , mais multiple. 
Le cinéaste nous avoue :  » Cela n’a pas été une mince affaire de réaliser ce documentaire !  » Il aura fallu trois ans, une équipe de six personnes, sept coproducteurs ( en majorité les FR3 Régions ) !

 » Les pieds-noirs, Histoires d’une blessure « , aura sans doute des suites :   » Les disparus d’Oran du 5 juillet 1962″, des centaines d’européens sont enlevés en pleine ville ; ces événements sont totalement occultés par l’Histoire.

 

Gilles Perez rend leurs voix à ces Pieds-Noirs, éternels transplantés. Le calvaire de la mutité s’achève aujourd’hui pour certains. D’autres se taisent encore…Entre-temps, sont nés leurs bébés d’exils… N’auront-ils pas aussi leurs mots à dire ? Enfants de nulle part ? Enfants du monde entier ? D’ici et d’ailleurs , d’autres perles-mémoires nous attendent.
Florence COMOLLI

-

Laisser un commentaire

 

michelhenrialexandre |
POUR MES POTES |
prostitution etudiante |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ecoblog le blog éco
| Néolibéralisme & Vacuit...
| Maatjes en bier